GABRIEL : RAPPEL … au Théatre de Poche

“‘Tain, fait chier. Qu’est-ce qui m’a pris de dire que j’irai voir ce spectacle. Et c’t’article à pondre après. On sait même pas qui c’est c’mec là.  Pi j’suis crevé, et j’ai pû d’vie,  screugneugneu, screugneugneu…”

.

Il est 19 h00 ce jeudi soir et je suis d’humeur  un poil bougonne. Je n’ai qu’une aspiration, celle de me vautrer sur mon vieux canap’ orange avec ce ressort qui me rentre juste bien dans l’dos pour me tenir assez éveillé jusqu’au générique de fin de l’épisode d’une énième saison d’une série américaine bien ficelée. Mais, je me suis avancé et quand y faut, y faut et que cochon qui s’en dédit. Je m’fais donc violence, je fourre mon jean dans mon sac et j’enfile mon carnet-spirale avant de me rendre compte que j’aurai l’air moins con dans la rue si j’fais l’inverse. Direction le Centre d’Art.

.

 

Il est 19 h 55 ce jeudi soir et je suis d’humeur un poil ronchonne. Le fauteuil n’a même pas de ressort inconfortable et j’espère ne pas m’endormir pendant le spectacle. Ouf, y’a la clim’. Ça devrait m’aider à tenir.

.

Il est 20 h 00 ce jeudi soir et par la porte latérale du Théatre de Poche, un type aux allures de talonneur  entre  avec énergie dans la mélée.  Gabriel se pose sur scène et commence son show….par la fin. Il nous remercie d’avoir été le meilleur public auquel il ait jamais eu affaire. Sa bonhommie transparente et sa proximité avec les spectateurs conquièrent aussitôt la salle. Ce n’est pas l’ artiste intouchable qui se présente à nos yeux indignes, c’est le pote qui vient boire l’apéro et nous faire marrer.

.

Il est 20 h 05 ce jeudi soir et je me redresse dans mon fauteuil, les badigoinces qui s’étirent en un sourire naissant . Je pose mon carnet. Gab est en train de me mettre dans sa poche.

.

Il est 21 h 15 ce jeudi soir et merde c’est déjà fini ! Avec un humour tantôt grivois sans être vulgaire, tendre sans être neuneu, tantôt provoc sans être méchant, il m’a fait traverser en riant une galerie de personnages attachants, allant de Oui-Oui à sa femme, du commerçant libano-arménien au chasseur isérois, et j’en passe. Outre la drôlerie de ses mots, la présence scénique du mec impressionne. Il bouge, il mime, et anime son visage d’expressions si variées qu’il peut passer à l’envi de bisounours à psychopathe. Bref, c’est un comédien complet, diversement armé dans le seul but de dérouiller des zygomatiques.

.

Il est 21 h 20 ce jeudi soir et Gabriel attend dehors la sortie des spectateurs enchantés qu’il remercie individuellement, tout en gentillesse et simplicité. Il est soulagé du trac de cette première nouméenne. Remonté, il est fin prêt pour les représentations à venir.

.

Il est 00 h 10 ce vendredi matin et je mets un terme à cet article qui vous aura, je l’espère, donné envie d’aller voir Gabriel. Parce qu’il le mérite, c’est sûr, mais que vous aussi vous méritez sûrement ce très bon moment que vous passerez en sa drôle et conviviale compagnie.

..

.

.

Jeudi 8 et vendredi 9 mars à 20h 

Samedi 10 et dimanche 11 mars à 18h 

Jeudi 15 et dimanche 16 mars à 20h 

Samedi 17 et dimanche 18 mars à 18h

 

Plein tarif : 2 500 F 

Tarif réduit : 2 000 F

Tarif carte pass : 1 600 F

.

 Dossier de presse  que même que je l’ai pas lu avant d’écrire mon article

Gabriel démarre sa carrière dans les cafés-théâtres de Lyon, remporte les premiers prix de nombreux festivals auxquels il participe. Repéré par Pierre Palmade, il est produit à ses débuts par Jean-Marie Bigard. Au café-théâtre du Point-Virgule, il donne 700 représentations de son premier spectacle 120 kg.com. Il partage la scène avec Jean-Marie Bigard, Raymond Devos, Michel Boujenah, Smaïn, Christophe Alévêque…

Parfois caustique, mais jamais amer. Tendre, corrosif, décalé et drôle, toujours ! Il convoque une galerie de personnages, rencontrés tout au long de sa carrière. Si vous avez croisé Gabriel au cours de ces dix dernières années, venez voir Rappel, vous êtes sûrement dedans !

Des personnages plus vrais que nature et pour cause : ils existent ! Il paraît d’ailleurs qu’après avoir écrit le spectacle, Gabriel est allé jeter une pièce symbolique dans le Gouffre de Padirac pour payer ses droits d’auteur à la réalité !

 .

Ecrit par : Kal'hédoniste (129 Posts)

Absentéiste


Nombre de vues :

571

fois. Thankiou bien !

24 Commentaires

  1. BoSS U dit :

    Exercice réussi Kal’hédoniste ! J’ai envie maintenant d’aller voir ce gars sur scène.
    Et puis comme ton article est drôle, j’me dis qu’on devrait t’envoyer plus souvent commenter des spectacles.
    Merci à toi !

  2. fandeGab dit :

    Nous en France on l’adoooore!!!! on vous le prète qques jours, profitez en, Nouvelle Calédonie vous allez l’adorez, foncez vite le voir…après il sera trop tard !!!! Biz de France

  3. BoSS U dit :

    Il semblerait que l’attaché de presse de Gabriel soit resté en France… Mais elle continue de bosser :mrgreen: :mrgreen:

  4. Smiletoo dit :

    Génial Kal’hédoniste… Cet article est super et donne envie à fond! Si le spectacle fait autant marrer que ton article, alors là je dis oui!! 😉

  5. Wilhelmina dit :

    @ Kalhed : cet article qui vous aura, je l’espère, donné envie d’aller voir Gabriel…super article ! (fais-moi relire avant pour les corrections ! loll :mrgreen: )

  6. Wilhelmina dit :

    oooh didon le strong a marché pour toute la ligne 😆

  7. G. dit :

    Bien écrit, me fait penser à un texte resté célèbre de John Landau (journaliste à “Rolling Stone”) qui était monté un peu comme ça…
    …Et qui se terminait par “ce soir j’ai vu le futur du rock n’ roll, et son nom est…”
    Chouette papier, donc, Kal, et mention spéciale pour le mot “badigoinces” pour lequel j’ai une certaine tendresse, à cause du célèbrissime et unique fils de Félicie, bien sûr…. 😉

  8. G. dit :

    Ceci dit, et après relecture… je me demande si on a la même définition du mot “badigoinces”… 😯

  9. @ G. : Je ne sais pas, mais moi j’ai la bonne 😉

  10. Wilhelmina dit :

    les lèvres, les babines, les zygo….

  11. G. dit :

    Tiens…. encore un monde de certitudes qui s’effondre autour de moi, je vais finir par m’habituer à force… 🙂
    J’avais fait une sorte d’amalgame entre “badigoinces” et “badigoëlles”…
    Voilà ce que c’est que de lire trop vite, brûler les étapes, sauter les chapitres…

  12. G. dit :

    PS: “Badigoëlles” est un mot vernaculaire propre à la région marquée par un triangle imaginaire situé entre la Haute Focola, la Plaine aux truies et l’ancien champ de manioc à Poukiou.
    Il arrive néanmoins que ce terme soit utilisé sur Nouméa Nord (125)
    Pour ref:
    http://fmnc.forumpro.fr/search?search_author=Pattenrond+Bittefly+Minou&show_results=posts

  13. Gabriel " dit :

    😈 Yes man ! comme c’est bon ! Super moment ! Merci la vie ! et j’ai adoré te lire ! toi Article le plus Rock ! Calins”

    Gabriel

  14. Wilhelmina dit :

    hihihi fais gaffe Kalhed…prends le câlin, tu sais ce qui t’attend sinon ! smouackkkkkk !

  15. @ Gabriel : Sinque you bien. Et encore merci pour le bon moment. 🙂

    @ Wil : j’ai déjà eu le calin. Mais j’ai beau la lui avoir présentée, il a refusé ma langue. Blessé, j’ai dû faire appel à toute mon objectivité pour ne pas me venger dans l’article. :mrgreen:

  16. Wilhelmina dit :

    @Kal’hédoniste – 😆 😆

  17. Gabriel " dit :

    @Kal’hédoniste – Bon sans faux semblant ! et ça tu doit aimé !
    J’ai adoré te lire, tu fait party ! de mes belle rencontre sur le caillou
    Merci de ta belle liberté ! Tes mots ont soigné mes maux ! et c’est bon ….. Ho !!!! regarde j’ai les tentacules qui bavent ! ….. j’espère te recroiser avant mon départ ! merci l’Ami ! ont lache rien Salut Gabriel”

  18. Gabriel " dit :

    …. et si je doit ajouter un truc :
    Outa wana koubata tiki ana ! …. hita wani goutami hita kou na ? ….. wini kakata OUi OUI kouba !
    Gabriel

  19. @ Gabriel : Si tête pied-nu vouloir goûter kava moi pouvoir proposer lui tout à l’heure. T’es au centre d’art ?

  20. Gabriel " dit :

    @Kal’hédoniste – Non Pas ce soir ! GRRRRRRR

  21. @ Gab : Ben viens-y demain, on fait nos arts’péritifs. Sinon, J’ai filé mon numéro à Chris. Tiens, une question un peu personnelle. T’as pas de la Chartreuse dans tes bagages, toi l’isérois ? Tata.

Laisser un commentaire