Echos du Révolu et de l’Altéré : la Sorbetière

era10sorbet

Choc ! C’est jour de glace. Mais à l’époque, les enfants de Calédonie ne mettent pas encore le « Choc ! » à toutes les sauces. Quelle est l’expression à la mode en 1984 ? Me souviens pas. Je me souviens juste du « Aouuuu, maîtresse, elle a dit piiiii-pi » qui revient comme un refrain dans la cour de l’école Saint-Joseph-de-Cluny.

J’ai dans les cinq ans. Les jours de fête, ou de grand traumatisme affectif, quand je sors de « Cluny ville », on récupère le frangin au Sacré-Cœur et direction La Sorbetière. C’est pas loin, à l’entrée du complexe Le Village où se trouve aujourd’hui le restau Ô Soleil.

Dans les bacs de toute les couleurs, je choisis presqu’à tous les coups cassis, nougat ou yaourt. Si ma mémoire est bonne, le grand frère mise sur le menthe-chocolat. Une boule de bonheur glacé, ou deux. 25 ans en arrière, je crois que la glace simple de La Sorbetière est à 120 F.

1994, le mercredi c’est théâtre au Centre d’art qui s’appelle pas encore comme ça. Après les grimaces et les exercices – je suis un arbre, je me sens légère – on finit souvent à La Sorbetière entre copines. Menu délire et coupe glacée dans son emballage de gaufrette, idem plus tard à l’Anse-Vata quand on revient de la plage. La Sorbetière de la BD n’existe pas encore.

Aujourd’hui, le glacier du centre a fermé depuis bien longtemps. Celui de l’Anse-Vata a brulé en juin. Il reste la BD, rendez-vous incontournable des traditions nouméennes le dimanche après-midi. Les bacs regorgent de choix, entre parfum local et goût venu d’ailleurs. La glace mousse au chocolat noir est d’enfer. Le prix aussi. Un cornet simple ? 360 F.

Ecrit par : dAwa (6 Posts)


Nombre de vues :

257

fois. Thankiou bien !

1 Commentaire

  1. Trapard Creteux dit :

    Merci Fan pour ces souvenirs.
    Je ne pensais pas que la Sorbetière était déjà là haut, au Village dès 1984.
    Je l’ai connue en 1992 car je bossais à Radio Latitude Sud à côté.
    Pour moi c’était souvent chocolat mais je crois me souvenirs de parfums fruités comme corosol ou goyave.
    Sinon, les vendeuses étaient souvent charmantes et jolies et elles offraient volontiers des glaces aux personnes qui passaient souvent dans le coin, avec un joli clin d’œil en prime. Je crois qu’ils ont fermé en 1993 (au Village) en même temps que Radio Latitude Sud, non ?
    Ça me fait penser à une femme qui m’a récemment racontée que le rendez-vous de beaucoup de Nouméens à la recherche de glaces fraiches était Païta, dans les années 70 ou 80…
    En tout cas merci Fan pour ta (première ?) participation à cette rubrique.

Laisser un commentaire