Kassiopée – Allumage

Le début était prévu à dix-huit heures. Dès avant la musique résonnait dans le Centre d’Arts pour les balances. La nuit est tombée, les éclairages sont lancés, le public est déjà présent.

Kassiopée centre d'art Nouméa Nouvelle-caledonie Miriam Schwamm art'péritif le cri du cagou caledophoto

Kassiopée centre d'art Nouméa Nouvelle-caledonie Miriam Schwamm art'péritif le cri du cagou caledophoto

Pour les premiers arrivés, sushis, tartines et rafraichissements sont proposés. Autant dire qu’ils ne feront pas long feu.

Kassiopée centre d'art Nouméa Nouvelle-caledonie Miriam Schwamm art'péritif le cri du cagou caledophoto

Derrière la scène, derrière une porte fermée, Freddy pose les dernières bases du boeuf. Cinq grilles d’un quart d’heure, sous la férule de Noémie, pendant lesquelles les artistes sont libres d’entrer et sortir à leur guise, pourvu que le son tourne et que les instruments s’accordent. Une quinzaine d’artistes sont au rendez-vous, cuivres, cordes, bois, voix, platines, percussions.

Kassiopée centre d'art Nouméa Nouvelle-caledonie Miriam Schwamm art'péritif le cri du cagou caledophoto

Kassiopée centre d'art Nouméa Nouvelle-caledonie Miriam Schwamm art'péritif le cri du cagou caledophoto

Kassiopée centre d'art Nouméa Nouvelle-caledonie Miriam Schwamm art'péritif le cri du cagou caledophoto

Kassiopée centre d'art Nouméa Nouvelle-caledonie Miriam Schwamm art'péritif le cri du cagou caledophoto

Bientôt, bientôt.

Il est encore temps de profiter des œuvres présentées, la circulation reste fluide.

Ainsi, dans le petit jardin, sculptures et installations s’offrent au regard.

Kassiopée centre d'art Nouméa Nouvelle-caledonie Miriam Schwamm art'péritif le cri du cagou caledophoto

Le Faune de jean-Marie Ganeval s’approprie une mythologie locale, faite de terre, de racines et de corne de cerf. Jean-Philipe Tjibaou nous propose Le vieux, Pasteur Yango, Teddy Diaiké, un bois de houp rendu à la vie des hommes. Avec l’Agartha de Philipe Aime, c’est une flamme qui naît du gaïac, flamme de vie et de spiritualité, graal païen des mystiques. Enfin, nous sommes au Centre d’Arts, vestige du bagne, et Eric Spinelli en joue, une invitation à l’Evasion le long de draps noués, plus un point d’accès inédit qu’une fuite à proprement parler.

 Kassiopée centre d'art Nouméa Nouvelle-caledonie Miriam Schwamm art'péritif le cri du cagou caledophoto 

Kassiopée centre d'art Nouméa Nouvelle-caledonie Miriam Schwamm art'péritif le cri du cagou caledophoto

Face à la scène, l’Arbre à Souhaits de Miriam Schwamm se dépouille de ses premiers fruits. Une boîte, suspendue à un fil, tirez, elle est à vous, son trésor avec, voeu de bonheur, de longévité, de félicité. Y en aura-t-il assez pour les spectateurs qui commencent à se bousculer ? Nous le saurons à la fin de la soirée.

Kassiopée centre d'art Nouméa Nouvelle-caledonie Miriam Schwamm art'péritif le cri du cagou caledophoto  Kassiopée centre d'art Nouméa Nouvelle-caledonie Miriam Schwamm art'péritif le cri du cagou caledophoto  Kassiopée centre d'art Nouméa Nouvelle-caledonie Miriam Schwamm art'péritif le cri du cagou caledophoto    Kassiopée centre d'art Nouméa Nouvelle-caledonie Miriam Schwamm art'péritif le cri du cagou caledophoto  Kassiopée centre d'art Nouméa Nouvelle-caledonie Miriam Schwamm art'péritif le cri du cagou caledophoto

Mais chut … ça commence …

crédit photo : Calédophoto

Ecrit par : MrGouillat (118 Posts)


Nombre de vues :

292

fois. Thankiou bien !

Laisser un commentaire