(Archive Audio) DISCOURS DE GEORGES LEMOINE EN 1984

Voici une archive audio plutôt rare que nous sommes fiers de proposer sur Le Cri du Cagou. Il s’agit de la présentation en 1984, par le secrétaire d’État à l’Outre-mer, Georges Lemoine, du statut proposé pour la Nouvelle-Calédonie par le Parti Socialiste et qui fut rejeté catégoriquement par le FLNKS.

“À la faveur de l’élection de François Mitterrand en 1981 à la présidence de la République, Georges Lemoine devient un cadre important du PS et participe à plusieurs gouvernements socialistes comme secrétaire d’État dans les gouvernements Mauroy et le gouvernement Fabius (à l’énergie (mai à juin 1981), auprès du ministre de la défense (1981-1983), chargé des DOM-TOM (1983-1986).

Du 8 au 12 juillet 1983, c’est au château de Nainville-les Roches que s’ouvre la table ronde de négociations entre les protagonistes de Nouvelle-Calédonie : le secrétaire d’État aux DOM-TOM y réunit les deux délégations, celle du Front Indépendantiste (futur FLNKS), conduite par Jean-Marie Tjibaou, et celle dite “loyaliste”, résolument opposée à l’indépendance et conduite par le leader du RPCR Jacques Lafleur.

 

En Nouvelle-Calédonie, avec l’élection de François Mitterrand en 1981, le FI (qui accède à la présidence du Conseil de gouvernement local en 1982 grâce à un renversement d’alliance du petit parti autonomiste et centriste FNSC) se rapproche du Parti socialiste métropolitain et les attentes indépendantistes se font plus pressantes, comme en témoignent les négociations de Nainville-les-Roches en 1983 lors desquelles le FI demande l’organisation d’un référendum d’autodétermination auquel ne participeraient que les Kanaks.
En 1984, mécontent du nouveau statut préparé par le secrétaire d’État à l’Outre-mer socialiste Georges Lemoine et de l’évolution de certains dossiers sensibles (notamment sur le plan foncier), le Front de libération national kanak socialiste (FLNKS), qui remplace le Front indépendantiste, décide de boycotter les élections territoriales, dresse des barrages sur les routes, met en place un « Gouvernement provisoire de Kanaky » présidé par Jean-Marie Tjibaou avec pour but de préparer l’« Indépendance kanak socialiste » (IKS) et chasse des éleveurs Caldoches de leurs exploitations (tout particulièrement sur la côte est, à Thio notamment). C’est le point de départ de quatre années de conflits politiques et ethniques appelées les « Évènements » .

 

Ecrit par : Trapard Creteux (912 Posts)

Affreux, Sale et Méchant.


Nombre de vues :

52

fois. Thankiou bien !

Laisser un commentaire