Maurice Lenormand – Dernière partie

Dernière partie de la vie de cet homme qui aura marqué la vie politique de la Nouvelle -Calédonie racontée par Olivier Houdan. Laissons-nous, une dernière fois emmenée dans le sillon de l’œuvre  de Maurice Lenormand.

Maurice Lenormand Maurice Lenormand UC Union calédonienne Nouvelle-Calédonie Kanaky député politique Territoire d'outre-mer colonie pacifique France Indépendance caledonia Olivier Houdan

Maurice Lenormand, une personnalité hors du commun.

Grâce à la bienveillance inestimable de l’oncle de son épouse, le patient travail de collecte, de recherches et d’écriture entamé par le jeune Lenormand dès 1936, lui permet, avec l’aide et le conseil du Professeur Jean Guiart, d’achever la rédaction d’un dictionnaire: Drehu-Miny-Français et de soutenir une thèse de linguistique sur le même thème qu’il obtient le 13 mars 1998, à l’âge de 85 ans, avec la mention très honorable et les félicitations du jury. Cet épisode prouve à lui seul son extraordinaire force de caractère. Lenormand est un passionné. Tout ce qui est de l’Etre humain l’intéresse. Sa curiosité naturelle, sa largesse d’esprit, son insatiable volonté de savoir et de comprendre l’amènent à sans cesse, se documenter, lire, noter, sur d’innombrables sujets jusqu’à leur maîtrise, ce qui séduit son auditoire lambda et force l’admiration des spécialistes. C’est un travailleur acharné qui ne laisse rien au hasard. Tribun à l’éloquence rare, il a la capacité de retourner les opinions en touchant le cœur et l’âme d’un public. Lenormand a le pouvoir de rendre possible pour son pays, ce qui apparaissait d’emblée comme irréalisable et d’adapter en l’améliorant ce qu’il y avait de mieux ailleurs. Grand voyageur, il se considère comme un véritable citoyen du monde puisqu’à sa connaissance de la culture de ceux qu’il rencontre, il y ajoute la capacité à communiquer et à dialoguer grâce à ses talents de polyglotte (il parle 12 langues). Pratiquant le yoga, la méditation, la natation et la marche: Lenormand se soucie d’entretenir son corps comme son esprit. Maurice Lenormand fut également membre de plusieurs sociétés savantes: Société Asiatique de Paris, Société de Linguistique de Paris, Société des Océanistes de Paris, Polynesian Society of New-Zealand, Société des Etudes Mélanésiennes, Société des Etudes Polynésiennes de Papeete et Société des Anciens Elèves de l’Ecole des Langues Orientales Vivantes.
Enfin, autre facette du personnage, sa faculté à faire d’un potentiel, une réalité économique: en 1958, il invente un procédé chimique pour le traîtement du cobalt contenu dans le minerai de nickel, très proche de l’hydrométallurgie…

La fin d’un rêve?

Particulièrement marqué par la formidable communion populaire entourant la performance sportive de Cathy Freeman, l’athlète d’origine aborigène, saluée unanimement par un public australien transcendé lors de sa victoire en finale du 400 mètres des jeux olympiques de Sydney; Maurice Lenormand y voyait l’illustration de son rêve calédonien: celui de voir un jour se lever avec fierté et enthousiasme toutes les composantes de son peuplement original applaudissant l’exploit d’un représentant du peuple originel. C’est pour cela qu’il fut très affecté par la disparition des sept de la SMSP dans le crash de leur hélicoptère, où Raphaël Pidjot, un jeune kanak brillant et prometteur, déjà vainqueur de plusieurs segments d’un marathon politico-industriel inédit fut pleuré et regretté par plusieurs générations calédoniennes. En 2001, Maurice Lenormand décide de s’exiler en Australie. Il quitte alors définitivement l’espace géographique et politique calédonien et le peuple pour qui il a tant œuvré. Il part presque incognito, avec une valise et deux sacs de voyage: un bagage identique à celui qu’il portait en 1934 au moment de poser pour la première fois son empreinte sur la terre calédonienne.
A la fois, précurseur, visionnaire et moteur, Maurice Lenormand a participé à une œuvre unique en accompagnant les premières grandes enjambées émancipatrices d’un peuple colonisé, bâtissant avec beaucoup d’autres, le socle d’un projet de société débarrassé des séquelles du colonialisme et essayant de faire vivre une vieille idée pleine d’avenir: l’avènement du peuple calédonien dont le noyau dur serait formé par le peuple kanak autour duquel viendrait se rassembler toutes les autres communautés que l’Histoire a fait converger vers notre pays: dix couleurs mais un seul peuple…

Maurice Lenormand s’est éteint paisiblement le 8 septembre 2006, dans une maison de retraite de la Gold Coast, en Australie. Selon ses dernières volontés, son enveloppe charnelle a été incinérée et ses cendres seront placées à côté du cercueil de son épouse Simone dans le caveau familial du cimetière du 5è km. Quant à son âme partie rejoindre les esprits des centaines d’autres vieux militants de l’Union Calédonienne de toutes origines qui l’ont précédée, elle appartient désormais à l’Histoire de notre pays. La réhabilitation dépassionnée de l’extraordinaire œuvre de Maurice Lenormand peut sereinement commencer.

Olivier Houdan

.

.

Retrouvez en un clic l’intégrale de la biographie de Maurice Lenormand par Olivier Houdan

 

AvatarEcrit par : BoSS U (2349 Posts)

Membre fondateur du site. Souvent appelé par ses nombreux admirateurs, l'Administrateur Suprême, il accepte volontiers le diminutif de BoSS, si c'est dit avec respect et un peu de trémolo. Vous pouvez le contacter par mail (bossu@lecriducagou.nc) en cliquant sur l'enveloppe ci-dessous


One Comment

  1. lu dans les nouvelles calédoniennes aujourd’hui :
    “Il est possible de lire la biographie détaillée de Maurice Lenormand, rédigée par Olivier Houdan sur le blog Le cri du cagou.”
    C’est pas d’la balle ça ?

Leave a Comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.