Maurice Lenormand – 9ème partie

Olivier Houdan nous raconte la vie de Maurice Lenormand. Nous sommes maintenant au cœur sa vie politique avec un retour, cette semaine, sur la création de l’Union Calédonienne.

Maurice Lenormand UC Union calédonienne Nouvelle-Calédonie Kanaky député politique Territoire d'outre-mer colonie pacifique France Indépendance caledonia Unical

Maurice Lenormand, co-fondateur et commissaire-général du Mouvement d’Union Calédonienne.

(1956-1988)

La création du Mouvement d’Union Calédonienne est concomitante du cheminement législatif de la loi-cadre Defferre entre février et juin 1956. Projet de large décentralisation politique et administrative, pensé pour les colonies africaines et malgache et leur inévitable évolution institutionnelle, le projet de loi est étendu aux territoires français du Pacifique. Dans le but d’accueillir et de faire vivre au mieux, ces nouvelles dispositions statutaires, les députés Senghor, Boigny, Aujoulat, encouragent Lenormand à créer enfin, ce vaste mouvement fédérateur dont la première raison d’être est la mise en pratique des mesures novatrices de la loi-cadre. Sur place, les succès électoraux des listes ou des candidats de l’UC, entre 1953 et 1956 permettent de consolider et d’entraîner dans leur sillage, une masse nombreuse de militants qui forge la fidèle base électorale du Mouvement, très largement acquise aux idées progressistes et populaires défendues par ses dirigeants.

.

Fruit de l’adaptation locale du système organisationnel du Parti communiste français, le MUC est dès sa création officielle en mai 1956, une organisation structurée, vivante et active composée de membres conscientisés et formés et présente sur l’ensemble de l’archipel calédonien par le biais de ses 297 sections de bases réparties dans 58 districts coutumiers et présentes dans les 30 collectivités municipales que compte alors la Nouvelle-Calédonie. Le Mouvement se dote progressivement de tout l’éventail des traditionnels attributs matériels de la propagande politique et électorale (sigle, emblème, devise, drapeau, insignes). Son credo vise à faire vivre côte à côte et non face à face, les deux principales communautés du territoire: les Mélanésiens et les Européens dans un projet de société débarrassé des oripeaux de la colonisation afin de fonder le peuple calédonien: deux couleurs mais un seul peuple. Son fonctionnement est encadré par les 21 articles de ses statuts et par les 62 autres de son réglement intérieur dont est issu un solide organigramme hiérarchisé de manière pyramidale.

.

Durant 32 ans, l’UC vivra presque au rythme imposé par son leader charismatique lors de ses discours politiques, par la voie de “l’Avenir calédonien” et au moment des campagnes électorales éprouvantes. La cohésion du Mouvement étant le garant de sa réussite, Lenormand a toujours fait en sorte d’éliminer radicalement toute vélléité, constatée ou suspectée, de trahison ou de collaboration avec l’ennemi. De très nombreux militants ou notables feront les frais de son autoritarisme. Le congrès du Mont-Dore en 1971 lui permet de sortir du désert et de recouvrer sa place au sein du Mouvement devenu Parti: “(…) je ne pouvais pas assister plus longtemps et dans le moment présent au dépérissement de ce qui a été, je crois, l’œuvre de ma vie.” Le congrès de Bourail puis la réunion du comité directeur à Azareu (1977) conserve Lenormand comme commissaire-général malgré la révolution de palais qui vient de s’y dérouler par le biais du rajeunissement de son équipe dirigeante, des critiques visant Lenormand lui-même (“Nous ne voulons plus que l’UC soit le parti d’un homme” déclare Jean-Marie Tjibaou, le nouveau vice-président) et par la formulation d’une idéologie désormais ouvertement pour l’indépendance. Au cours de son XIXème congrès à Gélima, les 11 et 12 novembre 1988, Maurice Lenormand, absent, est évincé de son poste et remplacé par son adjoint, François Burck.

Maurice Lenormand UC Union calédonienne Nouvelle-Calédonie Kanaky député politique Territoire d'outre-mer colonie pacifique France Indépendance caledonia

Maurice Lenormand,  le rédacteur du projet de constitution du futur Etat indépendant.

(1980-1987)

En 1980, lors du XIè congrès à Nouméa, les instances dirigeantes de l’UC décident de mettre en œuvre une réflexion globale et d’engager un imposant et minutieux travail de recherches, relayé à la base, par des débats d’idées et des échanges entre militants, en vue de rédiger la constitution du futur Etat indépendant, que l’Union Calédonienne appelle de ses vœux. Ce travail est confié à Maurice Lenormand. Il aboutit en janvier 1987 à la publication du projet de constitution du FLNKS qui est présenté devant le comité de décolonisation de l’ONU. Durant près de huit années, le commissaire-général s’investit pleinement dans cet énorme projet, apportant son expérience de parlementaire, son impressionnante capacité de travail et d’investigations et ses larges connaissances en la matière. Du congrès de Lifou en 1981 à celui de Yaté en 1987, chaque assemblée annuelle du Mouvement, voit la “Commission de la Constitution” apportait sa pierre à l’édifice.. S’inspirant des exemples vietnamien, coréen, allemand, libanais, japonais et chypriote, il rédige un avant-projet qui fixe les principes fondamentaux sur lesquels seront fondés les lois et l’exercice des pouvoirs publics et définit les structures coutumières et non-coutumières de l’Etat kanak et socialiste qui sera une république, indépendante, souveraine, démocratique et décentralisée. Les instances coutumières sont intégrées à l’édifice constitutionnel. Un code de la citoyenneté et de la nationalité est examiné. Le futur statut des personnes est abordé. Plusieurs fois modifié, amendé ou transformé, le projet présenté par l’UC est adopté par le 4ème congrès du FLNKS à Oundjo (1986).

.

.

Retrouvons la semaine prochaine, la suite de l’histoire du destin de Maurice Lenormand racontée par Olivier Houdan.

Retrouvez en un clic l’intégrale de la biographie de Maurice Lenormand par Olivier Houdan

AvatarEcrit par : BoSS U (2349 Posts)

Membre fondateur du site. Souvent appelé par ses nombreux admirateurs, l'Administrateur Suprême, il accepte volontiers le diminutif de BoSS, si c'est dit avec respect et un peu de trémolo. Vous pouvez le contacter par mail (bossu@lecriducagou.nc) en cliquant sur l'enveloppe ci-dessous


Leave a Comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.