Exposition “Entre-vues sur Bambou kanak”

Du 27 mars au 4 octobre 2010, le musée de Nouvelle-Calédonie (MNC), en partenariat avec le Musée d’ethnographie de Genève (MEG), vous invite à découvrir sa grande exposition de l’année, une exposition événement car entièrement centrée sur les bambous gravés, symboles de l’art kanak ancien et à l’origine de tant d’inspirations d’artistes contemporains.

Les collections de bambous gravés de ces deux musées seront rassemblées à cette occasion. C’est la première fois que la possibilité d’admirer autant de ces objets, et d’en approcher le sens, sera donnée au public calédonien. Pour la première fois également, sera présenté ensemble le travail de cinq artistes contemporains, qui ont choisi de perpétuer la tradition des bambous gravés anciens à travers leurs techniques, leurs styles ou leurs thèmes.

De Genève ! Du 29 février 2008 au 4 janvier 2009, le Musée d’ethnographie de Genève (MEG) réalisait la toute première exposition ayant pour thème central les bambous kanak. Celle-ci, « Bambous kanak. Une passion de Marguerite Lobsiger-Dellenbach », mettait en valeur la deuxième collection de bambou kanak au monde (après celle du musée du quai Branly), et rendait hommage à son ancienne directrice, Marguerite Lobsiger-Dellenbach, qui s’est passionnée toute sa vie pour ces objets et a été la première à entreprendre leur étude systématique. Micheline Néporon était invitée à évoquer le destin artistique de cette tradition dans la Nouvelle-Calédonie d’aujourd’hui. Cette exposition fait partie intégrante de celle organisée par le musée de Nouvelle-Calédonie.
À Nouméa ! Mais le musée de Nouvelle-Calédonie ne fait pas qu’accueillir cette exposition, il l’enrichit de sa propre collection (16 bambous gravés, dont certains sont inédits) et en complète le propos à partir de nouvelles pistes de réflexion. La partie contemporaine n’est pas en reste dans cet enrichissement car les oeuvres de Paula Boi, d’Yvette Bouquet et de Lopez Itrema côtoieront celles de Micheline Neporon et de Stéphanie Wamytan.
Entre-vues ! C’est à ces « entrevues », véritables mises en commun de regards et de connaissances que le public calédonien est invité. L’émotion due à la présence, même temporaire, sur le territoire d’objets kanak ayant quitté le pays bien des années auparavant – il y a parfois plus d’un siècle –, sera également au rendez-vous.

Ecrit par : Mati (105 Posts)


Nombre de vues :

486

fois. Thankiou bien !

Laisser un commentaire