Projection de “l’ordre et la morale” à la FOL

Legorjut Matthieu Kassovitz Ouvéa Iaai Gossanah

L’ordre et la morale, le film

« L’Ordre et la Morale » est un film français réalisé par Mathieu Kassovitz. Initialement prévu pour être filmé en Nouvelle-Calédonie, sur les lieux de la prise d’otages d’Ouvéa, le tournage a finalement été déplacé en Polynésie française. Le scénario du film s’appuie notamment sur le livre « La Morale et l’action » (1990) de Philippe Legorjus, capitaine du GIGN au moment des faits mais aussi sur le rapport d’enquête mené par l’amiral Sanguinetti pour le compte de la LDH (1989).

.

De nombreuses polémiques ont précédé la sortie du film et de nombreux dirigeants politiques de Nouvelle-Calédonie, tant loyalistes qu’indépendantistes, ont contesté l’objectivité du film. Par ailleurs, le seul exploitant cinématographique de Nouméa et du Grand Nouméa a fait le choix de ne pas diffuser ce film pour les mêmes raisons.

 

La diffusion du film : une démarche citoyenne

Pour les administrateurs de la FOL, il reviendra à chacun de se faire un avis sur ce film qui n’est qu’un point de vue sur cet évènement tragique. Il n’est pas un appel à la haine mais revisite un évènement douloureux et symbolique de l’histoire du pays et à ce titre revêt une place particulière dans les oeuvres cinématographiques disponibles. Il s’agit donc d’en permettre une large diffusion, mais aussi de créer du débat sur les questions et douleurs qu’il engendre. Loin de toute polémique, la décision du Conseil d’Administration de diffuser cette oeuvre cinématographique se veut constructive et facilitante. Il s’agit de faire grandir la notion de destin commun en acceptant une pratique saine du désaccord.

Les séances

En programmant ce film et en lui assurant une large diffusion, la F.O.L. espère donner à chacun l’occasion de discuter et de partager, de permettre à tous d’appréhender et des dépasser les douleurs, les peurs, les aprioris.

.

.

Séances du 14 au 30 décembre, chaque jour à 18H
  • Mercredi 14 décembre
  • Jeudi 15 décembre
  • Vendredi 16 décembre
  • Samedi 17 décembre
  • Dimanche 18 décembre
  • Lundi 19 décembre
  • Mardi 20 décembre
  • Mercredi 21 décembre
  • Jeudi 22 décembre
  • Vendredi 23 décembre
  • Lundi 26 décembre
  • Mardi 27 décembre
  • Mercredi 28 décembre
  • Jeudi 29 décembre
  • Vendredi 30 décembre

 

Les séances marquées en gras seront suivies d’un débat.

 

Des débats autour du film

Notre vocation d’association d’éducation populaire est de permettre et de faciliter l’échange et le débat. Il nous est donc apparu nécessaire et judicieux d’entrer dans une démarche de réflexion et de dialogue avec les calédoniens qui le souhaiteraient autour du film « L’ordre et la morale ». Ainsi, certaines des projections seront suivies d’un débat animé par des médiateurs, la Ligue des Droits de l’Homme, la F.O.L., ainsi que par certains des acteurs du film.

.

Ces débats auront lieu à l’issue des séances des mercredi 14, samedi 17, jeudi 22 et vendredi 30 décembre 2011.

Ecrit par : BoSS U (2299 Posts)

Membre fondateur du site. Souvent appelé par ses nombreux admirateurs, l'Administrateur Suprême, il accepte volontiers le diminutif de BoSS, si c'est dit avec respect et un peu de trémolo. Vous pouvez le contacter par mail (bossu@lecriducagou.nc) en cliquant sur l'enveloppe ci-dessous


Nombre de vues :

1896

fois. Thankiou bien !

17 Commentaires

  1. Eric dit :

    Vous n’allez rien partager du tout…
    Les rancœurs ne vont pas disparaître et les clivages eux se renforcer, voilà bien tout ce que nous allons gagner…

    Contrairement à ce qu’on veut nous faire croire, ce film sera perçu et reçu par un grand nombre comme “parole d’évangile”…

    Le destin commun ne peut en aucune façon se nourrir des rancunes du passé et encore moins des plaies non cicatrisés…

    Nous paierons cette heure cash un de ces quatre…

  2. BoSS U dit :

    @EricLe destin commun ne peut en aucune façon se nourrir des rancunes du passé et encore moins des plaies non cicatrisés…
    Pour imaginer ou aller, il est bon de savoir d’où on vient, non ?
    Je ne comprends pas cette volonté de vouloir étouffer le passé.
    Par exemple
    Heureusement que les allemands n’ont pas rasé Dachau, heureusement qu’aujourd’hui encore on puisse se rendre compte du lieu des barbaries pour qu’on puisse en parler… Sinon c’est la porte ouverte au négationnisme (déjà que sans ça, il s’en trouve encore pour contredire ces faits)
    Heureusment que des films comme Shoah ou la liste de Schindler existent. Pourtant cet épisode historique est douloureux, pourtant on peut imaginer que chez certains les plaies sont encore ouvertes.
    Alors il ne faut pas en parler ?
    Je trouve que ce type de réaction est assez français…
    Quand on voit le nombre de films US qui parlent de la guerre en Irak, pro-politique US ou anti-politique US alors que les troupes US sont toujours en place…
    Quand on sait que le livre Le Désert à l’aube, de Noël Favrelière, qui relate un épisode de la guerre d’algérie (les évènement algériens) publié en 1960, aux éditions de Minuit, a alors été saisi et sa diffusion interdite et qu’il faudra 40 ans pour qu’il soit réédité.
    Je ne dis pas que parler du passé est simple mais je juge sain de le faire.

  3. Eric dit :

    Tu ne me comprends pas, je ne suis pas en train de faire du négationnisme, tu mélange tout(Dachau je connais j’y suis allé)…

    Je dis juste que nous ne produirons rien de bon dans ce cas là.

    Dans ton cas de figure il y a eu Nuremberg pour la reconnaissance des victimes…
    A Ouvéa il y a eu une amnistie, donc pas de procès !
    J’espère que tu comprends ou je veux en venir…

    Concernant la Shoa et la guerre d’Algérie, là aussi nous nous trouvons dans des cas de figures très différent.
    Ici, nous sommes encore dans une situation conflictuelle, pour ou contre l’indépendance…!!! L’histoire n’est pas encore écrite.
    ..
    Alors que pour la Shoa et la guerre d’Algérie tout les films et autres documentaires qui ont été réalisés ou qui sont à venir sont “neutres”, il n’en est pas de même pour nous…???

    C’est donc dans ce sens qu’il faut comprendre mon propos…
    J’ai beau chercher, je ne vois rien de bon dans ce film !!!
    Je souhaite juste me gourer, mais je reste persuadé que ce film ne sera pas sans conséquences…

  4. MissGouillette dit :

    Il faut que ces projections aient des conséquences Erick !
    Je ne vais parler que de l’exemple de la Shoah car je connais relativement bien le sujet.
    Si le cinéma ou autres peuvent en parler comme il le font c’est parce que le peuple hébreu a accordé son pardon au peuple allemand, qui lui a présenté ses excuses pour les souffrances causées par les générations antérieures.
    Ca reste symbolique, ça n’efface rien, mais ça fait tout de même avancer les choses et les mentalités.
    Peut-être est-ce que la Nouvelle-Calédonie et la France devraient apprendre à faire : d’un côté accorder son pardon pour l’innommable, de l’autre reconnaitre ses fautes et faire amende honorable …
    Alors oui, il faut qu’il y ait des conséquences …

  5. Eric dit :

    Mais bon sang, vous avez des soucis avec votre mémoire ou quoi ???

    Et les amnisties, les accords de Matignon puis de Nouméa…
    Et le préambule des ADN
    C’est quoi si ce n’est çà ???
    Vous avez déjà lu les ADN, et le préambule des ADN, vous l’avez lu ???

    Si vous l’avez lu vous ne pouvez écrire ce que vous écrivez, j’en conclu donc que vous parlez d’un truc que vous ne connaissez pas vraiment !!!

    Pour les conséquences, je ne suis pas certain qu’elles seront celles que vous espérez…

  6. Trapard dit :

    Enfin, un vrai débat même si personne n’utilise encore le terme de “propagande” concernant les éventuelles utilisations du film de Kassovitz.

  7. Eric dit :

    Et pourtant nous sommes en effet dans la propagande, sauf que celle-ci se fait sur des blessures encore bien à vifs…

    Et mon inquiétude c’est que de l’extérieur on vienne bousiller le fragile équilibre que a été construit depuis les évènements de 84-85 et les pointes de violences qui ont suivi ces évènements…

    Et bien oui ce film est un outil de propagande politique et en aucune façon un film pour un quelquonque débat “sociétal”…

    Je suis désolé, mais l’affaire d’Ouvéa, ce n’est en rien le coeur de la problématique…

    Faire une fixation sur cette affaire pour cristalliser le débat pour ou contre l’indépendance, c’est juste bon pour ceux qui ne connaissent pas la NC…

  8. Trapard dit :

    De toute façon c’est de l’Armée française qu’il est question dans ce film (comme dans la réalité de 88) et il y a encore trois mois de cela, à Ouvéa, j’ai encore entendu des discours venant de la population de l’île qui réclamaient, sur cette affaire, le pardon du Peuple Français et donc, non-kanak de Nouvelle Calédonie. C’est en ce sens que je parle de propagande.

  9. Smiletoo dit :

    @Eric: Personnellement, je ne pense pas que ce film soit une propagande politique, dans le sens qu’il la dénigre au contraire… “la guerre est un massacre de gens qui ne se connaissent pas, au profit de gens qui se connaissent mais qui ne se massacrent pas”… Je ne pense pas que ce film soit un outil de débat “sociétal” sur un éventuel sujet autour de la question d’indépendance… Il n’est pas fait dans cette optique.
    @MissGouillette: Pour ce qui est de la symbolique de la reconnaissance des fautes, des excuses et du pardon, n’est-ce pas ce dont il s’agit en partie dans le préambule des Accords de Nouméa?

    Enfin, je suis peut être ignorante et naïve mais, s’il peut susciter la douleur ou la colère, je ne vois aucune raison que ce film déclenche des réactions de haine et de violence au sein de la population… d’ailleurs on sait très bien que la décision de non diffusion venait de politique… Qui a le plus à craindre?

    En tout cas, ce que je vois, c’est que grâce au centre Culturel Tjibaou, à la FOL et à Ciné Brousse, les gens peuvent enfin avoir le droit de faire leur propre choix… et on ne peut assumer que les choix que l’on fait, non?

  10. Eric dit :

    Des excuses ?
    Ben non…
    J’entend bien comprendre la notion de pardon dans le monde de la coutume mon cher Trapard, mais il me semble que justement tout à été fait pour aller plus loin encore…
    Et puisqu’il est question de pardon, les gens d’Ouvéa dont tu parles ont-ils eux mêmes demandé pardon à la France “aux non Kanak” ???

  11. Eric dit :

    Smiletoo, alors j’en reviens à mon propos initial, à quoi peut-il bien servir ce film si ce n’est à réveiller des rancœurs ???

  12. Trapard dit :

    @Eric – On est loin de tout ça, et de toute façon les accords de Matignon allaient un peu dans ce sens. Pour être clair, j’étais contre le tournage (bien avant qu’il soit question de sa sortie en salle) par dégoût d’une sensation de marche arrière.
    Le film est sorti. J’irai le voir ou le louerai en DVD (ou même je le piraterai) et pour le reste, ça ne m’appartient plus. Chacun se fera son “film”. Et comme on dit “une vie est faite de rebondissements positifs ou négatifs, on ne peut jamais tout maîtriser, ni toi, ni moi, ni personne”.

  13. Trapard dit :

    Si j’ai terminé à temps, mardi sera postée la première partie d’une itv d’Elie Poigoune avec des questions sur la coutume dans le destin commun, les droits de la femme (de toutes communautés) dans cette évolution, un questionnement sur l’emploi local et d’autres questions sur la répartition des égalités et des chances entre communautés dans le dispositif. Etc…
    Et ceci toujours dans la logique des itv amateures (donc non-rémunérées) de la TV du Cagou, faites, cette fois-ci, conjointement avec un petit groupe du Cri du Cagou qui s’est donné comme appellation ICI ET MAINTENANT.

  14. BoSS U dit :

    @Eric – J’étais hier soir à la soirée débat qui suivait la 1ère projection de “l’Ordre et la Morale” à la FOL. C’était très chouette, très émouvant de belles paroles ont été dites de part et d’autre. Le public était vraiment métissé, à l’image de la population du pays.
    Les acteurs du film présents ont mis l’accent sur le partage, ils ont bien expliqué pourquoi ils avaient voulu faire le film même si pour eux aussi la décision n’a pas été simple, voire très dure. Imagine comme il a du être difficile pour ce personnes qui ne sont pas acteurs de métiers d’incarner un membre de leur famille assassiné. Mais ils ont parlé du devoirs de mémoire, de parler du passé pour construire l’avenir.
    A un jeune homme qui les remerciait de montrer la voie à suivre, ils ont dit et répété que le temps des violences étaient derière nous pour aller vers le temps de la parole et du partage comme devait l’être une démocratie.
    Oui, les plaies ne sont pas cicatrisées, c’est sûr mais l’ensemble des spectateurs ont montré leur volonté de construire ensemble.
    la salle était damée.
    Et je reste persuadé que c’est en libérant la parole que le Pays avancera.
    Je ne dis pas qu’il ni aura jamais plus de heurts… Il y a des extrémistes partout mais ils sont une minorité.
    La majorité veut construire le Pays pour demain, pour nos enfants.
    Viens, Eric, viens voir le film et le débat, tu prendra le pouls de la population qui se déplace en masse pour voir ce film.
    Viens Eric et si tu trouves que 500 F c’est trop cher, je t’offre la place (mais jeudi 22 décembre) ça sera mon cadeau pour Noël et contre tes préjugés.
    Il faut libérer la parole

  15. Trapard Creteux dit :

    @BoSS U – Je t’avais dit de ne prendre qu’un seul cachet à la fois par soirée. :mrgreen:

  16. Eric dit :

    Non, j’ai pas de préjugé et le multicolor fait parti de mon quotidien de ma famille…
    Je ne suis juste pas d’accord avec ce que certain font et vont faire de ces événements et de la façon dont ils vont utiliser ce film.
    Et bien entendu je n’ai pas de soucis avec les 500cfp que coute le prix d’une place…
    Cependant, je te remercie pour l’invitation et je vais y penser….

  17. BoSS U dit :

    Nous devrions parler ici, plus souvent du film de Kassovitz, les gens qui suivent les commentaires pourraient ainsi avoir les dates et les horaires du film.
    Ce film fait un tabac en Calédonie. Ce sont des milliers de spectateurs qui vont le voir et le revoir.
    Et toujours pas de scène de révolte à la sortie des projections.
    Eric tu tromperais-tu ?

Laisser un commentaire