[court-métrage] Trauma

Abel, jeune garçon de huit ans, vit paisiblement avec sa mère et son père. Paisiblement, jusqu’à l’arrivé d’Eddie qui chamboule son quotidien. Abel ne l’aime pas, et son père regarde d’un mauvais oeil la relation qu’entretien sa femme avec le nouveau venu. A partir de ce moment là, les évènements étranges s’enchainent.

Court métrage entièrement réalisé en Nouvelle Calédonie avec une équipe 100% locale, ayant obtenue le prix d’interprétation collectif et de la mise en scène au festival de La Foa 2011.

Un film de Benjamin De Los Santos avec Victor Schlegel, Didier Delahaye, Jill Fisiimoli, Stéphane Piochaud.

Bon film !

.

TRAUMA de Benjamin De Los Santos sur Vimeo.

Ecrit par : BoSS U (2299 Posts)

Membre fondateur du site. Souvent appelé par ses nombreux admirateurs, l'Administrateur Suprême, il accepte volontiers le diminutif de BoSS, si c'est dit avec respect et un peu de trémolo. Vous pouvez le contacter par mail (bossu@lecriducagou.nc) en cliquant sur l'enveloppe ci-dessous


Nombre de vues :

1145

fois. Thankiou bien !

18 Commentaires

  1. Trapard Creteux dit :

    Juste une correction pour Jill FISIIMOLI (c’est un nom wallisien).

  2. BoSS U dit :

    Merci trapard pour la correction mais aussi pour le lien !
    (Si tu trouves Ni28… 😉 )

  3. Trapard Creteux dit :

    Oui, j’avais déjà cherché. Je crois qu’on ne peut le trouver que sur le site de rfo, dans l’émission Storyboard de Jessy Deroche.
    Jill Fisiimoli est la fille de l’ancien champion cycliste, marathonien et tri-athlète, Papilonio Fisiimoli (ce qui me permet de glisser mon petit hommage posthume, au passage).
    Ta manière d’écrire son nom me fait penser à un nom de famille finlandais.

  4. BoSS U dit :

    @Trapard Creteux – Sans vouloir paraître rancunier ou mauvais joueur, je n’ai rien inventé, j’ai juste fais un copier/coller d’un article du CdK : http://lecriducagou.com/?p=14050 que tu avais signé
    😈

  5. Trapard Creteux dit :

    @BoSS U – Au temps pour moi 🙁 , et c’était déjà un copié-collé du programme du festival.

  6. Trapard Creteux dit :

    Pas grave, ça m’a tout de même permis de passer mon message d’hommage. 🙂

  7. C’est plutôt pas mal joué, c’est bien réalisé, mais j’y comprends rien !

  8. Trapard Creteux dit :

    @Kal’hédoniste – Moi, j’y vois une sorte de dérèglement du rapport oedipien, une fois l’arrivée en son sein d’un élément étranger et perturbateur.
    Le point de vue de l’enfant n’est peut-être pas assez prononcé, car il y a souvent de fausses pistes dès le début du film.
    Un réalisateur comme Stuart Gordon avec son film d’horreur “Dolls”, prend, par exemple, volontairement le parti de filmer à l’horizontal l’enfant, héros du film, donc à son niveau, et au contraire, il filme en fortes contre-plongées le monde adulte. Donc le spectateur sait toujours d’où vient l’agression et à partir de quel personnage, il peut se positionner en transfère d’identification.
    C’est assez caricatural bien sûre et cela ne laisse que peu de choix au spectateur, mais dans Trauma, ce dernier doit volontairement insister de lui-même sur son choix d’identification.
    Un spectateur-enfant le fera de lui-même vers Abel, mais un spectateur de l’âge de Didier Delahaye, de Jill Fisiimoli, ou de Stéphane Piochaud, le fera plus instinctivement vers ces trois personnages, puisque il manque la piste de réalisation d’identification forcée, citée plus haut, rapport à “Dolls”.
    “Trauma” aurait toujours été cadré en contre-plongée vers ces trois adultes, le rapport oedipien cauchemardesque aurait plus fortement pris tout son sens, pour tous les spectateurs.
    Enfin, au-delà ce ça, il y a un énorme boulot dans ce film auquel j’ajouterai à ce que tu cites, les fascinants éclairages.

  9. Wilhelmina dit :

    j’ai rien compris…quand on se fait trucider par accident, faut être achevé au revolver sinon tu deviens zombie ? vampire ? (ils ont plein de sang frais sur eux…)Ils sont protégés par des containers, infranchissables quand on est du côté de Jennifer ?(hihihihi)
    J’aime beaucoup la lumière et la photographie. Beaucoup moins le scénario…j’ai trouvé la scène de la baignoire trop longue et Abel a un très beau sourire “intérieur” quand il court hors de chez lui, à la fin 😆 mais bravo ! c’est plus facile de critiquer que de réaliser !

  10. Wilhelmina dit :

    Et puis, je n’ai pas vraiment vu de mari très contrarié, l’intrus ressemble beaucoup à un…intrus ! qui devient pote quand la femme se meurt… et puis à l’anniv du gosse, il y a beaucoup d’adultes au moment des bougies ! ils sont où tous les camarades ? et le gateau…mes gosses me tuent si je leur sors un gâteau comme ça à leur anniv ! 😆
    bon, j’arrête, je suis une grosse frustrée, j’adorerai écrire des scénarii…

  11. Trapard Creteux dit :

    @Wilhelmina – Just do it !!

  12. Trapard Creteux dit :

    La fin avec les morts vivants, c’est un peu comme cet Enfer symbolique, sorte de Passage de confrontation à la Mort symbolique aussi.
    Je l’aurais préféré nocturne comme dans “Santa Sangre” de Jodorowsky, ou dans les films italiens de zombies de Lucio Fulci ou Joe D’Amato, ou Jorge Grau (un Espagnol qui a tourné son film à Londres avec des fonds italiens), d’une certaine manière.

  13. Trapard Creteux dit :

    La superbe fin salvatrice de l’Au-delà de Lucio Fulci.

  14. Trapard Creteux dit :

    + La fin de L’Enfer des Zombies de Fulci aussi

  15. Trapard Creteux dit :

    TRAUMA en mode P2P pour fans de Zombies only :mrgreen:

    http://zomblardsfromouterspace.blogspot.com/2015/04/trauma-court.html

    Voilà un film qui voyage !

Laisser un commentaire