Lettre ouverte aux élus et responsables politiques de « l’enseignement »

ecole-mariste-nouvelle-caledonie

Lettre ouverte de la Ligue des Droits de l’Homme de Nouvelle-Calédonie (LDH-NC)

Aux élus et responsables politiques de « l’enseignement »

Aux élus et responsables politiques représentants de l’Etat,

Aux élus et responsables politiques représentants du Gouvernement,

Aux élus et responsables politiques représentants des 3 provinces

La LDH-NC a pour objectif d’accompagner l’Accord de Nouméa, de soutenir le processus de décolonisation et de promouvoir la volonté de construire ensemble la communauté de destin.

Dans ce cadre, la commission transculturalité de la LDH a organisé une conférence le 18 septembre 2014 sur le thème « Notre école pour un destin commun, gage de paix ». La volonté de sensibiliser les responsables politiques par cette lettre, était un de nos objectifs à la suite de cette conférence.

suzanne_russier

L’école du destin commun

L’école est, en effet, une des premières loges de destin commun où tous les enfants de diverses cultures se côtoient au quotidien. Mais l’histoire coloniale et la mondialisation ont fait de l’école le creuset de discriminations sociales mais aussi culturelles. Ces discriminations contribuent encore aujourd’hui à entretenir l’échec scolaire des enfants kanak et plus largement des enfants océaniens. Sans nier les autres communautés qui ont toute leur place dans ce pays, nous nous devons d’être en phase avec notre héritage historique. « Sur le chemin de l’école du destin commun » diffusé sur NC 1ère le 3 mars 2015 dans l’émission Itinéraires, confirme ce constat.

L’étude de l’Insee de 2009 fait un état chiffré de cette situation. En effet, 2/3 des non-Kanak ont un emploi, contre 45% des Kanak dont 39% occupent un emploi de catégorie « ouvrier ». Cette situation sociale est liée à la marginalisation des Kanak dans le système éducatif. En effet, 3% des Kanak sont des diplômés de l’enseignement supérieur contre 23% des non-Kanak. 40% des Kanak sont sans diplôme, soit 2 fois plus que les non-Kanak.

Cette situation est alarmante et réclame la plus grande vigilance pour combler cet écart.

st_joseph_de_cluny

Une école occidentale

L’école d’aujourd’hui malgré des progrès d’adaptation des programmes, reste encore très fortement calquée sur le modèle occidental. Elle véhicule donc prioritairement une seule culture et ne prend pas assez en compte les diversités culturelles des enfants les obligeant à remettre en question leurs fondamentaux culturels.

Pourtant de bonnes initiatives existent dans notre pays. Le Grand Débat sur l’école, des groupes de recherches, des pédagogues ont placé la culture au cœur de l’enseignement mais sans les applications attendues.

champagnat-nouvelle-caledonie-paita

A la hauteur du défi

A l’heure du Destin Commun, dans le cadre de vos compétences spécifiques d’enseignement précisée par la Loi Organique n°99-209 du 19 mars 1999 relative à la Nouvelle-Calédonie, il vous appartient, que la Nouvelle-Calédonie se dote d’un enseignement à la hauteur de ce défi.

La LDH-NC par la voix de sa commission transculturalité, parce qu’elle s’inscrit totalement dans le respect de l’Accord de Nouméa vous interpelle pour que vous mettiez en place une véritable école du « vivre ensemble » gage de paix pour la Nouvelle-Calédonie.

.

.

La ligue des droits de l’homme et sa commission transculturalité

Ecrit par : BoSS U (2299 Posts)

Membre fondateur du site. Souvent appelé par ses nombreux admirateurs, l'Administrateur Suprême, il accepte volontiers le diminutif de BoSS, si c'est dit avec respect et un peu de trémolo. Vous pouvez le contacter par mail (bossu@lecriducagou.nc) en cliquant sur l'enveloppe ci-dessous


Nombre de vues :

442

fois. Thankiou bien !

Laisser un commentaire