Dépuc’lé un vendredi soir…

Dépuc’lé un vendredi soir …

… à grands coup de punk dans le noir,

Ou comment faire un compte-rendu de son Black Woodstock Festival

Un démarrage un peu poussif, il faut un peu d’motivation pour tracer la route vers Moindou après une semaine bien chargée, mais on nous rebat les oreilles, surtout ici, j’imagine bien, de ce festival de rockeurs. Alors enfin, on se décide, ça fait cinq ans que ça sévit, doit bien y avoir une bonne raison.

Arrivé à vingt-et-une heures, parking, guichet, chemins de paille, du gros son lourd se fait entendre comme une boussole pour les fêtards, et plongée direct dans la foule, Didier Wampas lance la machine devant les punks calédoniens.

Blackwoodstock Festival 2017 moindou kanaky Nouvelle-Calédonie Youpi Wampas Moustache Gracias Pete International Airport Red Skirts Ben J Exa Garak & Moebius Whoopinez Morning Phoenix Trio Rendez-vous Baraka Les Simones Sandy Factory Kharma Legal Uncle Fester Yellowstone Naked Giants

Dix minutes, la première rencontre, soeur et beau-frère sont dans la place, au bout de vingt, on saute en rythme, pas besoin d’connaître les paroles, le vieux sur scène a la bouteille pour prendre son public par les couilles, et lui faire monter la pression.

Quinze mètres de fosse, avant la scène, ça jugule les élans d’amour, c’est con, le Didier n’attend qu’ça, qu’les punks fassent tomber les barrière pour prendre la scène d’assaut. Au pire, ce s’ra comme au HellFest, un p’tit mur pour lancer l’pogo.

Blackwoodstock Festival 2017 moindou kanaky Nouvelle-Calédonie Youpi Wampas Moustache Gracias Pete International Airport Red Skirts Ben J Exa Garak & Moebius Whoopinez Morning Phoenix Trio Rendez-vous Baraka Les Simones Sandy Factory Kharma Legal Uncle Fester Yellowstone Naked Giants

Si le public ne vient à toi, alors t’iras à ton public. Le fil du mike ombilical tendu comme une ligne à tazar, le Premier punk passe la distance, se lance dans la foule à l’envi, c’est à bout d’bras qu’il se sent l’mieux, il n’va pas bouder son plaisir rendu à l’autre bout d’la terre.

Blackwoodstock Festival 2017 moindou kanaky Nouvelle-Calédonie Youpi Wampas Moustache Gracias Pete International Airport Red Skirts Ben J Exa Garak & Moebius Whoopinez Morning Phoenix Trio Rendez-vous Baraka Les Simones Sandy Factory Kharma Legal Uncle Fester Yellowstone Naked Giants

Qu’il prenne un enfant par la main, qu’il fasse monter les filles sur scène, qu’il se perche en équilibriste sur des retours tout renversés, Didier Wampas a un message, un “Didier Wampas est le Roi”, clamé en choeur par des crêteux venu s’prendre une cure de jouvence, ça crie, ça braille, ça s’époumonne, bonjour monsieur et bienvenue à ce Black Woodstock Festival.

C’est pas tout ça, la nuit est jeune, et reste encore à découvrir à quoi ressemble ce festival. Paraît qu’il y a un stand à bière, p’têt à grailler pour éponger, ça tombe bien, la soif est présente, et merde, du rock en liberté, ça s’arrose à grands coups de blonde.

Loupé chéri, mauvais calcul, en fait de bar, c’est une aut’ scène, face aux gradins, en mode léger, Moustaches Gracias affute ses cordes.

Blackwoodstock Festival 2017 moindou kanaky Nouvelle-Calédonie Youpi Wampas Moustache Gracias Pete International Airport Red Skirts Ben J Exa Garak & Moebius Whoopinez Morning Phoenix Trio Rendez-vous Baraka Les Simones Sandy Factory Kharma Legal Uncle Fester Yellowstone Naked Giants

Du jazz manouche, ou du kletzmer, ou on s’en fout, tant que c’est bon, une contrebasse, une violoniste, une clarinette, une percussion, une guitare et un banjo, et un jeu d’scène, façon franquette, la bande, on est là pour le fun, et putain oui, la mayo prend, alors qu’on tombe sur d’autres potes, entre onze et soixante-dix ans.

Blackwoodstock Festival 2017 moindou kanaky Nouvelle-Calédonie Youpi Wampas Moustache Gracias Pete International Airport Red Skirts Ben J Exa Garak & Moebius Whoopinez Morning Phoenix Trio Rendez-vous Baraka Les Simones Sandy Factory Kharma Legal Uncle Fester Yellowstone Naked Giants

La chaleur monte, car ils sont bons, et bientôt les barrières ne servent qu’a s’appuyer pour s’reposer, tant pis pour la sécurité, les forcenés sont à pied d’scène et honorent avec frénésie le son festif, merci moustaches.

 

Et on enchaîne, la soif menace, l’est où ce foutu bar à bière ?

Nouvelle rencontre, mon meilleur punk, qui traque les tatoos et les sons, qu’est-ce que le rock, t’aime les aiguilles, enregistreur et APN pour un reportage différent, quand le matos disparaît pas entre deux touffes d’herbes mal rasées et un stand de barbes à tailler.

 

Sur la grande scène, du son reprend, alors que ça y est, on approche, le village est enfin trouvé, la source est à proximité. Cabron, les tickets, pas d’problème, mais l’est minuit, passée de vingt, c’est l’heure de la prohibition, l’alcool de toute façon c’est mal, n’empêche, c’est chaud, sevrer un punk, faut-il qu’il soit encore à jeun. Claque la bise à la tenancière, elle compatit entre deux comptes, loin du service pour les civiques.

Tant pis, on va manger un bout, sur les accords atmosphériques, Pete International Airport en mode planant pour faire une pause après la folie des Wampas.

Blackwoodstock Festival 2017 moindou kanaky Nouvelle-Calédonie Youpi Wampas Moustache Gracias Pete International Airport Red Skirts Ben J Exa Garak & Moebius Whoopinez Morning Phoenix Trio Rendez-vous Baraka Les Simones Sandy Factory Kharma Legal Uncle Fester Yellowstone Naked Giants

Et encore un visage connu, une jolie blonde virée au noir, dix ans après, le nom revient avec le plaisir d’échanger. Et un trapard, un peu crêteux, lui c’est l’inverse, un vrai minet aux cheveux tout décolorés. Un festival de retrouvailles, c’est ça qu’est bon, on en chial’rait.

 

Le rock c’est mort pour la soirée, comment faire pour ne pas dormir quand la tente est toujours dans l’coffre ? Ben on s’rabat sur l’éléctro, après un tour entre parkings pour se trouver une petite veste, l’humidité glace les sueurs une fois que la fièvre est tombée.

Les Red Skirts à la Boulang’rie mêlent des instrus à des platines devant un public de couche-tard venus chercher le dernier son qui fasse bouger les corps transis.

Mais bon ne veut pas dire qui bouge, ils sont sympas et pleins d’allant, mais les licornes et les vaches essaient de ne pas tomber raides sous un son fait pour décuver, les corps se ramassent à la pelle.

 

Des DJ suivent, Ben J, Exa, rien à faire, ça reste timide, on attend SE, pleins d’espoir, pour un bon gros son de bâtard.

Garak & Moebius enchaînent, ça promet de cracher la tek. Mais encore faut-il que ça monte, et la fatigue se fait sentir quand la fièvre peine à rev’nir.

Blackwoodstock Festival 2017 moindou kanaky Nouvelle-Calédonie Youpi Wampas Moustache Gracias Pete International Airport Red Skirts Ben J Exa Garak & Moebius Whoopinez Morning Phoenix Trio Rendez-vous Baraka Les Simones Sandy Factory Kharma Legal Uncle Fester Yellowstone Naked Giants

Alors tant pis pour Whoopinez, entre dormir dans les caillous et s’affaler en siège arrière, le choix n’est pas si dur à faire, fallait monter la sauce plus vite, sans laisser les derniers partir. Au moins ça berce quand ça s’énerve, on se rattrapera demain.

Huit heures du mat’, le soleil claque, réveil-matin de festival pour une petite nuit en voiture.

Toilette de chat, tee-shirt propre, juste pour sauver les apparences, café, pain choc et jus d’orange, pour amorcer la mécanique, et bordel, la prise de conscience, Moindou, cagnard et zéro ombre, c’est parti pour chauffer la gueule.

Mais on est là pour du gros son, pas pour jouer les effarouchés, on pourra se plaindre lundi.

Puis ça commence, Morning Phoenix, la chanteuse est tombée du lit, en nuisette, chaussons et doudou, et ça l’énerve, on le sent bien, tout l’monde debout, y’a pas d’raison, bougez vos culs dans le camping.

Blackwoodstock Festival 2017 moindou kanaky Nouvelle-Calédonie Youpi Wampas Moustache Gracias Pete International Airport Red Skirts Ben J Exa Garak & Moebius Whoopinez Morning Phoenix Trio Rendez-vous Baraka Les Simones Sandy Factory Kharma Legal Uncle Fester Yellowstone Naked Giants

Faut dire on comprend son humeur, lancer le jour sans un public quand le guitariste pète sa corde, c’est pas l’bon créneau pour briller.

Pourtant ça l’fait, la zik est bonne, il faut relever leur effort pour se lâcher malgré tout ça, avec une batteuse énervée.

 

On change de scène, place aux gradins, où des transfuges des moustachus posent un jazz manouche entraînant, un Trio Rendez-vous à quatre pour un public en plein réveil autant que ravi de trouver une entrée en matière feutrée.

Blackwoodstock Festival 2017 moindou kanaky Nouvelle-Calédonie Youpi Wampas Moustache Gracias Pete International Airport Red Skirts Ben J Exa Garak & Moebius Whoopinez Morning Phoenix Trio Rendez-vous Baraka Les Simones Sandy Factory Kharma Legal Uncle Fester Yellowstone Naked Giants

Ca réveille tout en mélodie, les musicos sont pas plus frais que les campeurs venus guincher, et le jour deux est enclenché.

 

On enchaîne par la grande scène, où la bande de Baraka s’est réparti sur la surface. OK, sont pas vraiment rockers, mais z’ont d’mandé à leur batteur de frapper un peu lourdement, et leur reggae se prend les nerfs, porté par un leader sociable autant que pas bien réveillé.

Blackwoodstock Festival 2017 moindou kanaky Nouvelle-Calédonie Youpi Wampas Moustache Gracias Pete International Airport Red Skirts Ben J Exa Garak & Moebius Whoopinez Morning Phoenix Trio Rendez-vous Baraka Les Simones Sandy Factory Kharma Legal Uncle Fester Yellowstone Naked Giants

L’ensemble assure, les textes portent, la foule conquise reste clairsemée, ou tu te crâmes face à leur flow, ou tu te réfugies à l’ombre, il n’y a pas trop d’alternative.

Blackwoodstock Festival 2017 moindou kanaky Nouvelle-Calédonie Youpi Wampas Moustache Gracias Pete International Airport Red Skirts Ben J Exa Garak & Moebius Whoopinez Morning Phoenix Trio Rendez-vous Baraka Les Simones Sandy Factory Kharma Legal Uncle Fester Yellowstone Naked Giants

N’empêche ça crache et ça assure et ça fait bouger dans les corps, la matinée est bien lancée.

 

Prochaine attente : les Youpi.

En attendant deux objectifs : trouver un chapeau en urgence, histoire de ne pas succomber à une insolation massive, et faire la queue à la buvette, bordel, ça y est, la première fraîche pointe le bout de son nez.

Sur la descente vers l’Chapitô, Les Simones lâchent l’électro-rock, mode vigoureux. C’est efficace et pas dégueu.

Blackwoodstock Festival 2017 moindou kanaky Nouvelle-Calédonie Youpi Wampas Moustache Gracias Pete International Airport Red Skirts Ben J Exa Garak & Moebius Whoopinez Morning Phoenix Trio Rendez-vous Baraka Les Simones Sandy Factory Kharma Legal Uncle Fester Yellowstone Naked Giants

 

Mais faut pas louper les Youpi, encore du pote, incontournable, alors on va s’planquer à l’ombre, en direct pour les balances, et vas-y qu’on pine Géraldine.

Une diversion se fait entendre, Star Wars passe à la cornemuse, deux écossais tout enkiltés qui s’époumonnent dans leur vessie au grand bonheur des fans patients.

Blackwoodstock Festival 2017 moindou kanaky Nouvelle-Calédonie Youpi Wampas Moustache Gracias Pete International Airport Red Skirts Ben J Exa Garak & Moebius Whoopinez Morning Phoenix Trio Rendez-vous Baraka Les Simones Sandy Factory Kharma Legal Uncle Fester Yellowstone Naked Giants

 

Puis c’est parti, retour au punk, le gros qui tâche sans s’prendre la tête, à base de poney découpé, de sextape ou d’apolitique. Ca déjante à fond dans les textes, ça vrombit sévère aux instrus, et si les enfants sont heurtés, c’est qu’leurs parents ont mal vidé l’historique de l’explorateur, tant pis pour eux, fallait pas v’nir.

Blackwoodstock Festival 2017 moindou kanaky Nouvelle-Calédonie Youpi Wampas Moustache Gracias Pete International Airport Red Skirts Ben J Exa Garak & Moebius Whoopinez Morning Phoenix Trio Rendez-vous Baraka Les Simones Sandy Factory Kharma Legal Uncle Fester Yellowstone Naked Giants

La foule s’entasse sous l’Chapito, entre fans de la première heure et néophytes choqués d’extase, tant pis si on comprend pas tout, tant qu’ça balance dans la culotte, c’est que ça porte, et ça gigote, un écho à Didier Wampas, conclu sur l’hymne par excellence, Je suis un punk calédonien.

Blackwoodstock Festival 2017 moindou kanaky Nouvelle-Calédonie Youpi Wampas Moustache Gracias Pete International Airport Red Skirts Ben J Exa Garak & Moebius Whoopinez Morning Phoenix Trio Rendez-vous Baraka Les Simones Sandy Factory Kharma Legal Uncle Fester Yellowstone Naked Giants

 

On a grave faim et on a chaud, et le jus lâche dans les stands, c’est dans l’ambiance, jusqu’au patron qui s’prend la tête avec l’orga.

Tour au parking, le pote va cuire, et on s’retrouve pour l’apéro à fond de coffre, sujet musique, parler du rock, parler du mix, parler des humeurs, des envies, et le temps file sans y paraître.

 

Une tête croisée dans le camping, en route pour Sandy Factory, c’est ballot c’est l’dernier morceau, just’ de quoi vouloir en entendre un peu plus à d’autres occasions, la miss sait susciter l’envie, ce sera pour la prochaine fois.

Blackwoodstock Festival 2017 moindou kanaky Nouvelle-Calédonie Youpi Wampas Moustache Gracias Pete International Airport Red Skirts Ben J Exa Garak & Moebius Whoopinez Morning Phoenix Trio Rendez-vous Baraka Les Simones Sandy Factory Kharma Legal Uncle Fester Yellowstone Naked Giants

 

La belle en noir pour remonter, et Kharma Legal s’est lancé, il paraît qu’ils ont investi dans un batteur à la frappe lourde, et le fait est que l’son tabasse, même si, et c’est une redondance, on peine à comprendre les paroles.

Blackwoodstock Festival 2017 moindou kanaky Nouvelle-Calédonie Youpi Wampas Moustache Gracias Pete International Airport Red Skirts Ben J Exa Garak & Moebius Whoopinez Morning Phoenix Trio Rendez-vous Baraka Les Simones Sandy Factory Kharma Legal Uncle Fester Yellowstone Naked Giants

Mais ça ne doit pas être un mal, j’adhère peu à ce que j’entrave, un poil trop perché à mon goût, et ça peine à monter l’ambiance, dommage, la presta est carrée.

 

Un tour au bar, une pause à l’ombre, sur scène les Uncle Fester s’font divers, sortis de leur Nouvelle Zélande à la suite de la néo-cal dont la voix oscille de fluette à beuglement de trash hardcore.

Blackwoodstock Festival 2017 moindou kanaky Nouvelle-Calédonie Youpi Wampas Moustache Gracias Pete International Airport Red Skirts Ben J Exa Garak & Moebius Whoopinez Morning Phoenix Trio Rendez-vous Baraka Les Simones Sandy Factory Kharma Legal Uncle Fester Yellowstone Naked Giants

Bon anniversaire à la mam’, pendant qu’on pose sur le gazon, et une aut’  reprise de contact avec une tête connue il y a, mais qui n’aura-t-on pas croisé dans ce festival du fin fond.

 

Le manque de sommeil se profile, tiendra-t-on jusqu’au bout des heures, le corps commence à en douter, la bière n’aide pas mais c’est le jeu.

Et au moment de saluer la pénultième tête du week-end, un son de ouf perce des gradins, assez pour y jeter un lobe et se dire que putain c’est bon.

 

Sont tahitiens, chantent en anglais, une formation à la Red Hot, riff agaçants, bassiste groovy,  batteur massif, chanteur déglingue.

Blackwoodstock Festival 2017 moindou kanaky Nouvelle-Calédonie Youpi Wampas Moustache Gracias Pete International Airport Red Skirts Ben J Exa Garak & Moebius Whoopinez Morning Phoenix Trio Rendez-vous Baraka Les Simones Sandy Factory Kharma Legal Uncle Fester Yellowstone Naked Giants

Sont Yellowstone et ça déchire, la foule ne s’y trompe pas un poil, la qualité attire la masse.

Ca danse, ça saute, ça hurle de joie, les gars ont conquis leur public, et trouvent ça cool, et l’font savoir, sûr qu’ils crèv’raient d’envie de s’faire un festival commas sous les farés du Fenua.

Le soleil se couche dans leur dos, et ils diffusent leur énergie pour remonter les effrénés en manque de son un peu furieux, c’en est trop court, même en rappel, mais sacré bon dieu que c’est bon.

Blackwoodstock Festival 2017 moindou kanaky Nouvelle-Calédonie Youpi Wampas Moustache Gracias Pete International Airport Red Skirts Ben J Exa Garak & Moebius Whoopinez Morning Phoenix Trio Rendez-vous Baraka Les Simones Sandy Factory Kharma Legal Uncle Fester Yellowstone Naked Giants

En bas on reste dans l’frénétique, un trio à peine prépubère venu de la scène USA, Naked Giants, de leur petit nom, on voudrait leur moucher le nez, mais leurs deux guitares suintent la lave comme en un torrent métallique bercé d’un batteur hystérique.

Avec une basse je s’rais resté, quitte à pousser jusqu’aux Dandy, mais la fatigue guette un peu trop, et la route s’annonce laborieuse, on fera mieux la prochaine fois.

 

Quand j’pense à tout c’que j’ai loupé … Putain ça va être long un an …

Ecrit par : MrGouillat (118 Posts)


Nombre de vues :

505

fois. Thankiou bien !

12 Commentaires

  1. Trapard Creteux dit :

    Super article MrGouillat !

    Entre les lignes et les mots abrégés, ça suppure le retour mi-jouissif mi-blasé d’un lendemain de grosse teuf. :mrgreen:

    Et m’a l’air un peu fané le minet de minuit qui laisse tout son poids se reposer sur son bout de clope. :mrgreen:

  2. Jessy Cocottman dit :

    yo morgen et les autres groupes ils comptent du beurre ?

  3. BoSS U dit :

    Le retour de MrGouillat dans les colonnes du Cri ! 2017 est définitivement une bonne année.
    Chouette article, Bro et chouettes photos, notamment le portrait du Trapard qui raconte bien la dure vie du Punk après une journée bien rempli de pogo à gogo !

  4. RassKass Rouge dit :

    Le retour du Gouillat ! trop de la balle, et pour les autres groupes non cités : c’était impossible de tout voir!

  5. Trapard Creteux dit :

    Exact !
    Pour Jessy Cocottman, si on publie 15 impressions du festival par 15 personnes différentes, on n’aura jamais les mêmes anecdotes de concerts. 5 scènes c’est énorme. Perso, je suis loin d’avoir filmé tous les groupes.
    Mais des textes, des photos, des vidéos et des interviewes suivent. Inutile de s’énerver.

  6. MrGouillat dit :

    Salut Cocotte.
    Juste pour lever une confusion : ceci n’est pas un reportage pour le Cri (me suis radié, y’a une paie), mais le ressenti d’un festivalier lambda, son appareil dans le sac, qu’a pris un tel pied à ce dépuc’lage qu’il en a éjaculé un texte suintant de photos avec ce qu’il avait, sitôt rentré à la mais’, et a voulu le partager ici.
    Donc forcément, pas vu un quart de ce qui était présenté (“quand j’pense à tout c’que j’ai loupé”), je n’étais pas là-bas pour ça.
    Maintenant, le truc terrible c’est que si tu postes ton festival, le copain son festival, et ainsi de suite, ça donnera le plus magnifique des comptes-rendus.

    Et merci la bande pour la mise en ligne, ça me fait tout drôle après toutes ces années.

  7. Eve dit :

    Bon tant pis si tu n’adhères pas, un autre jour peut-être ? Je peux piquer la photo pour notre site (je mets crédit Mrgouillat ?)?
    Bises les guys et bravo pour l’article stylé Audiard.

  8. MrGouillat dit :

    On va dire que le micro était pas assez bien calé pour me faire une bonne idée.
    Fais-toi plaisir, un partage en réponse au vôtre.

  9. eve dit :

    Ok merci c’est cool. 🙂

  10. KoBe dit :

    Excellent ! J’adore le ton… 😯

Laisser un commentaire