Steve Woodward : La pierre comme un engagement durable

Steve Woodward arrive à notre rendez-vous tout sourire et couvert de poussière de la tête aux pieds ! La sculpture sur pierre est un réel travail de titan ! Avec son franc parler et son enthousiasme qui le rendent si sympathique, il me livre son parcours et sa démarche.

La pierre comme un engagement durable.

pacifiquart-patham-0125

Au départ, Steve voulait être fondeur, mais après deux ans aux beaux arts dans son pays natal, le Canada, il part en Europe, et travaille en Italie, tout d’abord chez le sculpteur, Mario Negri, puis chez Alicia Penalba qui lui présente Sem Ghelardini. Chez ce dernier il s’initie à la sculpture sur marbre. Après ces deux ans en Italie, et un an à Paris, il part en NZ où il réside maintenant depuis presque trente ans.

Steve Woodward a une expérience internationale, il travaille en Nouvelle Zélande, mais aussi en Australie, au Japon, en Thaïlande, à Taïwan et en Chine, où il est souvent invité pour y réaliser des œuvres in situ. Ces projets publics, par leur durée, lui permettent de s’imprégner du lieu et d’échanger avec les autres artistes, mais surtout avec les populations locales.

Il milite ardemment contre l’injustice, et les corruptions économiques, dont la principale victime, selon lui, est l’environnement. C’est pour dénoncer tout cela, qu’il utilise beaucoup la métaphore dans ses oeuvres. Celle des plantes, des montagnes ou de sujets tels que la pollution invisible et insidieuse des sols.

Pacificart-papounimaj-3684

La pierre est son matériau de prédilection, mais il est polyvalent et a aussi travaillé l’acier, le bronze, l’alu,  l’inox, et même la céramique.

Ce n’est pas la première fois qu’il expose en Nouvelle Calédonie, il a été invité par le CCT en 1997 avec Brett Graham, et en 2006 pour l’exposition « Minéralités ».

Cette fois, pour « Monumental Pacifiq’Art » il nous présente le « Mystère Abominable ». C’est un diptyque en calcaire, représentant d’une part, le pin colonnaire, symbole culturel Kanak, et de l’autre, une graine, l’Amborella Trichopoda, l’ancêtre endémique de la fleur. Ce qu’il souhaite représenter c’est la minéralisation de la graine et de l’arbre. En effet, l’organique, malmené par l’extraction du minerai, se mue en minéral.

Si vous souhaitez en savoir plus, Steve n’a pas encore de site, mais l’on peut trouver de nombreuses informations sur les sites de galeries avec lesquelles il a travaillé. En attendant, vous pouvez le voir travailler au Centre des Activités Nautiques de la Province Sud. Mais avec discrétion, car il est bien occupé !

Ecrit par : Ko Be (17 Posts)


Nombre de vues :

861

fois. Thankiou bien !

3 Commentaires

  1. BoSS U dit :

    Chouette portrait ! Merci Ko Be !

  2. La Tortue dit :

    choc choc merci KoBE et Steve ! 😀

  3. KoBe dit :

    😀 Yess Merci à Steve !!

Laisser un commentaire