(Doc) Jacques ‘Kiki’ Karé…But in english, please !

Jacques Karé par Olivier Oswald.

Aujourd’hui, Le Cri du Cagou vous propose de visionner une archive vidéo on ne peut plus intéressante. Il s’agit d’un court documentaire réalisé par Jacques Karé en 1987 pour la télévision australienne. Souvenez-vous que ce touche-à-tout était présentateur sur FR3 Nouvelle-Calédonie (notamment de l’émission « Veillées Océanes » en compagnie de Sonia Lagarde — un extrait ICI avec Kiki Karé en chemise bleue claire) puis de RFO Nouvelle-Calédonie dans les années 80. Puis animateur jeunesse dans les années 90 et organisateur de concerts au début des années 2000. Il a enfin pu enregistrer son unique album culte en 2007, juste avant son décès, avec l’aide du comédien Pierre Poudewa. Mais surtout du journaliste Dominique-Pierre Mariotti et avec leur association F.KC Records. (ICI un extrait de l’enregistrement de l’album dans la Grotte Koulnoué, falaises de Lindéralique à Hienghène). Le Cri du Cagou lui avait dédié son deuxième anniversaire, 15 jours après sa mort, au Centre d’Art avec de nombreux artistes plasticiens, musiciens, DJs, slameurs, jongleurs, comédiens, danseurs…

 

 

Et bien entendu, Kiki a aussi été acteur de théâtre à la fin de sa vie, jouant dans le “Dom Juan” de Molière (voir le casting de la pièce ICI). Et comme tout artiste qui vit à 100% au-dessus d’une certaine limite de sécurité pour sa santé, c’est ce qui l’a tué.

 

 

 

 

Pour en revenir à notre film : durant la période dure des « Évènements », Jacques Karé a quitté RFO NC, en se tournant vers la télévision australienne pour tourner ce documentaire de propagande indépendantiste, en le présentant entièrement dans la langue de Shakespeare. Kiki Karé a d’ailleurs aussi quitté la célèbre « coupe afro » qu’il arborait au début de sa carrière de présentateur sur les ondes de RFO, pour adopter un look beaucoup plus rastafari et cool.

Le documentaire est donc par moments un peu dur : en 1987, c’était la guerre. Et Kiki Karé revenait sur les périodes chaudes de 1984-1985 et on peut y voir aussi Jean-Marie Tjibaou mais aussi Elie Poigoune, qui était à l’époque très jeune. Il revenait aussi sur le referendum de 1987 (dont vous trouverez une parodie loyaliste ICI). En 1987, le Kiki Karé de « si y’a pas toi, y’a pas moi » n’était évidemment pas encore présent, c’était plutôt le Kiki en guerre qu’on découvre dans ce film, mais aussi le Kiki médiateur, ou le Kiki qui cherche des réponses par le biais du journalisme. Même si l’on sait que l’Australie a toujours été un dé-colonisateur politique, mais aussi un re-colonisateur économique.

Enfin, la version de ce documentaire était très abîmée et le son était souvent mal calé. Donc j’ai dû supprimer certains passages dont la fameuse scène de matraquage dont vous pouvez voir un extrait ICI, bien que celle-ci ait été remontée de manière à en accentuer la violence. Mais aussi un bref passage qui raconte les morts de Tiendanite et une descente de gendarmes à Touho.

Pour le reste, j’espère que vous prendrez plaisir à revoir Jacques ‘Kiki’ Karé dans une de ses multiples facettes : le journalisme d’investigation.

 

 

 

Ecrit par : Trapard Creteux (912 Posts)

Affreux, Sale et Méchant.


Nombre de vues :

170

fois. Thankiou bien !

5 Commentaires

  1. Oswald dit :

    Bonjour superbe ce ptit souvenir , pour la photo en tête de page , elle est de moi prise a Canala . Merci de rectifier .

  2. BoSS U dit :

    Merci Trapard pour cet article !!
    Superbe document, une facette de Kiki Karé qu’on avait peut-être oublié. t’es vraiment trop fort Trapard pour retrouver ce genre d’archive.
    Un très grand merci !!!

  3. Trapard Creteux dit :

    J’ai retrouvé cet enregistrement dans mes cartons.

Laisser un commentaire