L’exposition « Monumental Pacifiq’Art » s’installe à la Promenade Pierre Vernier

Depuis le 11 août, le Cri du Cagou s’invite au Centre des Activités Nautiques de la Province Sud, pour suivre un projet d’envergure initié par l’association Kassiopée. Il s’agit d’un symposium et d’une exposition de 13 œuvres monumentales allant de 2,30 m à 4 m de hauteur, qui pourront être admirées par tous, à partir du 16 septembre 2014, le long de la Promenade Pierre Vernier, et ce, pendant un mois.

 monumental-pacifiqart_kassiopee

Pour ceux qui ne la connaissent pas, l’Association Kassiopée œuvre pour la promotion des arts en tout genre et leurs métissages par l’organisation d’évènements originaux, où la rencontre et le travail en commun mettent en exergue la créativité des artistes. Peut-être avez-vous été, entre autres, au « Carrefour des Arts » en 2005 au Château Hagen, aux Farés de Magenta en 2006 et au « Village Artistique » en 2011 au Centre Culturel Tjibaou ? Ou après cet « Art’péritif » en 2011,  à la résidence et à l’exposition « Tressons-Demain » qui ont eu lieu à l’ancienne Boulangerie du Bagne à Nouville en 2012 ?

patham-paciciquart04 Pacifiqart--3464 patham-paciciquart01

L’exposition « Monumental Pacifiq’Art », c’est aussi une résidence d’artistes, locaux, comme Jean Marie GANEVAL, Patrick DELORME, Benjamin SASSOON et Victor DERMEL mais aussi, internationaux, comme Steve WOODWARD de Nouvelle-Zélande et Tatsumi SAKAÏ du Japon. Jusqu’au 12 septembre, ils réaliseront sur place (dans l’enceinte du Centre des Activités Nautiques de la Province Sud) leurs œuvres monumentales.

A l’issue de cette résidence, AKA, FLY, Noémie TIAOU, Jean-Pierre POULAIN, Béatrice TIAOU, Jean-Michel BOENE, Francis LÖTER, Ricardo POIWI, Pierre-Yves FONTEIXE, ainsi que l’Ecole de Multimédia et de l’Image (E.M.I) de Koné, les rejoindront sur la Promenade Pierre Vernier dont l’inauguration est prévue le 16 septembre 2014.

Afin d’en savoir un peu plus, je me suis rendue mercredi dernier au Centre des Activités Nautiques de la Province Sud, et tandis que résonnaient tout près, les premiers craquements des matériaux sous l’ouvrage de J.M. GANEVAL, de Patrick DELORME et de Benjamin SASSOON, présents ce jour-là, c’est Jikel DEFFARGES, responsable artistique de ce projet, avec Laetitia CARPINTERO, Responsable de l’événement qui ont volontiers répondu à mes interrogations. Je vous livre donc quelques bribes de notre conversation accompagnées des photographies de PATHAM et de Guy JAMIN qui n’ont pas manqué d’immortaliser ces instants.

Pacifiqart-t-3565

KoBe : Bonjour Jikel, « Monumental Pacifiq’Art », c’est un projet d’envergure. Comment avez-vous sélectionné les artistes ?

Jikel D. : Il y a eu un appel à projet, pour lequel il fallait présenter une biographie, un descriptif ainsi qu’un croquis de l’œuvre. Puis un jury de personnes compétentes dans l’art en Nouvelle Calédonie s’est réuni une première, puis une seconde fois pour la sélection des onze artistes locaux. Les artistes internationaux, cette fois, ont été invités. D’ailleurs Steeve WOODWARD arrive vendredi et Tatsumi SAKAÏ samedi. Ils vont ensuite aller chercher leurs pierres à la carrière AUDEMARD pour commencer à sculpter dès lundi.

patham-paciciquart03

KoBe : Les artistes sont-ils connus du grand public calédonien ?

Jikel D. : La grande majorité des artistes se sont fait une renommée dans des expositions individuelles ou collectives, mais certains, moins connus, et qui ont répondu à l’appel à projet ont été sélectionnés. Pour ces artistes, c’est un grand pas, et l’association Kassiopée est heureuse de faire émerger de nouveaux talents, comme Noémie TIAOU qui est une toute jeune artiste de vingt deux ans.

KoBe : D’où sont issus les artistes locaux ?

Jikel D. : Le « Monumental Pacifiq’Art » est un événement pays. Nous avons reçu une majorité de réponses en Province Sud. Pour la Province Nord, nous nous sommes déplacés,  dans les mairies et les tribus pour présenter le projet, notamment pour expliquer comment faire une biographie, un projet, etc… Malheureusement nous avons eu très peu de réponses suivies d’annulations. Peut être que le délai d’un mois et demi était trop court. Il faudra, la prochaine fois, y retourner pour s’assurer que les personnes y répondent. Toutefois, les gens ont été à l’écoute de notre démarche.

patham-paciciquart02

KoBe : Y aurait-il peut être une appréhension ?

Jikel D. : Beaucoup d’artistes dans la sculpture traditionnelle ne font pas de dessin, et là il fallait absolument un croquis, nous ne pouvions déroger à cela, et la sculpture traditionnelle est souvent dans la tête, dans l’esprit.

KoBe : Avez-vous choisi un thème pour cette exposition ?

Jikel D. : Justement non, en cette année 2014, nous souhaitions que les artistes puissent créer librement et dire ce qu’ils ont envie de dire. Il y a quand même des thèmes qui reviennent, la mer,  la protection de l’environnement, et beaucoup d’œuvres s’inspirent du pays. Certains ont réellement une symbolique récurrente dans leur création, d’autres parlent d’amour aussi. C’est très intéressant.

KoBe : Est-ce plutôt traditionnel ou contemporain ?

Jikel D. : Il y a vraiment tous les styles, avec une grande variété de matériaux, du bois, de la pierre, du métal, du béton, mais aussi des assemblages (inox, faïence, fer à béton… ) de toutes formes et de toutes origines.

Pacifiqart-3452

KoBe : Comment avez-vous réussi à articuler un tel projet ?

Jikel D. : Nous travaillons sur ce projet depuis un an, il y a des bénévoles qui nous aident, un technicien travaille sur le positionnement, le montage et le démontage des œuvres, une personne sur le visuel du catalogue, des photographes et le Cri du Cagou nous suivent sur la promotion. Malheureusement nous sommes une petite association et faute de budget, certains projets comme l’éclairage de nuit des œuvres, ne pourront être réalisés.

KoBe : Avez-vous eu un soutien financier ?

Jikel D. : Oui, et nous remercions nos partenaires ! La Province Sud, la Mairie de Nouméa, la Province Nord, la Province des Iles, le Gouvernement, quelques sponsors privés du bâtiment et peut-être un mécène, soutiennent le projet. Kassiopée aimerait d’ailleurs que cet événement se pérennise et soit une biennale. Nos partenaires sont  ravis que ce soit sur du long terme. Tous les deux ans pour que ce ne soit pas trop lourd au niveau organisation, etc, mais dans une logique de construction du pays.

Pacifiqart-3578

KoBe : Le lieu de résidence est magnifique !

Jikel D. : Oui, là, on est au Centre des Activités Nautiques qui appartient à la Province Sud. C’est un emplacement génial, car il y a des hébergements, de la place pour travailler et c’est tout près du lieu d’exposition. Les personnes qui y travaillent sont très contentes de nous accueillir, et il y a un bon échange. Nous espérons pour 2015 pouvoir avoir accès à notre propre local ayant la capacité d’accueillir les artistes, le public et être ainsi bien présent sur la scène artistique calédonienne !

Un grand merci à Jikel pour ces informations ! De plus, vous pouvez voir les artistes à l’œuvre pendant le temps de résidence au Centre des Activités Nautiques de la Province Sud, et pour faire découvrir aux jeunes ces œuvres monumentales, des visites guidées seront organisées pour les scolaires pendant le temps d’exposition. Alors n’hésitez pas, allez-y, ça vaut le détour !

Ecrit par : Ko Be (17 Posts)


Nombre de vues :

1937

fois. Thankiou bien !

3 Commentaires

  1. La Tortue dit :

    Merci pour l’article! ça commence fort 😉

  2. KoBe dit :

    Merci 😉

  3. BoSS U dit :

    Très chouette article, excellente interview
    Merci beaucoup KoBe

Laisser un commentaire