Mais bon, sinon, chez Gallimard, “Les aventures de Momo le chibré”, ça l’ferait, non?… (11)

Vous avez loupé le début ?

Chapitre 1, Chapitre 2, Chapitre 3, Chapitre 4, Chapitre 5, Chapitre 6, Chapitre 7, Chapitre 8, Chapitre 9, Chapitre 10.

Vous voyez, moi le gonzier je le connais même pas, en fait. Je viens de le traiter de sale enculé, mais peut-être que au fond c’est un bon mec, en plus je lui ai menti, je suis pas flic, vous savez bien.

Mais tout ça c’est comme je disais à Fili, pour prendre l’ascendant, et obtenir rapidement des infos. C’est tout un art d’obtenir des infos rapidement, y’a que dans les films que tu vois des mecs se faire torturer pendant des jours sans parler, parce que dans la vraie vie on a pas le temps d’attendre des jours, parce-que,sinon, des gars à nous se font tuer.

Le truc, c’est qu’il faut pas que le mec il meurt, et s’il s’évanouit, faut pas que ça dure trop longtemps, toujours pour pas perdre de temps.
Mais toute la finesse c’est d’arriver à faire en sorte que la source te balance spontanément tout ce qu’elle sait, croit savoir, et aussi ce qu’elle pense et subodore, le mec totalement coopératif, quoi… Parce que tu viens juste de lui faire voir la mort de très, très, près, par exemple…

Alors je vous prie de croire qu’avec ce que je viens de lui faire subir, plus la grande tarte que je viens de lui mettre dans la gueule, il a vraiment, mais alors vraiment tout envie de me raconter le gentil surfeur…

Et moi j’ai juste à l’écouter, c’est que du bonheur…

Putain, comment je me suis fait pourrir la gueule au téléphone par mon colon, que j’avais intérêt à me bouger le cul, que la République me payait pas à rien foutre, et que bientôt sept semaines pour cette histoire de caldoches et de kanaks tueurs de chevaux ça commençait à faire long.

-J’ai l’intime conviction que les gens de la tribu n’y sont pour rien, mon colonel.

-L’intime conviction?! Vous vous prenez pour un flic, ou quoi, Maurice? C’est parce que vous vous envoyez la petite serveuse de la tribu, justement, que vous l’avez, votre intime conviction?

-…

-Vous allez vous sortir un peu les doigts du cul, capitaine, je veux de l’info, et je la veux rapidement, c’est clair?

Fuuumier, va, et renseigné, vous avez vu, hein? Remarquez, il a fait, et fait encore, d’une certaine manière, le même métier que moi, et depuis bien plus longtemps que moi, celui du Renseignement Tactique.

Au 11ème Choc il était, vers la fin des années cinquante.

Bien le genre à avoir torturé en Algérie, cet espèce de vieil enfoiré, tiens…

Alors puisque les choses sont devenues claires en ce qui me concerne, et que je connais suffisamment bien la justice française pour savoir comment les choses se passent en général, eh bein j’ai appelé Fili, en le prévenant qu’il y allait y avoir de l’action, je l’ai senti fébrile au téléphone, mon wallis.

Et puis j’ai rien dit au colon sur le labo, tout ça, j’aurai bien le temps de lui expliquer après, j’avais mon plan.

Il glisse sur l’eau dans la nuit noire, le semi rigide de Fili. Il a déployé, sorti d’un caisson sur le plancher, une sorte de mât télescopique porteur d’une voile un peu comme celles qu’on voit sur les planches du même nom. On a juste une toute petite dérive, alors pour compenser la dérive, justement, il utilise les deux petits moteurs électriques totalement silencieux, un de chaque côté, pour fondre furtivement sur le voilier de charters qui n’est plus qu’à une encablure devant nous, sous notre vent. Même avec mes jumelles à amplification de lumière naturelle, j’ai du mal à le voir tant l’obscurité est dense.

Nous avons moins de voilure que lui, mais sommes beaucoup plus légers, avec beaucoup moins de traînée, et quand de petite impulsion en petite impulsion des deux mini-moteurs un des boudins de notre canot touche subrepticement la coque du voilier, l’homme de quart ne s’est aperçu de rien.

En un clin d’oeil j’ai sauté à bord; le temps que Fili arrime son canot au bateau le mec est dans les bras de Morphée, et vu ce qui va lui arriver, j’ai tendance à penser que c’est plutôt “les bras de Morflé” qu’on devrait dire. Un truc, genre chloroforme, en plus moderne, sur un bout de chiffon, et zou! C’est beau la chimie.

On fait le tour du rafiot, Fili et moi, ça sent un peu la gerbasse que le désodorisant n’arrive pas à masquer. Ça roupille de partout là dedans, en moins de cinq minutes on a trouvé le capitaine, on l’a sorti de là, et on l’a placé à côté de son matelot, dans les bras de Morflé lui aussi, sous une bâche sur le pont, à l’abri des regards.

Bein oui, c’est un métier… Et puis on est entraînés, faut dire, et puis avec un binôme comme mon wallis, c’est quasiment du tout cuit.

Fili me tend le petit porte voix que je lui avais demandé d’amener, il sourit, je l’entends qui fredonne…

-“Attention mesdames et messieurs, dans un instant ça va commencer…”

Je balance un long coup de sirène en appuyant sur le bouton rouge, histoire de réveiller le troupeau, puis prenant le ton d’un animateur de supermarché je fais:

-Votre attention s’il vous plaît mesdames et messieurs, ceci est un acte de piraterie, veuillez monter immédiatement sur le pont, dans le plus grand calme, et aucun mal ne vous sera fait. Je répète, ceci est un acte de piraterie, veuillez monter sur le pont, dans le calme, rapidement s’il vous plaît…

Eh bein croyez le ou non, moins de trois minutes après, ils sont tous sur le pont, c’est fou comme on peut faire faire aux gens tout ce qu’on veut quand on s’en donne les moyens…

Fili a du mal à garder son sérieux, je vois bien que derrière l’air méchant qu’il essaie d’avoir, sourcils froncés-oeil furibond et tout, il est mort de rire, surtout qu’on s’est mis des foulards à la Jesse James sur la tronche, lui et moi, je regarde le groupe apeuré, trois couples de français, pas l’air bien méchants.

Du museau du canon de mon revolver, je leur désigne le canot dont Fili a repris les commandes, un Glock 9mm. à la ceinture, mon douze à canon scié à la bretelle.

-Montez. Tous. Vite.

Je désamarre le canot, Fili emmène les plaisanciers dans la nuit noire, moi j’ai des questions à poser aux deux endormis.

.

.

.

Retrouvez Les aventures de Momo le chibré :
Chap.I – Chap.II – Chap.III – Chap.IV – Chap.V
Chap.VI –  Chap.VII – Chap.VIII – Chap.IX
Chap.X – Chap.XI – Chap.XII – Chap.XIII

Ecrit par : G. (13 Posts)


Nombre de vues :

255

fois. Thankiou bien !

6 Commentaires

  1. G. dit :

    Aouh, BoSS, je crois bien que là: “j’avais mon plan.
    *
    Il glisse sur l’eau dans la nuit noire…”, à la place de l’astérisque il y a le fusil qui sépare les paragraphes… 😳
    C’est pas pour pinailler, mais déjà que je fais dans la transition brutale, alors si on sépare pas les paragraphes… 🙂
    Merci pour ce travail de mise en page que tu fais, et merci au Cri d’offrir cet espace d’écriture.
    Parce que mine de rien c’est bien cool; nous on a juste à pondre, vous, vous vous occupez de mettre en page et de rendre visible… trop valab’…
    Donc, bein voilà, merci, quoi, hein?

    • BoSS U dit :

      Je ne l’avais pas vu 😳
      oubli réparé
      Merci à toi de nous offrir cette histoire parce que moi, je suis fan depuis le début… mais tu le sais déjà :mrgreen:
      donc c’est un plaisir de la mettre en ligne

Laisser un commentaire