Le pays du hold-up permanent

Par Thierry Blaisot, militant pour les valeurs démocratiques et adhérent Convergence-Pays

Une délinquance économique persistante

 Concernant la qualité de la vie et la vie chère et jusqu’à récemment, 80% des sociétés commerciales calédoniennes ne déposaient pas leurs comptes sociaux annuels, enfreignant ainsi la loi dans le silence total de nos élus(1). L’intervention d’un sénateur UMP(2), puis de la ministre de l’outre-mer, parallèlement à quelques réunions à la Chambre de Commerce ont permis de ramener cette anomalie à 60% des sociétés (ce qui reste très important).

 

L’opacité des activités commerciales permet de camoufler les marges qui se situent à des niveaux indécents. Les importateurs et distributeurs margent même sur les taxes à l’importation (TGI), ce qui gonfle leurs profits. En Europe les commerçants (gros ou petits) calculent leurs marges en se basant sur le prix  de revient Hors Taxes (Hors TVA).Mais, la modernisation de la fiscalité et la transparence économique sont constamment évitées depuis plus de 50 ans par les quelques groupes familiaux et leurs serviteurs soi-disant loyalistes du RUMP (ex RPCR) et de ses nombreux petits frères ennemis. On remarque au passage le silence des partis dits indépendantistes !

 

Les arrangements des privilégiés

On aura noté que lors d’un débat récent sur la vie chère au Congrès, le gouvernement local(3) présentait quelques remèdes timides pour lutter contre la vie chère. Un leader de droite réactionnaire (actuellement président de Promosud) grand défenseur des intérêts des quelques grandes familles locales proposa  un amendement-torpille contre le plan anti-vie chère. Après tout, si son clan commençait à reculer dans ce domaine, il faudrait continuer à faire des concessions, et pire admettre finalement les revenus exorbitants de ses « commanditaires ». Tactiquement, il fallait un allié, il le trouvera avec le représentant du parti UC-FLNKS qui leva la main pour soutenir l’amendement-torpille. Comme deux joueurs de poker de connivence, les deux leaders des blocs historiques et « signataires » se retrouvèrent pour protéger les privilèges, entérinant la coalition UCRUMP, et résumant la tragi-comédie politique néo-calédonienne actuelle.

Du syndicalisme au goût bizarre

Pendant ce temps, une véritable explosion sociale guette, tant les écarts de revenus sont obscènes, tant les difficultés pour survivre sont réelles. Et certains syndicats dominants freinent la prise de conscience collective en défendant l’intérêt individuel (parfois indéfendable) au détriment de l’intérêt collectif. Elèves en difficulté, petits revenus à qui on demande de se priver de salaire pour des grèves absurdes, employés licenciés par des sociétés sinistrées, … en sont les victimes collatérales. Ainsi, on a vu la Fédération des Fonctionnaires (droite) et  l’USTKE (droite) faire une grève générale d’un mois pour défendre un cadre en fin de contrat au salaire de 800 000 F. Si ça continue, on les verra pousser le ridicule  jusqu’à défendre les parachutes dorés de certains dirigeants de grandes entreprises comme Eramet ou Universal. Ces syndicats, (auxquels il convient de rajouter  CSTNC et CFE-CGC) sont positionnés bien à Droite comme l’USTKE et son avatar politique malgré leurs postures gauchistes.

Des diversions pour empêcher les réformes urgentes

Au fait, quels sont les effets de ce plan anti-vie chère en particulier avec les produits OK ? Réponse : nuls ! Au pays des grandes « couillonnades » (4), on préfère entraîner les gens vers des débats de diversion comme la bipolarisation loyaliste-indépendantiste, les drapeaux FLNKS et Bleu-Blanc-Rouge usurpés par l’UC et le RUMP. En fait, l’accord tacite de protection des privilèges transcende ces 2 groupes politiques « historiques ».

 

Il  faut normaliser notre pays avec une fiscalité moderne. C’est la première condition pour aller vers une réelle baisse des prix. La TVA sur les achats (importés ou non) serait déduite comme d’habitude de la TVA sur ventes, ce qui obligerait les commerçants à calculer leurs prix de vente en se basant sur le prix Hors TVA. Pour lutter contre l’inflation, il faut également réajuster les indexations et supprimer les défiscalisations qui ne dépassent pas l’intérêt de certains promoteurs !

 

 Il faut enfin permettre à notre pays riche de réduite sa dépendance honteuse vis-à-vis de sa métropole. Il faut offrir à notre pays des lois sociales dignes d’un pays moderne et un projet éducatif ambitieux.

 

Mais ce n’est pas avec le personnel politique actuel que ces normalisations se feront. Heureusement, il y a dans toute la Calédonie des hommes et des femmes de valeur qui aiment leur pays. Se lèveront-ils bientôt ?

 

 ————————————————————————————-

(1)  Nos parlementaires ne peuvent poser une telle question contraire à leurs intérêts ou à ceux de leurs soutiens oligarcho-économiques.

(2)  Le sénateur UMP Christian Cointat a posé la question écrite n° 15145 publiée au JO du Sénat le 07 Octobre 2010 suite à une intervention de l’auteur.

(3)  Cet article a été écrit  bien avant le renversement du gouvernement local, il reste malheureusement cruellement d’actualité.

(4) Ce terme est emprunté à la revue KANAK du Palika au sujet de la levée du drapeau du FLNKS.

Ecrit par : enok (31 Posts)


Nombre de vues :

247

fois. Thankiou bien !

Laisser un commentaire