ZEx 2.01 : Un dépendance, par fAb

ZEx pour Zone d’Expérimentation, ou un prétexte, s’il en faut, pour créer sur un thème donné.
Ce texte est la onzième contribution sur le sujet Dépendance. Retrouvez les autres >>>ICI<<<
Le nouveau sujet, c’est (re-)Création, et vous avez jusqu’au 03 décembre pour faire parvenir vos contributions sur lecriducagou[at]gmail.com.
______________________________

Un problème me rend blême
Mon dico calédo cale
On a des accords dès
Matignon et Nouméa
Mais s’il s’agit de donner la tendance de la dépendance
Le Bescherelle sèche comme une bèche de mer amère
.
Alors, un ou une dépendance ?
J’ai bien quelques suggestions sur la sujétion,
sur la déclinaison de l’inclination de la raison
.
Une dépendance ?
Les jolies colonies d’la vacance
Un vrai placard à planquart à l’écart des smicards,
une servitude des certitudes
Je dépens, donc j’essuie les plâtres
des colonels de la coloniale
Ça fait mauvais genre
.
Un dépendance ?
Intéressant…
Je revendique l’un dépendance pour un cas acquis !
Et j’abdique de l’addict qui me dicte
Je suis devenu ascète de l’assuétude
.
Je ne monologue plus avec la drogue
Je ne veux plus morfler et à Morphine préfère Morphée
Fini les abysses du cannabis,
le pakalolo n’est plus kalolo,
Marie-Jeanne et moi n’arrivions plus à joindre les deux boulettes
Cocaïne zéro, le plaisir avec 0% de sucre poudre
Ma seule héroïne s’appelle Wonderbra Woman
Je ne me lave même plus les cheveux, tant pis pour mes nœuds,
j’ai arrêté le Dop
.
Je ne veux plus me laisser passer à tabac,
la clope m’éclope,
j’aspire à expirer sans y laisser mon dernier souffle
Et je ne décolle plus sous alcool, le vin m’évince
Fini la gueule de bois, je ne suis plus sous l’empire contre-attaque de l’alcool
Je suis en sevrage des breuvages
.
Le chocolat ramollit mes biscottos trop chocs
Mais je n’aspire plus au sport sans effort,
la gonflette me gonfle,
j’abolis l’anabolisant
.
Marre de l’accoutumance à la coutume,
le collectif me colonise,
je sollicite la solitude
Mais l’ordi m’ordonne,
Facebook m’emboucane,
Internet me materne et m’interne dans le vide virtuel
Game over les parties fines sur ma DS-K,
je ne dis plus Wii au sado-Nintendo,
je débranche la manette vibrante,
je ne jouis plus du jeu
.
Un forfait téléphone et je déclare forfait
Quand je fais l’addition de mes addictions,
je multiplie sur mon compte les soustractions de mes souscriptions
Les factures me torturent,
je ne veux pas m’aliéner au loyer, alors je rejoins l’escouade du squat
Je solde mes comptes chez l’écureuil et cesse d’être un mouton pris de fièvre acheteuse
.
.
Mais qu’est-ce qui se passe ?
Mes pieds me font marcher,
chacun trace sa déroute
Ma main droite réclame la priorité à la gauche
Mon nez ne peut plus piffrer ma bouche,
il a obtenu la garde du poumon une respiration sur deux
Une paupière reste close,
elle ne veut plus travailler à l’œil
Je ne l’entends plus de la même oreille
Mon orthographe se dérègle, il me prend en faute
l’ordre dans plus peux parler je
.
Un dommage colorectal : fais chier
Je suis devenu dépendant à l’indépendance

Ecrit par : MrGouillat (118 Posts)


Nombre de vues :

348

fois. Thankiou bien !

5 Commentaires

  1. MissGouillette dit :

    Les jeux de mots, assonances, allitérations, le texte coule tant en lecture pour soi qu’en texte parlé (ça ferai un bon slam ça !). Texte entêtant et très agréable.
    Zut alors, ça vaut le coup quand tu prends le temps de pondre un truc toi !
    Merci.

  2. BoSS U dit :

    Super fAb !
    D’abord j’adore quand on utilise le mot assuétude. Je kiffe grave !
    C’est jolie assuétude, c’est doux et sirupeux. Comme peut l’être une addiction avant qu’on essaie de s’en débarrasser.
    Des jeux de mots qui font sourire d’autres un peu plus tirés par les cheveux mais le tout est vraiment fort sympathique.
    Génial de te trouver ici.

  3. La Tortue dit :

    net! Une belle plume chercheuse qui séduit les lecteurs !
    ➡ merci

  4. MrGouillat dit :

    Le concept de dépendance à l’indépendance est excellemment trouvé. Et je le trouve d’autant intéressant qu’il doit concerner, pour des raisons diverses, quelques personnes par ici.
    Un peu plus mitigé quant à la forme : le plaisir du jeu de mot, conjugué au goût des allitérations et assonances, donne parfois dans la surenchère.
    Malgré tout la lecture est un délice des yeux, et certaines jolies trouvailles y sont pour beaucoup. Mention spéciale à la profession de foi masquée : “Je revendique l’un dépendance pour un cas acquis !”

    Et aussi heureux que la bande de te voir poser un peu sur le Cri.

Laisser un commentaire