“Il ne violait pas les enfants en colonies de vacances”

J’ai reçu ce courrier adressé au rédacteur en chef des Nouvelles Calédoniennes et largement diffusé sur le net. Il s’agit d’un droit de réponse d’un article paru dans le quotidien titré “quinze ans requis contre l’animateur violeur”. Le journal racontait que le pédophile aurait violé des enfants dans les centres de vacances. Le courrier est écrit par un des jurés de l’affaire qui est aussi organisatrice de centre de vacances pour les enfants. Voici le courrier :

————–

Monsieur le Rédacteur en chef

Les Nouvelles Calédoniennes

Nouméa

 

 

 

Objet : votre article sur le procès d’assises  du 24/11/2011

 

                Monsieur,

 

                Suite à la parution de votre article  «quinze ans requis contre l’animateur violeur», je me dois, assignée comme témoin lors de ce procès tenu à huis clos, de dénoncer les faits erronés parus dans votre article.

                 Les crimes «viols sur mineurs de 13 et 14 ans»  pour lesquels Mr Jonathan UJICAS, a été condamné ne se sont jamais déroulés dans un centre de vacances  contrairement à ce que vous affirmez plusieurs fois.

                 Ils ont eu lieu au domicile de l’une  des victimes, et auraient eu lieu pour l’autre enfant  au domicile de l’accusé et dans l’enceinte d’un lieu de culte (« auraient » puisque toujours niés par l’accusé).

                Vous avez omis de préciser que Mr UJICAS occupait  un poste d’adjoint au CPE ou « vie scolaire »  depuis au moins l’année 2004, dans différents  collèges et lycées de Nouméa.

Cette situation aggravante lui permettait d’être en contact avec enfants et adolescents  continuellement ; il n’était dans les centres de vacances que ponctuellement.

                C’est depuis 2008, suite aux plaintes déposées  et après une brève incarcération qu’il a quitté  le milieu scolaire pour prendre des postes au Congrès ou au Gouvernement. Il figurait  également sur les affiches de campagnes publicitaires pour de grands organismes de Nouméa.

                 Je tiens à préciser que, depuis 3 ans,  Mr Ujicas est resté  libre et qu’aucun organisateur de centres de vacances et de loisirs n’a été informé officiellement  de cette procédure judiciaire et des risques encourus à l’employer comme animateur. La Direction de la Jeunesse et des  Sports qui habilite et contrôle les centres de vacances  en était-elle informée ?

                  Tous les  responsables de centres de vacances font preuve d’une indispensable vigilance  pour garantir l’intégrité morale et physique des enfants qu’ils hébergent. Ces nouveaux faits dramatiques  nous rappellent encore une fois  que près de 80 %*  des abus sexuels  sur enfants ont lieu dans leur milieu familial ; Mr Jonathan UJICAS était baby-sitter de  4 enfants  et un intime de la famille.

                Veuillez agréer, Monsieur, l’expression de mes sentiments respectueux.

Yanita DELPIAS

* 80 % des abus ont lieu dans le milieu familial et 3,3 % sont perpétrés dans le milieu scolaire ou parascolaire : statistiques officielles

————–

 

Voilà, qui est rectifié, même si Yanita attend toujours un erratum dans les “Nouvelles”.

Ce qui m’interroge le plus dans cette histoire, ce n’est pas que notre unique quotidien, “Les Nouvelles Calédoniennes”, ait écrit des faits erronés, l’erreur est humaine et nos journalistes le sont aussi (pas des erreurs, mais des humains). Ce qui me pose question c’est que la plupart des médias ait relayé les mêmes âneries. Comme si les autres médias, en guise de journalisme, ne faisaient que lire le quotidien. Il semblerait bien qu’aucun n’ait pris la peine d’essayer de vérifier ses sources.

Nous avons plusieurs médias, mais pas tant que ça et s’ils parlent tous de la même voix … La voix de son maître ? (comme le disait autrefois le marchand de disque, Pathé-Marconi). Sommes-nous encore en démocratie ?

AvatarEcrit par : BoSS U (2325 Posts)

Membre fondateur du site. Souvent appelé par ses nombreux admirateurs, l'Administrateur Suprême, il accepte volontiers le diminutif de BoSS, si c'est dit avec respect et un peu de trémolo. Vous pouvez le contacter par mail (bossu@lecriducagou.nc) en cliquant sur l'enveloppe ci-dessous


Nombre de vues :

983

fois. Thankiou bien !

19 Commentaires

  1. Avatar Trapard Creteux dit :

    La voix de son maître, une belle image qui me ramène à cet humour décalé de OSS 117 :

  2. Avatar MrGouillat dit :

    Donc …
    .
    Bon. J’ai mes règles, c’est un fait admis, du coup je prends la tête pour un oui ou pour un non. N’empêche. Je ne saisis pas.

    Donc les Nouvelles se plantent quant au lieu du forfait. OK. Connerie, pas super pro, mais comme dit, les erreurs ça arrive, pas de souci.

    Pourtant c’est une autre impression qui me vient à la lecture de ce courrier. A savoir que l’auteure ne souhaite pas apporter la correction qui se doit par souci du respect des faits, ce qui serait louable, seule la vraie vérité doit être divulguée,
    mais plutôt comme une réaction d’autodéfense. Comme si la profession était accusée de pédophilie généralisée ou au moins de complaisance.

    Que madame ait mal vécu cette affaire, je le conçois, c’est dur de se dire qu’elle a ou aurait pu travailler avec ce garçon aujourd’hui reconnu coupable de pédophilie.
    Oui, c’est dur. Autant que sont effondrés nombre de gens qui le connaissaient ou le fréquentaient. Bon.

    Mais que le crime ait été commis dans un environnement ou un autre ne change rien. Que le criminel ait professé en centre d’animation, en établissement scolaire ou au
    sein d’une église, ne change rien. Ce n’est pas le centre d’animation,
    l’établissement scolaire ou l’église qui sont en cause. Tout au plus sont-ils victimes de tromperie.

    Et l’erreur des Nouvelles ne change rien. Ni dans un sens ni dans un autre. Ne sous-entend rien. Sans quoi il deviendrait risqué pour les enfants d’aller camper sur un îlot en famille, ou pour les jeunes filles de participer à un coup de fête,
    pour ne reprendre que deux actualités récentes …

    En définitive, j’ai plus le sentiment qu’en dénonçant cette erreur, cette
    organisatrice de centre de vacances se défend d’accusation qui n’ont été porté par personne.

    Quant au fait que les médias se reprennent les informations les uns des autres, le débat n’est pas bien récent, ce qui témoigne surtout du laxisme de certains journalistes ou de certaines rédactions. Mais à tout prendre me choque plus le
    parti-pris putassier de certains gros titres.

    Toujours est-il que malgré mes tendances conspirationnistes, j’ai du mal à y voir un processus conscient de désinformation ou de contrôle de l’information.

    Dernière chose, la démocratie garantit la possibilité à chacun de s’exprimer. Pas que ceux qui le font le feront de manière pertinente. Alors s’il est des raisons de
    douter de la démocratie, celle-ci me paraît tout de même bien mince …

  3. Avatar MrGouillat dit :

    (mais il me fait quand même bien rire ton lien, trapard)

  4. Avatar Trapard Creteux dit :

    Le mieux serait, de la prévention intelligente :

  5. Avatar rasskass_rouge dit :

    “Dernière chose, la démocratie garantit la possibilité à chacun de s’exprimer.” justement le problème est là, les nouvelles ne publient pas ce droit de réponse…. heureusement que le cri est là.
    Je comprend bien moi, la crainte de la directrice, car le titre est plutôt évocateur et c’est plus facile de protéger ses enfants en ne les envoyant pas en centre de vacances, plutôt que de les protéger de sa propre famille.

  6. Avatar rasskass_rouge dit :

    quand à la démocratie….c’est un mots pas courant en Kalénaky…. 🙄

  7. Avatar BoSS U dit :

    @MrGouillat – Pour revenir sur la crainte de la directrice… Nous sommes à deux jours des grandes vacances, les parents ont inscrits leurs enfants pour les camps et les colos. En lisant cet article, des nouvelles repris dans divers médias, les parents s’inquiètent et retirent leurs inscriptions.
    Si un fait similaire peut se produire en centre de vacances, un maximum de garde-fous sont mis en place pour ne pas que ça arrive, par les organisateurs, par les provinces et par la Nouvelle-Calédonie pour que des faits aussi graves ne se produisent pas. Affirmer l’inverse, jette le discrédit sur tous, même si le risque zéro n’est pas possible.
    L’environnement du crime ne change en rien sa gravité pour les victimes, certes. Mais là où tu vois tromperie, on pourrait voir négligence ou complicité, ce qui n’est pas du tout pareil. La confiance met un certain temps pour se gagner mais peut se perdre en quelques instants. La confiance dans les organisateurs des centres de vacances est fragile.

  8. Avatar BoSS U dit :

    @MrGouillatQuant au fait que les médias se reprennent les informations les uns des autres, le débat n’est pas bien récent, ce qui témoigne surtout du laxisme de certains journalistes ou de certaines rédactions.
    Ben moi, ça me choque ! Je croyais que le travail du journaliste était la vérification des informations. Colporter les âneries des autres me semble dangereux, surtout dans un pays où la rumeur court plus vite que son ombre. Nous attendons des journaux de l’information et voilà qu’ici, ils colportent des ragots. Ça reste anecdotique avec ce fait divers mais imagine sur un sujet sensible. Un mensonge raconté une fois est un mensonge, le même mensonge raconté 100 fois devient vérité. Et avec un gros titre au parti-pris putassier pour enfoncer le clou…
    Je me demande juste à qui ce système laxiste de désinformation profite.

  9. Avatar Wilhelmina dit :

    à fond d’accord avec Bossu, sur les 2 plans…ici l’évocation des centres de vacances n’est pas anodine. C’est quand même un “vivier” d’enfants, les notres. On préfère savoir que des critères sont un minimum respectés quand au recrutement de ces responsables de centre. Pour les journalistes, ils se la pètent assez pour bosser un minimum 😆

  10. Avatar MissGouillette dit :

    Je lis, je lis … je ne voulais pas mais je réagis.
    Normalement, le minimum de vérification par un directeur de centre est un extrait numéro 3 de casier judiciaire. Sur cette extrait y figure les condamnations … seulement.
    Or je note dans le courrier publié ici, qu’outre les plaintes déposées il y avait eu incarcération … donc condamnation ?
    Après, je conçois qu’avec la difficulté de trouver du bon personnel (parce que soyons honnêtes, être pédophile ne veut pas dire que la personne fait mal son travail, ce qui aurait été plus simple) et le temps nécessaire à recevoir cet extrait de casier judiciaire celui-ci puisse arriver après l’embauche et le début du travail de l’animateur.
    Je note aussi qu’il s’agit d’un secteur d’activité fonctionnant sur le bouche à oreille. Dans ce cas, le fait que l’animateur ait été bon a-t-il surplanté les doutes éventuellement émis ?
    Tout ça est très flou. Je crois que la faute ne peut être rejetée que sur un système trop lent et mal organisé (et non sur les centres de vacances qui malgré tous les vices de ce système prennent en général un maximum de précautions pour garantir la sécurité physique et affective de nos enfants).
    Quant aux journalistes, évitons de jeter la pierre à toute une profession qui se voit pénalisée par quelques éléments dotés de baobab dans la main. Ce n’est pas le cas de tous, beaucoup se démènent pour avoir le droit de dire les choses et bien faire leur métier.

  11. Avatar BoSS U dit :

    @MissGouilletteOr je note dans le courrier publié ici, qu’outre les plaintes déposées il y avait eu incarcération … donc condamnation ?
    Ben non pas de condamnation, l’affaire vient juste de passer au tribunal.
    La calédonie est un petit pays ou tout le monde se connait. Tout le monde de l’animation connaissait Jonathan, et ça faisait des années qu’il ne travaillait plus dans les centres de vacances… à cause de suspicion à défaut de condamnation, ce qui n’est pas bon non plus.
    Oui, c’est un secteur où le bouche-à-oreille est important dans le recrutement des équipes. IL marche dans les deux sens.
    Pour revenir sur le journalisme en NC.
    Certes, s’il y en a qui ont à cœur de bien faire leur boulot, d’autres se contentent de copier/coller mais l’Homme est ainsi fait qu’il ne retiendra que ces derniers. Comme pour les animateurs : un est suspecté de viol dans un centre de vacances, tous les animateurs deviennent pédophiles.
    Et ce n’est pas parce que nous avons envie de protéger les bons qu’il ne faut pas dénoncer les autres.
    Et si comme tu le dis, en Nouvelle-Calédonie, les journalistes doivent se démener pour avoir le droit de dire des choses… ça fait peur : La liberté de la presse est un des fondements de la démocratie.

  12. Avatar BoSS U dit :

    Je ne voudrais pas donner le sentiment de m’acharner mais regardez ce qu’on lit sur le site des Nouvelles Calédoniennes aujourd’hui encore :
    Quinze ans requis contre l’animateur violeur
    Publié le jeudi 24 novembre 2011 à 03H00
    “Accusé de viol sur deux jeunes gens qui n’avaient que 12 et 13 ans lors des faits, en 2005 et 2006, pendant des camps de vacances, Jonathan Ujicas était jugé hier par la cour d’assises. Une peine de quinze ans de réclusion a été requise.”
    Je crois qu’il faudrait non seulement que LNC publie l’erratum de Yanita Delpias mais change aussi l’intro de l’article mis en ligne. Cette introduction porte préjudice à la presse et aux centres de vacances.
    Bon maintenant, j’arrête.

  13. Avatar Trapard Creteux dit :

    Comment veux-tu que les Nouvelles Calédoniennes se vendent sans leurs gros titres foireux placardés sur les façades des buralistes et libraires ?
    La vérité se vend malheureusement très mal.

  14. Avatar Wilhelmina dit :

    @Trapard Creteux – ai montré ton reportage sur comment informer nos enfants et leur donner les bons réflexes à mes gosses…on pratique depuis toujours le système du code et la politique du “j’embrasse qui je veux”, mais c’était bien de montrer (à mon dernier surtout) qu’il ne faut pas avoir peur de dire non même à un adulte insistant et très aimable

  15. Avatar BoSS U dit :

    A-t-on le droit de détester les Nouvelles Calédoniennes ?
    Dans une interview parue mercredi 14 décembre, il est dit :
    “Les inscriptions pour les camps de vacances sont en chute libre depuis la condamnation de Jonathan Ujicas à dix ans de prison, pour viol sur mineurs.
    Non !
    Les inscriptions sont en chute libre depuis que le quotidien a affirmé que des enfants s’étaient fait violer dans des centres de vacances, propos calomnieux, sans jamais faire de démenti par la suite…
    On s’en fout, me direz-vous, des centres de vacances et de leurs inscriptions mais ça fait mal au cul de voir comment la vérité est traitée dans le journal.

  16. Avatar Peter Falk dit :

    il parait ke lavoix a racheté ? faut craindre le pire…si pire se peut.

  17. Avatar Eddie Constantine dit :

    Lavoix de son maître Frogier ?

  18. Avatar BoSS U dit :

    Merde je voulais la faire celle-là, j’avais déjà mis l’image

  19. Avatar Lemmy Caution dit :

    Frogier n’a-t’il pas racheté Les Infos ?

Laisser un commentaire