(doc) Sci-Fi Club m’était conté…

10

« Sci-Fi Club m’était conté » est un web-documentaire abstrait, aussi abstrait que l’est l’irréalité dans le cinéma Fantastique. C’est aussi le titre d’un projet de documentaire sur le Sci-Fi Club de Nouvelle-Calédonie qui n’aboutira jamais.

9

« Sci-Fi Club m’était compté » est un titre alternatif, n’existant pas réellement. Il représente l’attente de pouvoir réaliser le film, puis la perte de contrôle sur le temps, la recherche de souvenirs et d’impressions passées et enfin le cheminement vers les doutes.

8

À l’origine, je voulais détourner ma propre image de réalisateur pour créer une transition et tourner le film à la manière d’un FAKE sous forme de « Found-Footage » à partir d’archives réelles du Sci-Fi Club. Ces images auraient été virtuellement filmées par un jeune réalisateur imaginaire décédé avant la fin du tournage.

7

Ayant été l’adhérent numéro 13 du Sci-Fi Club de juillet 1986 à mi-1989, je m’étais toujours persuadé que ce chiffre me porterait un jour malheur. Et le projet n’évoluant plus dans le sens que je lui avais initialement imposé, j’ai finalement décidé « de me tuer » dès les premières images du documentaire. Étant ainsi déjà mort à l’image, je n’aurais plus besoin de craindre une quelconque superstition, et je pourrais finir mon film plus tranquillement en tant que réalisateur…

6

« Sci-Fi Club m’était conté » n’est pas un documentaire sur l’Histoire du Sci-Fi Club. C’est un long slalom dans l’espace-temps sur la musique du « Docteur Who » alternant entre vérités historiques et anciennes légendes urbaines calédoniennes.

-5-

play-a-game

Un jeu pour les jeunes lecteurs du Cri du Cagou : devenez vous-mêmes les réalisateurs du film en le regardant et ce sera donc à vous de trouver ce qui est vrai ou ce qui est faux dans la première partie de ce documentaire.

(n’hésitez pas à vous faire aider par vos parents ou vos grands frères et soeurs pour mieux comprendre certains passages “historiques” du film).

4

La seconde partie aborde la naissance du Sci-Fi Club le 4 janvier 1986 créé par Hervé Besson qui m’a aimablement laissé utiliser ses archives vidéos.

3

La troisième partie n’y est pas mais vous la connaissez sûrement…Le Sci-Fi Club est sur Facebook. Et les blogs du fondateur du club sont Les Échos d’Altaïr et CosmoFiction.

2

C’est signé X.

-1-

Mockumentaire = Faux documentaire –

En anglais, Mockumentary = Documenteur.

Pour l’histoire du paquebot soviétique, c’était une vraie fausse rumeur lancée dès les débuts des années 80 par les Médias qui associaient les débuts des “Évènements” de la Nouvelle-Calédonie, à la “Guerre Froide” et aux tactiques d’expansion des stratégies militaires de l’Union Soviétique dans le Pacifique.

De plus, Alain Krivine de la LCR et candidat à l’élection présidentielle de 1981 est venu en Nouvelle-Calédonie à cette même période pour chercher des électeurs au sein du FLNKS.

Moi j’ai simplement inventé une histoire de paranoïa soviétique dans mon docu. Pour illustrer mon propos, j’ai récolté quelques gros titres de la presse calédonienne datant de 1982.

 

Cliquez sur les images pour les ouvrir.

Ecrit par : Trapard Creteux (966 Posts)

Affreux, Sale et Méchant.


Nombre de vues :

970

fois. Thankiou bien !

7 Commentaires

  1. Eric dit :

    waouw!! la première partie ça touche à l’expérimental.. ça m’a fait penser aux documents interdits 😀

  2. Fab dit :

    Excellent ce film !

  3. KoBe dit :

    Excellent film ! 😯 Et Lulu, méconnaissable ! 😀

    • Trapard Creteux dit :

      Lulu ? 😯
      Si tu parles de la Lulu à laquelle je pense, ce n’est pas elle que l’on voit danser les seins nus avec un shell de kava posé sur la tête (pendant que BoSS U repaye une tournée au comptoir)…
      …Mais elle a beaucoup aidé sur le projet initial.

  4. Trapard Creteux dit :

    Pour l’histoire du paquebot soviétique du début du film, j’ai ajouté sous la vidéo quelques gros titres de la presse calédonienne qui expliquent un peu l’origine de cette fausse rumeur.

Laisser un commentaire