De quoi devenir dingue

La RassKass est dans la place

La RassKass est dans la place

 

Tu sais pourquoi je tousse là ?

C’est parce qu’on en est tous là !

 

On est tous là, en chien

À observer son voisin

Y’en a pas un pour racheter l’autre

On r’garde toujours la poutre

Dans l’œil de son prochain

Dans l’œil de son frangin

On jalouse

Son contemporain

Il a trop de flouze

Il est trop content pour rien

On n’ lui veut pas que du bien

On empoisonne son clebs

On méprise son gamin

On critique son train-train

On n’lâche rien, on n’lâche rien !

 

Y’a de quoi devenir dingue

Ils veulent nous faire acheter des flingues

Pour qu’entre nous on se dézingue

Et qu’à la fin ils nous tringlent

Pauvre monde qui se déglingue

 

Là, c’est plus le destin commun

Ce s’rait plutôt le festin commak

Il est entré comme un

Voleur dans ta baraque

L’a pris le vin, tes chèques et toute la barbaque

Alors tu craques,  tu sors ta matraque

Et sur son frère, son cousin ou tous ceux de sa race

Tu passes ta rage et tu partages des claques

Tu te défoules à grand coup de boule

Pose ton boule sur le bull barre et écoute voir

 

Y’a de quoi devenir dingue

Ils veulent nous faire acheter des flingues

Pour qu’entre nous on se dézingue

Et qu’à la fin ils nous tringlent

Pauvre monde qui se déglingue

 

Maintenant c’est : ethnie contre ethnie

Quartier contre quartier

Drapeau contre drapeau

On nous divise pour faire plus de pèze

Et ceux qui pèse profite de la crise

Ça me défraise à quel point on nous bise

Le pot de terre contre le pot de fer

La petite case contre le bulldozer

Je n’peux pas m’taire, ou laisser faire

J’veux pas d’Mac Do pour nous rendre plus gras

Moins d’caméra et plus de réseaux

 

Y’a de quoi devenir dingue

Ils veulent nous faire acheter des flingues

Pour qu’entre nous on se dézingue

Et qu’à la fin ils nous tringlent

Pauvre monde qui se déglingue

 

Ce qui me désespère

C’est qu’on laisse tous faire

On a perdu

Tous nos repères

On a plus de respect pour son père

Ni même son maire

Et si je crains le pire pour l’avenir

Ce que je vois venir, m’exaspère

Quand l’respect s’perd, on prépare la guerre

Désolé si j’nique ton aprèm’

Si après moi, tu déprimes

A causes de mes rimes

Tu peux toujours te cacher

Te boucher l’Zoreil

Ce sera toujours la même

Ce sera toujours la même

 

Pauvre monde qui se déglingue

Pauvre monde qui se déglingue

 

Et enfin, la RASSKASS dédicasse

À tous les danseurs de la place

A ceux qui vont de l’avant

Et qui mette le mouvement dans le bon sens

Et ceux qui crament le gouvernement à l’essence

Sur une scène ou bien sur une piste de danse.

Ils mettent toute la jeunesse en transe.

T’en fait pas, je n’oublie pas les quartiers :

125, YC, VDT, la Coulée, le 5.1, le 113, 2MT. les GB, Keskya pro du son, J.M Lee production, le dock d’Atyap, La Relève, le Défips et tous ceux qui se soulèvent, gars…

Vas y S.E, bazarde-moi ça !

RassKass Rouge

Photo : Fabvirge

Ecrit par : BoSS U (2299 Posts)

Membre fondateur du site. Souvent appelé par ses nombreux admirateurs, l'Administrateur Suprême, il accepte volontiers le diminutif de BoSS, si c'est dit avec respect et un peu de trémolo. Vous pouvez le contacter par mail (bossu@lecriducagou.nc) en cliquant sur l'enveloppe ci-dessous


Nombre de vues :

1830

fois. Thankiou bien !

10 Commentaires

  1. Clo dit :

    Bravo, bien observé et bien mis en mots percutants et tellement vrais !

  2. BoSS U dit :

    Excellent texte la RassKass !
    C’est percutant, bien écrit et soulève des vérités qu’on peut avoir du mal à entendre !
    J’adore !
    😎 😎 😎
    Et tu leur as vraiment niqué leur aprèm’ aux jeunes du Battle ? où ils ont fini par retrouver le sourire ?

  3. La Tortue dit :

    Net merci la rasskass! Pinaiz j’aurai voulu le voir en live !!!

  4. RassKass Rouge dit :

    merci la bande ! je sais pas si j’ai niké leur après après ils ont continué a danser, mais les jeunes de toutes façon, c’est leur moyen de s’exprimer !! 🙄

  5. RassKass Rouge dit :

    et j’ai changé la fin car SE il fait plus le hip-hop, j’ai dit “DJ scratchs-moi ça” , mais Boz était en pause, alors…. 😀

  6. Fab dit :

    Très chouette à entendre en direct aussi, bravo Raskass

  7. Smiletoo dit :

    Net, trop pur ton texte la RassKass…

  8. D"S Wop dit :

    Un Slam qui tousse Upercut Swing !! Big Up RassKass

  9. Trapard Creteux dit :

    J’aime bien ce texte même si la RassKass en a mis des tonnes pour jouer sur l’ambiance paranoïaque du moment. Et ça, c’est parce que c’est un méchant rebelle 😉

    Sinon, je pense que ce texte peut se transposer à plusieurs époques, et c’est du bien déjà vécu ici 😉
    J’aime particulièrement cette phrase :
    “Tu peux toujours te cacher
    Te boucher l’Zoreil
    Ce sera toujours la même
    Ce sera toujours la même”
    Depuis gosse, je vis les interférences au niveau des couches de colonisation. C’est désagréable, mais c’est plus passionnant qu’il n’y parait lorsqu’on se laisse happer par le pays et qu’on se trouve des “jumeaux ennemis cosmiques” dans l’adaptation, quelque soit l’âge ou l’époque d’installation. C’est juste quelque chose qui créé un équilibre dans la colonisation, comme une sensibilité qui ne s’explique pas…

    La Calédonie n’a rien d’un “Caillou” : c’est un radeau entouré de méduses…
    Et quand, l’île commence à se surcharger et à pencher politiquement d’un côté ou de l’autre, tous les dominos identitaires dégringolent et font pressions les uns sur les autres, pour faire tomber les tous derniers à la flotte… :mrgreen:

    Mais dans le fond, pour conclure : si une personne t’insulte sur ton identité, c’est que cette personne ne te déteste pas tant que ça. Il faut juste savoir entrer dans le jeu…

Laisser un commentaire