Les vestiges de l’histoire du bagne et de la déportation, par l’AMEP

L’Association des Musées et Établissements Patrimoniaux de Nouvelle-Calédonie (AMEP) réunit les personnels de la plupart des musées, centres culturels et établissements patrimoniaux du pays, quel que soit le patrimoine qu’ils conservent et valorisent. Cette année, l’AMEP a coordonné les « nuits des musées » en mai, et a aussi souhaité faire réaliser 20 modules sur le patrimoine calédonien.

L’idée de ces modules, à voir comme un ensemble, est de montrer qu’il existe énormément de patrimoines différents au Pays, et que le patrimoine « calédonien » au sens large, est formé d’un grand nombre de patrimoines provenant des différentes cultures du melting-pot calédonien. Ainsi sur l’ensemble des spots, 6 sont consacrés au patrimoine naturel, 8 au patrimoine culturel matériel et 6 au patrimoine culturel immatériel. Chaque spot a été « piloté » par une institution différente, membre de l’AMEP.

Ce treizième spot présente les vestiges de l’histoire du bagne et de la déportation en Nouvelle-Calédonie. Il a été écrit en collaboration avec l’équipe de l’association Marguerite – Fort Teremba, celle de l’association Témoignage d’un Passé et celle du Musée de la Ville de Nouméa.

 

L’implantation de l’Administration pénitentiaire en 1864 constitue un élément majeur du patrimoine de la Nouvelle-Calédonie, notamment sur le plan architectural et sur celui des infrastructures mises en œuvre. Les vestiges de nombreux bâtiments érigés à cette époque ( témoignent d’une activité intense, en vue du peuplement de la Nouvelle-Calédonie. Plusieurs édifices destinés, dans un premier temps, à l’emprisonnement des bagnards et des déportés de la Commune de Paris, ont ensuite connu des affectations différentes sur l’ensemble du Pays. Certains bâtiments sont devenus musées, d’autres abritent maintenant des locaux administratifs et des services destinés au mieux-être de la population actuelle. Si le temps du bagne et de la déportation évoque un passé peu reluisant, il n’en est pas moins porteur d’un héritage que les tous les Calédoniens doivent s’approprier.

Les titres des 20 modules sont les suivants :

Patrimoine Naturel : Les lagons calédoniens; les animaux endémiques marins; les coraux, joyaux de la biodiversité; les écosystèmes terrestres de Nouvelle-Calédonie; la faune terrestre indigène; la flore terrestre indigène.

Patrimoine Culturel Matériel : Les poteries Lapita, merveilles du patrimoine archéologique calédonien; les archives, témoignages matériels de l’histoire du Pays; l’architecture traditionnelle kanak; les maisons coloniales; les vestiges de l’histoire du bagne et de la déportation; les objets du quotidien; le patrimoine maritime; la culture du café, patrimoine historique et économique.

Patrimoine Culturel immatériel :  La littérature écrite et orale calédonienne; la mémoire des anciens; les savoir-faire traditionnels; les danses, chants et musiques traditionnelles;  la cuisine traditionnelle; la danse guerrière du « bua».

Quel spot voudriez-vous voir la semaine prochaine ?

Ecrit par : Mati (105 Posts)


Nombre de vues :

313

fois. Thankiou bien !

3 Commentaires

  1. Mati dit :

    Personne n’a d’envie pour cette semaine? pour le choix du prochain spot? :mrgreen:

  2. BoSS U dit :

    la cuisine traditionnelle ?

  3. Mati dit :

    mouhahahahah 😉

Laisser un commentaire