[clip] Concentré mais jamais dispersé – Kydam

On peut dire que je l’attend, l’album de Kydam. j’ai même été jusqu’à le menacé sur Facebook, c’est dire. Bon, je vous rassure ma menace était sympathique, j’voudrais pas me froisser avec celui que je considère comme mon rappeur NC préféré.

Kydam Yes I

Les derniers morceaux que Kydam laisse filtrer son album sur la toile sont tous très bon. Alors, comme perso, je préférerais avoir le CD plutôt que d’être obligé d’écouter Kydam sur une plateforme de partage de vidéos, et bien je m’impatiente de la sortie de son disque.

Concentré Mais Jamais Dispersé

Et celui-ci, c’est une nouvelle tuerie

Heureusement que 120prod est dans la place car sans eux et bien pas de nouveautés Kydam à se mettre sous la dent. Pour tous les rageux, comme moi, tous ceux qui n’en peuvent plus d’attendre, voici le clip vidéo du rappeur KYDAM featuring KANEKSHAN, sur le morceau “Concentré Mais Jamais Dispersé” (tiré de son prochain L.P), réalisé par Thibault Arcis.

Production : Keskiya Prod – Réalisation : Thibault Arcis.

 

Ecrit par : BoSS U (2299 Posts)

Membre fondateur du site. Souvent appelé par ses nombreux admirateurs, l'Administrateur Suprême, il accepte volontiers le diminutif de BoSS, si c'est dit avec respect et un peu de trémolo. Vous pouvez le contacter par mail (bossu@lecriducagou.nc) en cliquant sur l'enveloppe ci-dessous


Nombre de vues :

2120

fois. Thankiou bien !

15 Commentaires

  1. BoSS U dit :

    J’adore

  2. Kydam dit :

    On est dans la dernière ligne droite de l’album mais encore plein de choses à dire et à faire en attendant, voilà la dernière chose qu’on a faite : http://www.dailymotion.com/video/x17upym_kydam-un-regard-sur-la-nouvelle-caledonie_creation Merci pour tout 🙂

    • Trapard Creteux dit :

      Bonjour. Cette vidéo est très différente du reste de ce que j’ai vu/entendu de Kydam. Elle est personnelle, et il y a une recherche de transparence/transmission. Et finalement, dans un sens, on dirait presque un spot publicitaire destiné aux collégiens, un peu comme “L’Accord de Nouméa pour les tous petits”.
      Une autre facette du rappeur ?

    • alx dit :

      Derriere les mots, on sent l’effort de reflection et de prise de distance. Il faut continuer ce travail de reflection. Mais par paresse intellectuelle et une certaine immaturite, le discours ne va finalement, et encore une fois, que dans un sens. Par exemple, des victimes, il y en a eu des deux cotes lors des “Evenements” ; qu’on peut tout a fait qualifier de revolte ou d’insurrection. Certainement pas, malgre les velleites romantiques de l’auteur, de guerre civile. Or, la, seul est rappele le sort funeste des victimes independantistes. Quelques mots de plus, a la memoire des autres victimes, aurait rendu le tout plus digne de consideration. Dommage. J’invite donc l’auteur a faire preuve d’encore plus de courage et de discernement.

      • Trapard Creteux dit :

        Voici justement des infos basiques de wikipedia. Et bien que beaucoup de réalisateurs de documentaires reprennent cette version simplifiée, à l’époque le bouche à oreille, les relations avec les différentes familles, ainsi que les différents journaux d’époque apportent beaucoup de nuances supplémentaires :

        Avec l’élection de François Mitterrand en 1981, le FI (qui accède à la présidence du Conseil de gouvernement local en 1982 grâce à un renversement d’alliance du petit parti autonomiste et centriste FNSC) se rapproche du Parti socialiste métropolitain et les attentes indépendantistes se font plus pressantes, comme en témoignent les négociations de Nainville-les-Roches en 1983 lors desquelles le FI demande l’organisation d’un référendum d’autodétermination auquel ne participeraient que les Kanaks.

        En 1984, mécontent du nouveau statut préparé par le secrétaire d’État à l’Outre-mer socialiste Georges Lemoine et de l’évolution de certains dossiers sensibles (notamment sur le plan foncier), le Front de libération national kanak socialiste (FLNKS), qui remplace le Front indépendantiste, décide de boycotter les élections territoriales, dresse des barrages sur les routes, met en place un « Gouvernement provisoire de Kanaky » présidé par Jean-Marie Tjibaou avec pour but de préparer l’« Indépendance kanake socialiste » (IKS) et chasse des éleveurs Caldoches de leurs exploitations (tout particulièrement sur la côte est, à Thio notamment). C’est le point de départ de quatre années de conflits politiques et ethniques appelées les « Évènements » (1984-1988). La mort du secrétaire général de l’Union calédonienne, et chef de l’aile radicale de ce parti, Éloi Machoro, le 12 janvier 1985, envenime la situation, les affrontements entre opposants et partisans de l’indépendance dégénérant bientôt en une véritable guerre civile, le gouvernement central décidant d’instaurer l’état d’urgence et le couvre-feu de janvier à juin 1985.

        Des radicaux des deux camps forment alors des milices qui s’affrontent violemment, et les gouvernements successifs échouent à rétablir le calme, des familles de « broussards » sont attaquées et de violentes émeutes éclatent à Nouméa contre les possessions de certains leaders indépendantistes comme l’ancien député Maurice Lenormand en réaction à la mort d’un jeune Calédonien d’origine européenne de 17 ans, Yves Tual. La violence culmine en 1988 avec la prise d’otages d’Ouvéa : des indépendantistes radicaux prennent d’assaut la gendarmerie d’Ouvéa et y assassinent 4 gendarmes. Ces mêmes indépendantistes prennent également en otages les 27 autres gendarmes de l’île. Le 5 mai 1988, à quelques heures du second tour de l’élection présidentielle entre François Mitterrand et son premier ministre, Jacques Chirac, l’assaut par le GIGN, l’EPIGN, le 11e Choc et le commando Hubert de la grotte de Gossanah où les gendarmes étaient retenus en otage, baptisé « opération Victor », se solde par la mort de 19 indépendantistes et de deux militaires.

        De plus, Kydam prend l’année 1982 comme origine des « Évènements », et je suppose que c’est en rapport au fait que Jean-Marie Tjibaou a accédé à la présidence du nouveau gouvernement formé par la FNSC et le Front indépendantiste en juin 1982.
        Mais il est plus communément utilisé comme départ des « Évènements », l’assassinat de Pierre Declercq en septembre 1981.
        Les « Évènements » ne signifiant pas forcément “le combat pour la cause kanak”, mais les affrontements sanglants de Nouvelle-Calédonie. D’ailleurs, Kydam utilise le mot à la mode, mais objectif, de “guerre civile” et s’il voulait parler de “combat pour la cause kanak” comme cela semble être le cas dans son propos, il aurait dû parler de “révolte” ou “révolution”.

      • Trapard Creteux dit :

        En gros, il faut être très attentif, car aujourd’hui, et de plus en plus, avec les années qui passent, il existe deux versions de l’Histoire de la Nouvelle-Calédonie, et chaque terme à son importance et deux termes différents peuvent vouloir dire la même chose tout en étant des contradictions politiques. Il ne faut pas hésiter à lire la presse des différentes tendances indépendantistes, comme celles des différentes tendances loyalistes où chaque nuance à son importance.

      • Trapard Creteux dit :

        Sinon, au-delà de ça, le titre est juste. Pas de pensée(s) politique(s) unique(s) et des jeunes qui doivent avoir une pensée individuelle pour voter en toute conscience.
        C’est pas “Jacques a dit”, “Kydam a dit” etc…

  3. Trapard Creteux dit :

    Pour ceux que l’Imaginaire, le Fantastique, et même, la Distraction -en période pré-électorale énervante- intéressent, ils peuvent consulter Les Échos d’Altaïr. Ils y trouveront des sujets récents comme très anciens à redécouvrir :
    http://morbius.unblog.fr/

    Nous y tenons aussi une rubrique sur les court-métrages calédoniens qui touchent à ces univers :
    http://morbius.unblog.fr/category/court-metrage-fantastique-caledonien/

    Merci.

  4. Trapard Creteux dit :

    Et hop, encore un spam !
    Mais plutôt ancien celui-là (et trop vite tourné -mauvais son-image saturée), mais c’était pour passer un bon moment surtout. Et il date d’une autre période pré-électorale de la fin 2008, mais avec les propos de l’époque.
    Ça n’enlève rien aux propos de Kydam dans sa vidéo qui reflète assez l’anxiété engendrée par les divers discours politiques à l’approche 2014, mais fin 2008, on avait préféré complètement épurer les discours du FLNKS et de l’ADN, pour revenir à quelque chose de plus “horizontal”. Puis même si on faisait des génériques, c’était encore une période où on floutait nos identités (parce qu’on savait que radio cocotier faisait toujours la part des choses) et puis où se moquait de pseudo-véracités des documentaires.

    https://www.youtube.com/watch?v=wZotg0Ub5Fc

    Pour la précision sur le début du film, puisque ça avait été interprété un peu bizarrement : un Calédonien qui sort des brousses, qu’il soit de n’importe quelle ethnie, ce n’est rien d’autre qu’une personne qui a grandi dans un élément naturel. On y va pour trouver de l’ombre, pour manger, boire, aller aux wc naturels, faire crac crac, ou tout simplement parce qu’on connait des raccourcis dans les brousses ou sur des propriétés en friche, qui permettent d’aller d’un coin à un autre, en traverser la ville (mais ça se fait de moins en moins à Nouméa suite à l’importante urbanisation.

  5. Trapard Creteux dit :

    Ok, au temps pour moi, je n’ai pas compris l’évolution du blog depuis 2011, et je n’avais pas saisi que le Cri du Cagou était devenu le blog du Poemart. Désolé, je remets votre lien dans ce cas….
    Bonne continuation à ce que devient Le Cri du Cagou…

    http://www.dailymotion.com/video/x17upym_kydam-un-regard-sur-la-nouvelle-caledonie_creation

  6. 120 dit :

    Pour info : Avec Kydam, on a été sélectionné par l’URBAN FILMS FESTIVAL avec notre web-docu “Kydam, un regard sur la Nouvelle-Calédonie” !!
    Pour les Français et Parisiens, RDV le Samedi 10 Mai à 14h pour la projection, au cinéma Etoile – Lilas 🙂

Laisser un commentaire