[clip] “Brûlures” d’après Frédéric Ohlen

Ce samedi, Le Cri du Cagou vous propose un clip littéraire mettant en scène Richard Digoué sur des extraits de “Brûlures” de Frédéric Ohlen.

Un film réalisé par Jimmy Janet.

Ecrit par : BoSS U (2299 Posts)

Membre fondateur du site. Souvent appelé par ses nombreux admirateurs, l'Administrateur Suprême, il accepte volontiers le diminutif de BoSS, si c'est dit avec respect et un peu de trémolo. Vous pouvez le contacter par mail (bossu@lecriducagou.nc) en cliquant sur l'enveloppe ci-dessous


Nombre de vues :

1564

fois. Thankiou bien !

15 Commentaires

  1. Jimmy dit :

    Merci BoSS U.

    Ce petit “clip littéraire” date déjà de décembre 2008 et comme il n’a pas de générique, j’indique rapidement ici les personnes qui ont participé au tournage et à la post-prod. :
    Sylvain Lorgnier
    Denis Pourawa
    Vincent Lépine

    et bien sûre :
    Richard Digoué & Frédéric Ohlen.

  2. BoSS U dit :

    Ce film est excellent, j’ai beaucoup aimé dans son originalité et son traitement. Perso, je viens de le découvrir. Merci à toi Jimmy d’avoir rajouter ce générique, il manquait !

  3. Virginie dit :

    j’aime bien 😀

  4. Pactat dit :

    Ce clip littéraire est novateur et excellent:une bonne équipe pour la réalisation,le danseur et le texte de Frédéric Ohlen très réaliste. Il m’interpelle étant né à la vallée du tir,mon père ayant travaillé à la SLN entre 1955 et 1961 et une nièce professeur d’histoire-géographie à l’Alep de la vallée du tir et comme tuteur un certain F. Ohlen.

    • BoSS U dit :

      Jimmy Janet à toujours été un réalisateur novateur, à mon avis, bouillonnant d’idées et de créativité. Un artiste en survèt’ encore trop méconnu, à mon avis.
      Merci Pactat pour tout tes commentaires et l’intérêt que tu sembles porter au CdK

  5. eve dit :

    Excellent ! J’aime le rythme, l’idée, le montage, c’est prenant, impossible de s’arrêter de regarder et d’écouter.

    • Jimmy dit :

      Ah bah c’est un très gentil compliment, d’autant qu’on ne m’en fait pas souvent sur mes petites vidéos, excepté BoSS U qui est secrètement amoureux de moi, mais chut : c’est un secret 😀 Et d’autant aussi que ce film a été tourné complètement à l’arrache avec une des deux caméras qui ne fonctionnait pas pendant le tournage et une prise de son approximative. Le film devait servir avec d’autres vidéos, à l’inauguration de la Maison du Livre, mais à l’époque mes moyens techniques et ceux de mes collaborateurs ne convenaient pas trop pour la demande. Le tout devait être projeté en image géante à même la Maison Célières avec un jeu de lettrages ludique (un peu à l’image des récentes projections géantes sur la maison Hagen par Nicolas Molé).
      La vidéo avait été recyclée par Le Cri du Cagou en projection publique lors d’un Jeudi du Centre-Ville, mais le public ne semblait pas trop adhérer à un “court-métrage dansé”. Coup de bol pour les réalisateurs de chorégraphies visuelles puisque c’est la mode des films dansés depuis quelques temps. Mais le compliment me touche du coup, parceque ce film-là fait tout vieillot du coup à côté du reste, pour ne pas dire tout pourri :mrgreen:
      Même si on en est très éloigné ici, personnellement ma référence de l’époque c’était cette réalisatrice (oui j’ai des goûts de vieux…)
      http://fr.wikipedia.org/wiki/Maya_Deren

      • Jimmy dit :

        Le projet de F. Ohlen pour l’inauguration de la Maison du Livre qui devait surtout être interactif a finalement connu une version à petite échelle à un autre Jeudi du Centre-Ville où le dessin s’est finalement imbriqué de manière imprévue à la Littérature.

        https://www.youtube.com/watch?v=3eed1_7Tj3Q

  6. eve dit :

    Mais oui ! Deren Cocteau. Moi je trouve un peu Chris Marker aussi. Mes élèves ont adoré, adhéré, pourtant ils ne sont qu’en cinquième : le passage du passé au présent par le NB/couleurs, l’enfermement du personnage comme en prison/à l’asile/en quarantaine, sa marche infernale, sa course vers ??? La fin, une sorte de retour à la nature (?) L’aspect satirique du texte les a marqués aussi et la musique !!! Ils ont aimé reconnaître le quartier de la Vallée du tir. Ils m’ont demandé si ça avait été tourné un dimanche. Où sont tes autres films ?

    • Jimmy dit :

      Houlà c’est de l’analyse filmique 😳 je ne pensais pas que je passerai sous cette moulinette un jour. Généralement c’est moi qui en fait et non l’inverse 🙂 Pour Chris Marker je ne sais pas trop sauf peut-être pour la caméra à l’épaule mais c’est redevenu courant dans les années 2000. Sinon, je n’avais pas fait attention que j’enfermais le danseur, faut que je travaille là-dessus du coup :mrgreen: Puis c’est de mon âge, ou de ma génération comme je l’indique dans cet article sur le blog de Morbius au sujet des films de zombies des années 80 et ceux plus actuels comme les infectés de Ni 28 : http://morbius.unblog.fr/2013/09/19/ni-28-strate-1/

      Celui-ci serait plus dans la logique de Marker (en le disant vite :mrgreen: ) (et puis c’est un petit jeu de repérages pour les jeunes aussi) : http://lecriducagou.org/2014/08/doc-sci-fi-club-metait-conte/

      Sinon oui, on a tourné la vidéo un dimanche matin en voiture aux quatre coins de la VDT. Moi-même je ne sais pas vers quoi court R. Digoué puisqu’il s’agit d’un sujet sur le passé. Peut-être qu’il court derrière lui à l’approche de la vieillesse, comme le fantôme dédoublé à la fin du clip (ou comme les “ghosts” dans les jeux vidéo qui sont des images spectrales qui indiquent les chemins que l’on a déjà parcouru et qui permettent de s’améliorer les fois suivantes, ou à l’inverse de les suivre de nouveau) :mrgreen:

  7. eve dit :

    En fait l’aspect vieillot, c’est ce que j’ai aimé aussi.

  8. eve dit :

    Merci de ces précisions. J’adore l’idée du ghost, c’est bien vu : on cherche toujours à s’améliorer mais pas moyen de faire “reset” sur la vie, dommage.
    Trop bien la nouvelle participative sur ton blog, comment on joue ?

    • Jimmy dit :

      C’est le blog d’Hervé Besson, moi je ne m’occupe que de certaines rubriques de vieux films et de celle de la nouvelle participative. Une plume féminine manquait justement. Je t’envoie un mail dans le courant de la semaine pour t’expliquer ça.

Laisser un commentaire