l’OPT, un service public qui s’engage dans le désengagement…

Je vous propose de publier un courriel anonyme qui reflète la colère et l’impuissance des usagers de la poste qui font venir sur le Caillou des colis de l’extérieur. Un problème qui est loin de se résoudre…

colis 1

Bonjour,

Pour information sur les services postaux néo-calédoniens : voici 3 photos (ci-jointes) de l’état dans lequel est arrivé un colis envoyé de métropole.

L’envoi a été fait en « Colissimo International » pour 48 € (5728 xpf), donc avec signature à l’arrivée, obligation sur les délais, garanti de dédommagement en cas de perte ou de détérioration.

Arrivé en Nouvelle-Calédonie, le paquet me fut délivré comme un colis ordinaire (sans signature).

La destruction de ce colis n’est probablement pas accidentelle. Les couches de plastique dur à l’intérieur du coffret DVD ont été pulvérisées, alors qu’il était placé au centre, entouré de linges et de carton. On peut bien sûr accepter de la poste qu’un paquet soit un peu écrasé, qu’il subisse des chocs « normaux », mais pas un acharnement pareil !

colis 2

Je fais donc constater la dégradation à la poste, on me répond :

• La Poste de Nouvelle-Calédonie n’accepte pas le service « Colissimo International ». Donc, elle refuse un service de la Poste française qui est pourtant accepté à l’étranger.

• Du coup, ni garanties, ni dédommagement.

• La notion de « fragilité » n’existe pas pour la poste de Nouvelle-Calédonie : si votre bien est complètement détérioré entre leurs mains, ce n’est pas leur problème. À noter que même le « recommander » ne garantit que la remise du courrier à son destinataire, mais en aucun cas son état.

• J’ai eu droit à un conseil tout de même : faites bien emballer vos colis. Ça doit être ça le transfert des compétences.

C’est proprement honteux, on peut dire que la Poste de Nouvelle-Calédonie, service public, se fout royalement de la gueule des usagers (il n’y a pas d’autres mots).

J’en profite pour faire quelques observations :

• Même bien emballé, un pourcentage non négligeable des colis n’arrive jamais, pour cause de vol, et pour cause d’erreur de tri dans les cartons gris remis aux destinataires des paquets dits ordinaires.

• Les colis sont souvent ouverts volontairement à leur arrivée. La douane a le droit de le faire en l’absence du destinataire, mais à condition de le mentionner. Qui ouvre les colis ?

• Prix exorbitants, service minimal, malversations, vols, dégradations, c’est ça l’O.P.T.

3

Ecrit par : Trapard Creteux (966 Posts)

Affreux, Sale et Méchant.


Nombre de vues :

1558

fois. Thankiou bien !

42 Commentaires

  1. Trapard Creteux dit :

    Personnellement, je ne fais plus venir de l’extérieur via l’OPT des colis avec dvd ou cd car ils sont systématiquement volés.
    Et j’ai voulu passer outre, puisque je devais recevoir un colis avec une dixaine de DVD en partance du Vanuatu, début septembre. Aujourd’hui, je l’attends toujours…

  2. guillaume dit :

    Ben pour avoir géré le service rebuts et réclamations de l’OPT je peux bien en parler. Il est vrai que l’OPT ne gère pas le concept fragile mais tout comme toutes les postes du monde.

    Le fait après qu’il y ait des vols de colis de DVD ou autres venant de l’extérieur il faut rappeler qu’un colis passe de main en main c’est à dire de poste en poste. L’affaire la plus aberrante que j’ai vu c’est un colis qui a été confisqué en Australie parce que le contenu était interdit en Australie alors que ce n’était qu’un transit pour la NC.

    Bon OK je travaille à l’OPT, donc on va dire que je suis partisan mais je connais bien le cheminement du courrier. Il y a des mauvais partout et il suffirait par exemple que le colis en question se soit retrouvé sous d’autres bien plus lourds et voilà le résultat…. Lire la suite

    Je comprend tout à fait l’énervement de la personne, dans le même cas je serai encore plus en rogne vu mon côté collectionneur, mais je ne pourrais pas faire bien plus à par me retourner vers l’expéditeur.

    La garantie de dédommagement à l’International en cas de perte ou détérioration marche si c’est un service qui est répertorié à l’Union Postale Universelle comme un recommandé ou une valeur déclarée par exemple. Un recommandé aura une valeur forfaitaire et la Valeur déclarée la valeur déclarée lors de l’envoi du colis.

    Il existe de nombreux services particuliers dans les postes de chaque pays mais qui ne s’applique pour la plupart que dans les pays concernés.

    Donc je conseillerai de faire quand même une demande de réclamation via l’expéditeur pour expliquer l’état du colis à l’arrivée mais je ne garantie rien cela dépendra de la poste métropolitaine.

  3. mauvaise foi dit :

    j’veux pas dire, mais ce style de procédé encourage grandement le téléchargement illégal…merci l’OPT!

  4. jux2 dit :

    NO COMMENT !!!!!

    @ Mauvaise Foi : on avait pas attendu !!!

  5. René dit :

    Je suis l’auteur du texte initial (ici repris par Trapard Creteux à qui je l’avais adressé personnellement, et qui a souhaité le publier anonymement dans ce blog)

    Je souhaite répondre, en partie, au commentaire de Guillaume, mais je ne m’en prends pas personnellement à lui. Il s’avère qu’il véhicule certains arguments de son employeur qui méritent quelques observations complémentaires. Donc Guillaume, sans rancune, vous êtes sans doute quelqu’un de sympathique, mais la structure publique qui vous emploie est hautement critiquable.

    Je souhaite notamment faire remarquer à Guillaume que ce refus de la notion de « fragilité » n’est pas général, mais bien une veulerie calédonienne supplémentaire. Car le colis a initialement été envoyé en « Colissimo International », assuré pour le vol ET les dégâts, à hauteur de 48 euros. Ces 48 euros auraient dû m’être remboursés. J’ai bien sûr une copie du reçu qui atteste de ce « contrat », qui prend donc en compte la possible dégradation du contenu du colis, et donc sa fragilité. Il s’agit bien de ce que Guillaume qualifie de « garantie de dédommagement à l’International en cas de perte ou détérioration ».

    Il est tout de même remarquable de constater que des pays étrangers acceptent le contrat Colissimo, mais pas la Calédonie (qui n’est même pas à l’étranger). Parce que l’OPT, lorsqu’il s’agit de dépenser l’argent des usagers de manière douteuse, comme on a pu récemment le constater lors d’un procès retentissant, là ça fonctionne bien. Quand il s’agit de nous faire payer le téléphone le plus cher du monde, là tout est facile. Mais lorsqu’il s’agit d’assumer les plus élémentaires responsabilités vis-à-vis des usagers, il n’y a plus personne.

    Déjà pour briser le honteux monopole sur l’internet, il a fallu en passer par la justice ; idem pour le téléphone en « Call back », qui a obligé l’OPT à instaurer son appel international avec le « 19 » : sans procès on en serait toujours au très coûteux « 00 ». La Poste, en Nouvelle-Calédonie, ne progresse qu’à coup de procès. C’est lamentable. C’est une « culture d’entreprise » basée sur le plus profond mépris des usagers.

    Quant à l’idée qu’un colis, qui vient de métropole, passe de « main en main » (argument qui m’a aussi été donné lorsque j’ai récupéré les lambeaux de mon colis), sous entendus : « Ce n’est pas nous, on y est pour rien », c’est la plus minable. Ça démontre le niveau de nullité absolue de ce « service public ». Car c’est bien évidemment la Poste qui devrait être responsable des moyens qu’elle emploie, et notamment du travail des sous-traitants à qui elle confie le courrier. En cas de problème, elle devrait assumer cette responsabilité vis-à-vis de l’usager qui lui a payé pour ce service, et ensuite se retourner contre son sous-traitant. Mais ça c’est trop demander à la Poste calédonienne, incapable qu’elle est de réagir contre ses propres insuffisances. La Poste encaisse l’argent, et si ses sous-traitants détruisent les colise : « ah ! c’est pas notre problème ! »

    Autre argument de Guillaume, que m’a également servi sa collègue à la poste : « il suffirait par exemple que le colis en question se soit retrouvé sous d’autres biens plus lourds et voilà le résultat… » Désolé Guillaume de vous contredire, mais si vous regardez les photos : le coffret DVD pulvérisé, des DVD fendus et rayés, ça n’est pas un « colis bien plus lourd », il a fallu frapper violement pour obtenir ce résultat, et à mon avis bien plus d’une fois, car le colis était comme « maché » de tous les cotés.
    Je suis comme vous collectionneur. Sur la photo, il s’agit d’un coffret collector de 21 DVD, que j’ai été obligé de commander à nouveau, de suite, si je ne voulais pas perdre la possibilité de l’obtenir. Je suis à nouveau à la merci des « soutraitants » de la poste. S’ils ont à nouveau envie de jouer au foot avec mon colis, ce n’est sûrement pas l’OPT que ça dérangerait.
    Tout comme l’OPT se moque éperdument des nombreux vols. Je connais plus d’une personne qui, comme moi, a dû renoncer à s’abonner aux publications accompagnées d’un DVD (comme la revue Mad Movies par exemple). 2 fois sur 3, le DVD était volé. Je me demande toujours pourquoi il n’était pas volé systématiquement. Pourquoi se gêner, c’est le libre service : ce qui est aux usagés est à vous, employés des postes, servez-vous, il n’y a aucun recours possible !
    Une dame qui, a lu mon message initial, me signale qu’un jour elle a reçu un colis vide ! Soigneusement refermé avec de l’adhésif marqué du logo de l’OPT ! C’est-à-dire que les employés de la poste peuvent aller jusqu’à se foutre de la gueule des usagers avec ce genre de plaisanteries.

    J’ai aussi constaté que la Poste en NC semble être en association avec FedEx (voir pub sur le site de l’opt.nc). Je trouve ça très curieux : un service public de type stalinien, avec une entreprise privée totalement libérale. Mais je me demande si, le budget de la poste étant garanti par l’impôt, ses valeureux gestionnaires n’ont finalement pas intérêt à faire fuir les usagers vers ce type de services privés, sur lequel ils doivent toucher des commissions supplémentaires.

    Personnellement je suis pour la privatisation totale de la Poste, et pour l’ouverture à la concurrence. Je ne suis pas étonné qu’il y ait tous ces suicides dans les services publics métropolitains qui évoluent vers plus de privatisation. Car lorsqu’on n’a, durant si longtemps, été responsable de rien, engraissé par l’impôt, méprisant des usagers, et qu’on vous dit : « maintenant, les gars, il va falloir se mettre au boulot, et s’intéresser à ce que pensent ceux qui paient vos salaires, voir s’ils sont satisfaits, et subir les conséquences de vos actes », alors là, plutôt mourir. C’est dire le niveau de désadaptation à la réalité auquel peuvent parvenir des fonctionnaires. Pour eux, le simple fait de travailler dans le « vrai monde » c’est Kho-Lanta puissance 10.

    Le commentaire suivant sur cette page du blog, titré « mauvaise foi », sur le téléchargement illégal, est parfaitement juste. Il faut être idiot pour rester dans la légalité. Même l’OPT a compris ça…

  6. DEMON DISEASE dit :

    Ben attention que ça rigole pas ici… Ben René, c’est le risque ici. Malheureusement.
    Dave

  7. BoSS U dit :

    “M. René >> Je comprends carrément votre désaroi et je suis aussi victime de l’OPT comme tout le monde. A tel point que je demande de ne plus m’envoyer de colis.
    Par contre, je reste sceptique sur la privatisation des services publics. Je suis pour que les services restent publiques sinon c’est nous qui payons car les entreprises privées cherchent par définition le bénéfice… Et ça se ressent sur nos factures d’eau, le prix du ramassage des poubelles et pour quel résultat ? Pensez vous serieusement que les bus fonctionnent pieux depuis qu’ils sont géré par une entreprise semi-privée ? Que l’eau à notre robin,et est meilleur ? Que le ramassage des ordures est fiables et réguliers ?
    Et puis verser dans :”tous les fonctionnaires sont des fainéants…” J’aime pas trop les raccourcis. Des fonctionnaires, j’en connais, j’en cotoie et je vois des instituteurs qui bossent pour éduquer des enfants livrés à eux même le restent du temps. Je connais des guichetière à la poste qui sont avenantes et souriantes et pas avares de renseignements… etc. etc.
    Des fruits pourris poussent dans tous les vergers, à l’OPT comme partout ailleurs… Montrer du doigt le ver qui est dans le fruit ne sert à rien. Il vaut mieux traiter le verger dans son ensemble. Ainsi, fustiger les fonctionnaires de l’OPT ne sert à rien vaudrait mieux se battre pour que l’OPT soit plus tranparente sur ses méthodes et ses financements. ça serait plus juste !
    Quant à stigmatiser les salariés en détresse qui ne trouvent que comme seul recours le suicide pour exprimer leur dégout de notre système, je trouve ça limite malvenu.”
    Ainsi BoSS U a parler

  8. exophoriae dit :

    BoSS U de notre dame, le verger ça fait un baille, qu’il est pourri et ici plus qu’ailleurs

    non c pas drôle de perdre son pac-collector a 25 euro, et je comprends un peu sa rage.

    c’est même triste

    :oO

    l’OPT est une entreprise coloniale avec un tas de zoreilles aux commandes
    soutenu par du Calédonien servil, payé pour préserver et perpétuer la médicocrité dont ils ont le secret…

    C’est pour cela que la prochaine fois René, commande plutôt des batons de dynamites. Ça fait du bruit et au moins ça casse pas quand on shoot dedans…

  9. guillaume dit :

    Je vois que tout cela a un peu bifurqué du sujet de base concernant l’arrivée d’un colis en mauvais état.
    C’est vrai que c’est jamais agréable de recevoir voir de ne pas recevoir ce qu’on a commandé. Je le sais je me suis même fait avoir de mon côté. Du coup je commandais en chronopost, qui je le rappelle est une société privée et non pas la poste métropolitaine. Le service à l’arrivée était certes très loin d’être rapide, imaginez 2 jours pour faire Paris Tontouta et une semaine pour faire Tontouta Nouméa. Et ce n’est pas la poste mais une société privée locale qui s’en charge. Au final ce n’est pas rentable mais j’avais juste la possibilité de suivre mon colis à chaque étape.

    J’illustrerai également en vous apprenant peut être que j’ai eu lorsque je bossais aux réclamations de voir que les colis recommandés envoyés dans les pays anglo saxons (et où la poste est souvent privatisée d’ailleurs) sont tout simplement distribué comme des envois ordinaires sans vérification d’identité ou signature. Je l’ai même constaté dernièrement au Luxembourg.

    Quant au lien avec les suicides dans les services publics, c’est malvenu à partir d’un sujet de base comme celui ci et même si le sujet est grave il faut savoir éviter tout amalgame…

    Enfin, même si vous pensez que je suis de parti pris pour l’OPT, sachez que le temps que j’ai passé rien qu’aux réclamations m’ont montré que notre poste se débrouille vraiment bien que ce soit en terme d’accueil et des différentes affaires postales afférantes. Il est toujours possible de faire mieux mais cela se retrouvera dans n’importe quelle profession.

    Ah et pour donner mon avis sur la privatisation je serai complètement contre car d’un point de vue Nouméen cela ne changerait pas grand chose mais il faudrait alors pour que la poste soit rentable supprimer toutes les actions de proximité comme les postes mobiles en tribu, certaines agences dans les villages les moins peuplés et autre et cela n’est tout simplement pas envisageable dans notre sociéte de favoriser l’isolement des populations. Ceci n’est qu’un petit exemple. Certes comme le dit Boss U il y a des fruits pourris partout, j’ai en tête une affaire célèbre au centre de tri de Roissy à Paris où les policiers se sont fait passés pour des agents de la poste pendant plusieurs mois afin de découvrir tout le trafic de courrier et de colis qui s’y déroulait.
    S’il y a un gang comme cela qui sévit ou sévissait en NC cela se saurait très vite et les conséquences sont bien plus néfastes à ce genre de personnes qu’autre chose.

    Je tiens enfin à signaler que j’ai parlé en mon nom et pas en tant que salarié de l’OPT. C’est juste qu’en étant à l’intérieur et en sachant comment tout fonctionne on ne peut pas dire que tout est blanc ou noir.
    Et je tiens à confirmer quand même que la notion de fragilité non prise en compte est bien générale, à moins de prendre une assurance selon le type d’envoi. Ce sont des spécificités que chaque Poste détermine sur ses différents produits. Mais ce dédommagement n’est pris en compte que par celle qui pratique ce type d’assurance. Et elles sont peu nombreuses.

    Enfin quant au téléchargement illégal c’est un autre sujet qui n’a que peu de lien ici. Si ce n’était que la Poste mais on pourrait parler alors du prix de Canalsat par exemple qui le favorise. Mais là c’est une histoire de satellite. On est bien loin des offres métropolitaines mais n’oubliez pas que même aux Etats Unis les offres Internet ne sont pas aussi abordables et intéressantes qu’en Métropole. Le téléchargement je le rappelle peut se faire aussi via des plates formes légales qui commencent ,enfin et avec beaucoup de retard, à se monter et à des prix intéressants tout de même. Il n’y a qu’à voir que sur Itunes un CD coûte 1200 XPF en moyenne contre les 3400 XPF d’un CD de chez Mégastore. Et je parle de nouveautés. Mais voilà que je fais du hors sujet à mon tour ^^.

    Sachez pour revenir au sujet initial, et même si cela fait on renvoie la balle, qu’une réclamation à plus de chance d’aboutir si elle est effectuée par l’expéditeur. Tout simplement car c’est l’expéditeur qui possède toutes les données sur le colis, le type d’envoi et autre… Sachez également qu’une réclamation se résoudra quasiment toujours en cas d’envoi signalé. Un envoi ordinaire est par définition beaucoup plus dur à tracer car non signalé mais cela reste possible.

    Ah oui la poste avec Fedex ben c’est tout simplement parce qu’au niveau mondial ce sont ceux qui assurent le meilleur acheminement dans la zone Pacifique des envois rapides. Je me rappelle à l’époque avoir fait le comparatif entre DHL, Fedex et Chronopost. Fedex arrive premier haut la main. Où est le côté politique là dedans ?

    Je suis prêt à répondre à d’autres questions tant qu’elles concernent le sujet initial.

  10. Trapard Creteux dit :

    Ben voilà un commentaire qui dépasse en volume le post lui-même.
    On avance peu mais ça a la mérite d’être clair.
    Merci Guillaume pour ton passage.

  11. BoSS U dit :

    Exo >> merci de m’avoir reconnu mais appelle moi :
    Saint François Bo$$ U de notre Dame ou alors reste simple et appelle moi Monseigneur, ça ira !

  12. René dit :

    Cher BoSS U,

    • Je constate avec intérêt que vous aussi, comme tant de monde, avez « tâtez » des services de la Poste. Quasiment tout le monde à une histoire sur la Poste, et tout le monde subit sans rien dire.
    J’exerce, pour ma part, la liberté d’expression qui est la nôtre en démocratie.
    Sur cette page, je me suis certes exprimé avec une vivacité à la mesure de mon exaspération. Cette réaction, trop affective, s’est accompagnée d’une véhémence dont vous critiquez les excès.
    Soit, on pourrait être plus mesuré dans la forme. Mais sur le fond, permettez-moi de maintenir mes propos. Car je ne me suis pas exprimé sur un sujet que j’ignore. Je ne fais pas dans le « tous pourris», mais je dénonce un système.

    • Ma critique repose, au fond, sur le problème de l’administration de l’économie. Vous n’êtes pas sans savoir que la différence fondamentale entre le socialisme et le libéralisme est que le premier pense que l’épanouissement des collectivités ne peut que passer par une prise en main de l’économie par l’État (c’est le dirigisme), alors que le second postule que les échanges économiques ne peuvent prospérer, et profiter au plus grand nombre, que lorsqu’ils se régulent librement entre les individus.
    En ce qui me concerne, vous l’aurez compris, le second point de vue est le bon. Le communisme est le modèle politique qui a le mieux concrétisé l’administration de l’économie. En Union Soviétique, même les marchands de glaces aux coins des rues étaient des fonctionnaires (anecdote rapportée par un ami qui y est allé). Il n’est même pas besoin d’ici faire le bilan de ce système… (à lire : Le livre noir du communisme).
    Vous me direz que ça n’est pas le cas en France. En effet, mais entre libéralisme et socialisme, sous leurs formes pleines et entières, il existe tous les intermédiaires. Par exemple, en France, l’économie des entreprises privées est libérale. Par contre, de grandes administrations fonctionnent complètement sur le modèle dirigiste. La plus grande d’entre elles est l’éducation nationale. Un quart de tout ce que vous payez en taxes et impôts va dans le financement de cette institution (je vous laisse calculer ça en milliards d’euros, et vous demander si vous en avez pour votre argent). La poste est également sous ce régime qui échappe à toute régulation.

    • Je peux vous affirmer avec la plus grande certitude que le dirigisme est contraire aux nécessités de fonctionnement des collectivités, et notamment à l’impératif de régulation qui est proprement vital à tout « organisme » social. Lorsque vos actions ne sont plus en prise avec leurs conséquences, le système devient fou. Or, dans ce qu’elles ont de plus fondamental, les actions humaines ont d’abord pour objectif d’assurer l’adaptation, la survie. Dans le système dirigiste, dans la fonction publique notamment, il n’existe plus ce rapport fondamental entre l’effort que fournit l’individu et le profit qu’il en obtient. La conséquence en est, par exemple, l’indifférence totale de l’OPT dans mon cas ; certes une petite chose, mais hautement symbolique.

    • Savez-vous que lorsque vous commandez sur Amazon par exemple, et que votre colis est volé (ça m’est arrivé 4 fois), Amazon vous rembourse intégralement la perte, sans aucune preuve à apporter de votre part. Amazon annonce : nous faisons toujours confiance en la parole de nos clients. Amazon est une entreprise privée, libérale, qui est en prise directe avec la satisfaction des clients. Est-ce que vous percevez la différence ? Est-ce que vous comprenez mieux ce qu’il y a derrière ma critique d’une poste qui se fiche complètement de satisfaire les usagers ? Parce que s’ils ne sont pas contents, ils paieront de toute façon par l’impôt. Et s’il ne paie pas l’impôt, c’est les huissiers qui s’en chargeront.

    • Maintenant vous donnez des exemples de situations où des entreprises privées ne donnent pas satisfaction. Permetez-moi de vous dire que les exemples que vous donnez ne font qu’apporter de l’eau à mon moulin. Car les entreprises citées n’échappent qu’en apparence au dirigisme de la fonction publique.
    Mais pour vous en convaincre, il me faut apporter une donnée économique supplémentaire. Pour qu’un système libéral fonctionne de manière satisfaisante, il faut que les usagers puissent bénéficier de la concurrence qui va opposer les entreprises. Il faut donc que ces entreprises soient en nombre. Par conséquent, une situation de monopole ne saurait apporter les avantages d’un système régulé. Pas plus qu’un duopole, d’après les études sur la question. C’est à partir de 3 concurrents que les structures « prennent vie », et deviennent profitables à tous, parce que nécessairement à l’écoute du client.
    Alors, vous citez le ramassage des ordures à Nouméa. Lorsque vous avez une entreprise financée par une gestion publique (donc, pas directement par l’usager), qui plus est jouissant d’un monopole, c’est-à-dire que c’est eux ou rien, vous retrouvez exactement la situation d’abus de pouvoir de la fonction publique. En l’espèce s’ajoute un service disposant d’un grand pouvoir de nuisance, de plus vermoulu par un syndicat antilibéral, le tout ne donne pas exactement un bon exemple du libéralisme dans ce qu’il a de profitable pour les usagers !
    Passez en revue les entreprises que vous considérez comme privées. Demandez-vous, à chaque fois, si elles s’inscrivent réellement dans un système concurrentiel efficient ? Qui les finance (argent public, ou offre et demande directe) ? Vous verrez que le « système dirigiste » s’étend bien au-delà de la « vraie » fonction publique. Et comme par hasard, ce sont ces entreprises qui posent le plus de problèmes, notamment vis-à-vis des clients.
    • Ce ne sont pas les hommes et les femmes fonctionnaires qui sont en cause. En tant qu’individus ils ne sont ni mieux, ni pire que tout un chacun. C’est le système « fou », en roue libre, déresponsabilisé, déconnecté des réalités économiques, du rapport entre l’effort fourni et le gain obtenu, qui poussent « naturellement » les fonctionnaires vers ce désintérêt des usagers. Pour eux, la « menace » ne vient pas de là, mais, par exemple, d’un petit chef qui, n’ayant de compte à rendre à personne, peut exercer sa tyrannie en toute quiétude.
    Voici l’ambiance qui règne dans ces petits systèmes soviétiques.
    Lorsque vous écrivez qu’il « vaudrait mieux se battre pour que l’OPT soit plus transparente sur ses méthodes et sur ses financements ». Très bien, mais dites-moi par quel moyen ? L’idée est généreuse, mais comment ?!
    Parce que moi je propose un moyen : sur la base de l’analyse que j’ai ici résumée, je propose d’inscrire toujours plus les administrations dans une régulation avec les usagers. Et pour ce faire, il n’y a pas d’autre solution que de renouer les liens entre le financement de ces administrations et la satisfaction des usagers. C’est-à-dire qu’un établissement comme la poste devrait vivre de ce qu’il gagne, qui plus est en concurrence avec d’autres prestataires, et là vous aurez en face de vous des agents qui vous diront comme chez Amazon : « À la poste, nous faisons toujours confiance en la parole de nos clients », et les colis seraient remboursés, et les voleurs chassés, et la « fragilité » reconnue, et vous-même, BoSS U, pourrez à nouveau recevoir des colis.

    • Maintenant, sur la remarque à propos des suicides chez EDF. Bien sûr elle n’est pas très élégante, je vous l’accorde. Personnellement je suis assez insensible au politiquement correct. J’ai cru percevoir, dans votre remarque, la facilité qu’il y a à mobiliser les sentiments sur ce registre. Mais admettons sur la forme.
    Mais sur le fond, cette situation est malheureusement, elle aussi, la conséquence de la « stérilisation adaptative » qu’on subit ces agents. Je le dis avec conviction, ces personnes ont perdu toute confiance en elles, dans un système où le mérite n’est pas récompensé (c’est tout le problème du dirigisme). Elles sont devenues incapables de gérer les changements qui leur sont demandés.
    Cela dit, j’ai des doutes sur toute cette affaire, et je veux bien reconnaître que mon argument est peut-être fallacieux. En effet, il faudrait voir s’il y a réellement plus de suicides chez les agents d’EDF que dans la population générale. Car ils sont plus de 200.000 (sauf erreur) ; or les suicides sont malheureusement relativement fréquents sur l’ensemble de la population. Les médias ne sont pas très fiables sur ce type d’évènement. Par exemple, il y a en moyenne, et ce de manière constante, plus de suicides dans la police que chez EDF. Mais ça n’intéresse pas une certaine presse. C’est un autre débat.

  13. exophoriae dit :

    j’ai une question à guillaume de l’opt:
    il t’ont payé combien, pour faire le lèche cul?

    c’est intéressant de savoir si ça vaut le coup

  14. Trapard Creteux dit :

    exophoriae > bouffon

  15. exophoriae dit :

    politiquement correct>Trapard trés creux

  16. exophoriae dit :

    le bétail est parmi nous

    :Op

  17. René dit :

    Je constate que ma précédente intervention (qui débute par Cher BoSS U, mais qui s’adresse à tous) n’a pas fait l’objet de commentaires. Ai-je été à ce point convaincant ?

  18. guillaume dit :

    ravi de voir que j’ai été caractérisé de lèche cul. Je ne m’enlève pas ma liberté de penser, j’ai juste analysé ce que j’ai vu lors de mon travail, je l’ai comparé avec ce qui se fait dans le monde au même niveau et j’en ai tiré les conclusions que je vous ai livré.

    J’ai seulement essayé de présenter les choses comme elles sont à mon niveau de perception. Je sais comment les choses se passent et j’essaye juste d’expliquer comment cela se passe dans le système actuel.

    Je me suis présenté de suite comme salarié de l’OPT, cela implique donc que je ne peux faire comme certains et simplement déverser ma hire sur un système qui peut en exaspérer certains mais qui malgré tout fait de son mieux pour remplir sa mission de service public.

    Je suis également un consommateur comme tout le monde, qui aime commander des choses sur le net et les recevoir directement chez moi.

    Je me suis fait également avoir sur une de mes commandes de livres. Je n’ai pas de traitement de faveur en étant à l’OPT donc.

    Ah et au fait, je tenais juste à dire que la poste vit de ce qu’elle gagne en NC cher René. Ou sinon c’est qu’on m’a menti depuis le début.

  19. Trapard Creteux dit :

    Guillaume > ne prends pas cette remarque au sérieux.
    Merci tout de même pour toutes les précisions que tu as apportées au sujet et qui ont alimenté les commentaires de cet article.
    Bonne continuation, en espérant que les choses puissent enfin évoluer dans le bon sens ici.

  20. René dit :

    Cher Guillaume, celui qui vous a menti depuis le début doit être un artiste. Il est parvenu à vous cacher que l’OPT est un établissement public, et que ses agents sont des fonctionnaires dont les salaires sont inexorablement majorés à l’ancienneté.
    Le fait que l’OPT fasse payer ses services n’en fait pas pour autant une entreprise privée, pas plus que l’hôpital, par exemple, qui facture les soins aux usagers. On pourrait appeler ça la « double peine » pour les usagers.
    Dans ce même état d’esprit, les médicaments ne seront bientôt quasiment plus remboursés, mais les cotisations sociales obligatoires ne feront qu’augmenter. C’est ça l’économie administrée : tu paies deux fois. Une fois obligatoirement, et la deuxième fois s’il te reste de l’argent. Ce doit être ça la société égalitaire fondée sur le dirigisme.
    Bref, l’OPT en NC ne vit pas de ce qu’elle gagne. Son budget de fonctionnement est extrait des fonds publics, donc de l’impôt. Ses recettes sont également gérées comme des fonds publics. Il n’y a pas « régulation » entre les comportements des agents et les recettes : ce fonctionnement illustre parfaitement le système fonctionnarisé que je dénonce dans mon explication supra.

  21. guillaume dit :

    juste pour finir, les salariés de l’OPT sont payés par ses recettes. l’OPT est un EPIC, c’est à dire un établissement public à caractère industriel ayant pour but la gestion d’un service public. Je ne détaillerai pas plus avant et vous rappelle que google est votre ami de toute façon.
    De plus je vous rappelle que l’OPT est soumis à l’impôt des entreprises.
    Revoyez donc votre copie cher René.
    La plupart des salariés de l’OPT ont un statut de fonctionnaire mais ceux ci ne sont pas payés par les impôts.

    Je ne suis pas là pour faire de la politique. J’ai juste répondu ici pour expliquer ce qu’il en était suite à ce problème de colis.

    Pour le reste je vous invite à faire une vraie démarche informationnelle.

  22. René dit :

    Guillaume, j’en finirais aussi sur ces mots, car plus, ce serait de la gourmandise.
    Je regrette que vous n’ayez pas pris ma peine de bien lire mes propos, car ma critique fondamentale porte sur le fait qu’un service se dégrade dès lors qu’il n’y a plus de lien de « régulation » entre ce que gagne celui qui en a la charge et la manière dont il « sert » (comme on dit dans la fonction publique).
    Après, les arguties sur la nature précise du statut administratif des uns et des autres, c’est hors sujet.
    Ce que vous ne pouvez contester, c’est que les agents des postes ont vocation à être fonctionnaires, c’est-à-dire à occuper des postes où ils seront payés leur vie durant en fonction d’une grille, à l’ancienneté, quelque soit la manière qu’ils aient de traiter les clients (sauf faute lourde, mais c’est une autre histoire).
    Vous dites que les fonctionnaires ne sont pas payés par l’impôt. Là encore on est dans le pinaillage hors sujet. Dès lors que votre salaire vous est garanti par votre employeur, qui en l’occurrence est le territoire, vous êtes, peu ou prou, financé par l’argent public.
    Si vous ne percevez pas la différence qu’il y a entre un fonctionnaire du territoire (ou un fonctionnaire d’état) qui sera payé toute sa carrière durant quoiqu’il arrive aux finances de son employeur, et un employé dans une entreprise privée qui peut-être licencié, qui peut perdre son travail si sa boîte fait faillite, ou qui peut au contraire être valorisé en fonction de sa manière de travailler, la discussion ne peut effectivement pas aller plus loin.
    — Encore, et pour la dernière fois : ce qui ne va pas dans la fonction publique, c’est l’absence de conséquence des actes des agents vis-à-vis des usagers. Et cette situation est due au fait que le fonctionnaire perçoit un salaire qui n’est pas le reflet de son activité réelle, mais le reflet des droits acquis par son statut.
    — Est-ce que les fonctionnaires des postes en NC ont, oui ou non, ces droits à rémunération acquis par leur statut ? La réponse est oui.
    Donc, vous pouvez retournez ça dans tous les sens, on en revient au début : le fonctionnaire des postes qui m’a aimablement dit : « circulez, y’a rien à voir » après m’avoir remis mon colis dans l’état où vous pouvez le voir sur les photos, se fiche de moi en tant que client, parce qu’il sait que ses intérêts personnels (salaire, survie de son entreprise, avancement, retraite, avantages, etc.) ne dépendent en rien de ma satisfaction d’usager.
    C’est cela que je dénonce, et rien d’autre.
    Votre condescendance n’est pas une réponse qui pourra me satisfaire, pas plus que tous ceux qui sont dans mon cas, et ils sont nombreux. La seule réponse satisfaisante sera un changement de cet usage autant dépassé que déplorable. L’Europe va dans ce sens, et je m’en réjouis.
    Et tout ça n’est pas de la politique, c’est simplement de dire qu’il y en a marre d’être méprisé, en tant que contribuable et usager de l’administration.

  23. guillaume dit :

    Pour finir donc car comme sinon ça frisera l’intoxication.
    La petite mise au point que j’ai faite était nécessaire pour répondre à vos propos.
    Je suis d’accord avec vous sur le fait que vous dénoncez le “circulez ya rien à voir” mais comprenez que à son niveau l’agent qui vous répond ne peut pas faire plus. Vous dites que la survie de son entreprise ne dépend pas de lui, ce n’est pas tout à fait vrai si l’on creuse. Il n’y a qu’à voir les solutions alternatives qui s’implantent déjà.
    Je vous garantis par contre qu’une fois que ce service ne sera plus public le service client sera encore plus déplorable. Il n’y a qu’à voir ce que ça donne avec France Telecom. Un centre d’appel basé en Tunisie, des contacts uniquement par téléphone après 10 minutes d’attente.
    Je vois bien les zones peu rentables être complètement oubliées etc…
    La liste est encore longue.
    sur ce.

  24. René dit :

    Dans les Nouvelles Calédoniennes du mercredi 2 décembre 2009, on peut lire en dernière page :
    « Le facteur qui gardait le courrier.
    Un facteur de Côte-d’Or a été interpellé et placé en garde à vue pour avoir gardé plus de 300 kilos de courrier chez lui, par négligence professionnelle.
    L’enquête n’a mis au jour aucun détournement du contenu des courriers, que le facteur avait simplement conservés au lieu de les distribuer. L’homme a reconnu les faits, indiquant avoir agi pour s’éviter du travail. Il devrait comparaître devant la justice en février prochain. »
    Il y en a qui volent, il y en a qui cassent, et il y en a qui n’ont même pas la force de faire ni l’un ni l’autre…

  25. René dit :

    Dans son journal télévisé de 20h du 8 décembre 2009, TF1 consacrait un sujet à l’absentéisme des enseignants. On y apprenait que les enseignants sont deux fois plus absents pour « congés maladies » que les salariés du privé.
    On y apprenait également que 55 % des congés de 24 heures et 81 % des congés de 48 heures ont lieu juste autour du week-end. Tiens, tiens !
    Mais ce reportage ne donnait pas d’explication à ce curieux phénomène.
    Le manque d’hygiène dans les établissements scolaires ? Non.
    Des microclimats délétères affectant juste les écoles ? Non.
    Ah ! J’y suis : un complot extra-terrestre pour nuire à l’épanouissement de la race humaine ! Ça pourrait convenir aux syndicats enseignants, mais pas très certain.
    Or vous, heureux lecteur de cette page, vous avez déjà la clef de ce mystère…

  26. BoSS U dit :

    Merci TF1 pour ces informations… ça fait plaisir de voir les médias pilotés par Sarkozy faire dans l’information anti-service public !
    C’est drôle que ne soient pas évoqués
    – Les classes surchargés
    – les enseignants débutant mutés dans les ZEP
    – les fermetures de classes et d’écoles
    – …
    Ensuite quand on sait que les écoles primaires sont ouvertes lundi, mardi et jeudi, vendredi je me demande comment on peut prendre 48h de congés maladie qui ne soit pas “juste autour du week-end”…
    En tout cas merci, beaucoup René pour cet effort constant de dénigrement du service public, ce blog manquait jusqu’à présent de cette touche poujadiste. Je rigole, René, car perso, j’aime surtout débattre !!!

  27. René dit :

    • Merci BoSS U de vous montrer disposé à débattre, c’est une ouverture d’esprit qui ne se rencontre pas toujours. À noter également que je ne suis pas à l’initiative de cette page.
    Je me permets donc de répondre, toujours dans l’esprit du débat, en faisant notamment observer que (tout comme Guillaume plus haut), c’est vous qui politisez ce problème.
    En ce qui me concerne, je n’ai fait que dénoncer un système qui ne marche pas, indépendamment de toute considération politique « politicienne », et de toute référence à des parties ou à des hommes.
    • Voici encore une situation personnelle qui apporte de l’eau à mon moulin. En vue des fêtes, j’ai commandé sur Amazon.uk un jeu de Ps2 uniquement disponible chez eux. Je souhaitais faire un cadeau à un enfant qui désirait ce jeu. Il devait arriver au plus tard le 1er décembre. Nous sommes le 15 décembre, toujours rien. Très vraisemblablement je ne recevrais jamais ce jeu.
    Comment se fait-il qu’environ 1 commande sur 5 disparaisse durant sa prise en charge par la Poste ? Est-il possible qu’une telle masse puisse se perdre ? S’il s’agit de vols, pourquoi la Poste ne réagit-elle pas ?
    Franchement, c’est écœurant qu’il soit admis que les employés de la Poste puissent se servir dans le courrier en toute liberté.
    J’ai du mal à comprendre ce qui pousse certain (ainsi que vous le faites) à défendre le « service public ».
    • De plus, lorsque vous dénoncez la situation catastrophique de l’éducation nationale, vous allez dans mon sens. Ni la droite, ni la gauche ne sont parvenues à régler ce problème. Car c’est un dysfonctionnement structural qui ne relève pas des idéologies.
    • Quant au poujadisme dont je suis accusé. Je ne sais pas exactement comment il faut l’entendre. Poujade défendait les petits commerçants contre les grands groupes. Si vous y mettez l’idée de démagogie, je récuse totalement cette appréciation, car je n’ai fait qu’énoncer des faits, et démontrer un inacceptable dysfonctionnement.
    Par contre, il est vrai que mon effort est constant, et il le restera tant que les usagers de la Poste (et plus généralement des services publics) se feront voler et mépriser.
    Il ne fallait pas ouvrir la boîte de Pandore !

  28. BoSS U dit :

    René >> Je suis épaté que arriviez à faire des points pour séparer les parties de votre argumentaire. Mais ceci ne fait pas partie de la discussion.

    Donc, je suis d’accord que nous avons un problème avec la Poste ici et je vous trouve courageux (et je vous soutiens) dans votre lutte contre l’OPT et la défense du Public à qui l’OPT devrait plutôt rendre service.

    Ce qui me dérange et me pousse à vous comparer aux idées de Poujade, c’est justement cette démagogie… Pourquoi ne parler que des services publics quand il y a des dysfonctionnements ?
    Pourquoi ne jamais parler de ce qui fonctionne ? Des gens qui se décarcasse dans leur commune, leur province, leur établissement pour offrir un service de qualité ?

    Et forcément le discours est politique !

    Car la mise à mort du Service public est voulue est souhaitée par certain courant politique hyper-libéraux.

    On peut réfléchir sûrement à l’amélioration du service public sans vouloir l’anéantir.

    Car privatiser la poste, l’eau, le gaz, l’électricité ! Comment fera-t-on pour maîtriser les prix décider par des groupes qui ne cherchent pas le bonheur des gens mais le profit.

    Aux philippines l’eau est tellement cher qu’elle est vendue par carte (style carte liberté) aux plus pauvres.

    Peut-être avez vous raison, l’état et le service public n’ont pas toujours la motivation le bonheur du public !

    Mais comment faire ???

    Oui je suis un fervent défenseur du Service Public
    Oui, je suis contre ce monde libéral qui nous fait croire que le bonheur est à portée de bourse mais encore faut-il avoir la bourse.

    Comment est-ce possible pour que tout nos bien de consommations soient tous consommable avec des dates de péremptions toujours plus courtes ?
    La machine à laver de ma grand mère à fonctionné pendant plus de 30 ans. La mienne à 5 ans et elle commence à être moins fiable.

    Connaissez-vous l’histoire des magnétophones NAGRA ?
    Je ne la raconterai pas car ce n’est pas notre sujet premier

    Alors non aux abus de certaines personnes malhonnêtes des services public
    Mais je souhaite une longue vie aux services de proximité

    Hasta la Victoria, siempre

  29. René dit :

    Bonjour BoSS U,

    Vous m’interrogez, alors je réponds.
    J’admets volontiers que c’est un peu rébarbatif d’en faire une lecture attentive, mais sur cette page, dans mon « écho » du 17 novembre 2009 (où je vous répondais déjà) j’ai pris la peine de faire un exposé assez détaillé des critiques de fonds que je formule à l’encontre de tout « organisme » qui échappe à la « sanction » de ceux qui le financent. Je propose aussi des idées pour sortir de ce type de dysfonctionnement. Vous pouvez donc revenir à ces lignes.
    Mais je vais également tenter une reformulation, que je vais essayer plus claire encore, des idées qui me permettent d’être si péremptoire (en tout cas, c’est ainsi que vous me percevez sans doute). Sachez tout de même que ces idées ne sont pas simplement des opinions personnelles, mais le fruit de lectures en philosophie politique et en épistémologie. Je vous remercie par avance pour la patience qu’il vous faudra pour les lire, mais vous verrez qu’il est très probable que vous y trouverez de quoi satisfaire, au moins en partie, votre point de vue.

    Donc, vous pointez les dérives du « libéralisme ». Je suis bien d’accord avec vous (ça commence bien). Je dirais cependant qu’il faut distinguer le libéralisme du capitalisme.
    — Le capitalisme est un système économique structuré de la même manière qu’une monarchie. C’est-à-dire que les pouvoirs (non pas politique, mais financiers) sont concentrés sur une minorité d’individus au détriment de la majorité, et que ces pouvoirs sont transmissibles par l’héritage. Par conséquent, il n’y a pas de régulation de ces pouvoirs par la collectivité dans son ensemble, quelle que soit la manière dont ils sont exercés. Or un pouvoir sans régulation dégénère assez vite. C’est dans la nature humaine. Le capitalisme peut donc ainsi déboucher sur des formes de totalitarisme économique, avec une souffrance du « peuple » qui est contraint de « servir » les « plus forts ». Je pense que sur ce point nous serons bien d’accord.
    — Avant de proposer une définition du libéralisme, je voudrais rappeler l’excès inverse du capitalisme, qui est l’économie administrée (ou dirigisme), telle que proposée par les communistes. Le communisme est une réaction légitime aux excès du capitalisme. Il propose d’empêcher radicalement le totalitarisme économique capitaliste ci-dessus décrit, en imposant une économie totalement administrée par l’État. C’est l’expérience de l’Union Soviétique et des autres pays communistes (la Chine, etc.). Le problème est que là encore nous retombons dans un système qui échappe à la régulation par l’ensemble de la collectivité. La nature humaine étant ce qu’elle est, ceux qui, au nom du peuple, exercent le pouvoir (politique et économique) dans un pays communisme, finissent eux aussi par, d’une part faire de grosses erreurs qui ne sont pas corrigées (la critique étant interdite ; « contre-révolutionnaire » disait-on), et d’autre part par abuser de ce pouvoir sans opposition. Résultat : plus de 70 ans d’un totalitarisme dur en Union soviétique ; 100.000.000 de mort dans le monde au non du communisme. Pas terrible.

    Tout homme sensé a compris qu’il n’est pas souhaitable de recourir à un système pour combattre l’autre et inversement, car les deux sont néfastes. Tout homme sensé, commence également à percevoir que ce qui manque à ces deux modèles de société : la RÉGULATION.
    Qu’est-ce que la régulation ? C’est un principe qui est à la base de la vie organique, et qui s’étend dans tout les formes d’organisations vivantes, y compris les comportements humains, puis les collectivités humaines. La régulation c’est le simple fait que toute action (le fait de digérer un aliment est déjà une action, ou apprendre à faire du vélo, ou encore coordonner une équipe sportive) s’ajuste sans cesse sur le résultat qu’elle produit. Ainsi, l’organisme rejette un aliment indigeste, qui ne sera plus choisi à l’avenir. Le cycliste cherche en permanence son équilibre en contrebalançant son corps dès qu’il sent qu’il penche trop. Le coach modifie les places des joueurs en fonction des performances observées, etc.
    L’action est le pouvoir que nous avons sur le monde, mais l’action ne profite à la vie que lorsqu’elle obéit aux contraintes du milieu, c’est-à-dire lorsqu’il se régule en fonction des « résistances » de ce milieu.
    Les hommes ont ainsi inventé la démocratie. La démocratie n’est rien d’autre qu’une forme de régulation des pouvoirs par la collectivité (le « milieu » humain). Il est inévitable qu’un groupe ait un leader. Il faut bien que certains acteurs se chargent de prendre des décisions pour la collectivité. Or la supériorité de la démocratie est le fait que ces acteurs (les hommes politiques), soient des élus. C’est-à-dire que leur pouvoir est temporaire, et ne pourra être conservé que s’ils satisfont le plus grand nombre. Est-il besoin de démontrer la supériorité, en terme de qualité de vie, des démocraties sur les systèmes qui n’en sont pas ?
    La démocratie est une des plus belles découvertes de l’humanité, bien qu’elle ne soit rien d’autre que l’actualisation du potentiel régulateur que recèle la vie à tous ses niveaux d’organisation. La démocratie n’est donc pas un phénomène culturel, mais un processus du vivant.
    — Maintenant le libéralisme. Le libéralisme est un système qui intègre l’idée de régulation, parcequ’il est l’ajustement permanent des rapports entre le « producteur » et son « client ». À ce titre, le libéralisme porte en lui la vie, et peut être considéré comme la moins mauvaise des solutions. Mais, comme vous l’observez très justement, le monde économique qui se revendique aujourd’hui du libéralisme produit tout de même des inégalités excessives. Quelle est la solution ? Revenir à l’économie administrée (j’ai cru percevoir que cette option avait votre préférence) ? Franchement, c’est une erreur fondamentale, car là on sort à nouveau d’un système régulé.
    À mon sens, il est souhaitable d’aller plus loin dans la régulation au sein du libéralisme, pour l’améliorer au point que le plus grand nombre en profite. Et pour se faire, des solutions très concrètes existent. Car, je vous l’accorde, le libéralisme actuel est négatif. Mais je dirais que c’est parce que ça n’est pas un libéralisme abouti, mais c’est encore un libéralisme capitaliste.
    La solution logique apparaît d’elle-même : je notais plus haut que le capitalisme est une forme de monarchie économique ; et bien il fait faire, au niveau de l’économie, ce que nous avons fait en 1789 au niveau politique : mettre fin à la monarchie. Je n’appelle pas à la révolution, ni à couper des têtes, mais « simplement » à œuvrer pour que les pouvoirs économiques cessent d’être détenus à vie, et transmissible par l’héritage ; à obtenir que l’exercice des pouvoirs économiques, comme c’est le cas en politique, fasse l’objet d’élections régulières ; à ce que (comme en politique) n’importe qui puisse prétendre accéder aux pouvoirs économiques ; et donc, le plus important, à ce que ce pouvoir obtenu temporairement soit (comme en politique) contraint de satisfaire son électorat pour se maintenir.
    Là, cher BoSS U, vous aurez une société, j’en mets ma main à couper, de plus grande prospérité et de plus grande justice.
    En somme, la démocratie, dans les pays qui en jouissent, n’est qu’à moitié à l’œuvre. Elle ne porte que sur le pouvoir politique. Il reste l’autre moitié, considérable et décisive : le pouvoir économique. Or ça n’est qu’en poussant le libéralisme jusqu’au bout de sa logique régulatrice, en l’amenant jusqu’à la régulation par la collectivité de son pouvoir économique, que les progrès sociaux dont vous êtes le défenseur pourront pleinement se réaliser. Voici une de mes convictions les plus profondes, ici résumée sommairement. Ce sujet nécessite, si vous souhaitiez en savoir plus, des lectures plus détaillées.
    — Maintenant que nous avons tout ça bien en tête, revenons au problème de l’Administration ! Vous comprendrez que de mon point de vue (qui, je l’espère, vous apparaît maintenant comme mieux intentionné) ce type d’organisme qui échappe à la régulation économique, à la manière des systèmes communistes, ne peut pas être satisfaisant (il est « ontologiquement » déficient, comme disent les philosophes).
    J’affirme que si les administrations peuvent se maintenir en France, c’est parce qu’elles profitent des forces vives du libéralisme (qui paient l’impôt grâce aux richesses que eux créer), sans lesquelles elles dégénéreraient rapidement.
    Il faut savoir que le fond de la « philosophie » socialiste, c’est l’idée (certes généreuse) que plus l’économie est administrée par l’état (donc sans régulation), moins il y aura d’inégalités. Je crois que cette conviction charitable est une énorme erreur ; et l’histoire l’a prouvé. Car, plus l’économie est dirigée par l’État, plus elle s’affaiblie, et plus il faut à l’État imposer par la force sa ligne de conduite face au mécontentement de la population.
    Je crois encore que si les socialistes, notamment en France, sont en difficultés actuellement, c’est parce qu’ils commencent à comprendre que le dirigisme (l’économie administrée) ne fonctionne pas, et qu’ils n’ont pas de modèle de substitution. Les historiens Jean-Claude Barreau et Guillaume Bigot, dans leur ouvrage « Toute l’histoire du monde » (chez Fayard), pointent judicieusement les tentatives du socialisme français pour se raccrocher aux branches idéologiques du racisme, puis de l’écologie, afin de continuer à exister après l’échec de l’idéologie dirigiste.
    Je crois même, et j’espère que, suite à mon exposé, vous m’accorderez que ça n’est pas simplement un point de vue politicien, que les hommes et les femmes politiques qui continuent aujourd’hui, en France, à porter les idées socialistes, le font par pure ambition personnelle. Je ne les crois pas assez bêtes pour ne pas avoir senti que l’histoire occidentale en avait fini avec le dirigisme.
    Bref, les administrations sont donc des vestiges du système dirigiste qui disparaîtront. Mais je vous l’accorde, et je pense que l’on peut se retrouver là dessus, tant que le libéralisme restera de type capitaliste, la privatisation comporte les risques de dégradation que vous pointez. Sur ce point, je vous donne raison.
    J’espère cependant vous avoir sensibilisé au fait que le retour au dirigisme n’est pas la solution, mais qu’il faut aller plus loin dans la régulation libérale, et briser la monarchie économique. Il faut, en somme, se garder de basculer d’un totalitarisme à l’autre ; il faut toujours choisir les solutions qui intègrent le plus de régulation démocratique des pouvoirs.
    C’est au nom de l’ensemble de cette logique que je me permets d’être si radical vis-à-vis de la fonction publique. A delà du mouvement d’humeur, c’est une conviction que je pense solidement fondée.
    P.-S. Je n’ai toujours pas reçu mon colis…
    P.-S.2 vous avez remarqué que cette fois j’ai mis des traits à la place des points.

  30. René dit :

    Je crois que je décevrais mon nombreux lectorat si je ne mentionnais pas les gros titres des Nouvelles Calédoniennes de ce jour, mercredi 16 décembre 2009 :
    « Détournements à l’OPT: Ollivaud fait profil bas ».
    Je conseille bien sûr la lecture de l’article en page 2.
    Contribuables, méditez…

  31. René dit :

    En cette fin de salon de l’agriculture à Paris, je souhaitais mentionner cette histoire illustrant bien la discussion menée sur cette page :

    Le miel de la ferme d’Érambéré a été primé à la foire agricole de Paris en 2006, 2007 et 2008, mais pas en 2009. Pour quelle raison ? Une baisse de la qualité ? Des concurrents qui se sont surpassés ? Non.

    Ce miel ne put concourir cette année, tout simplement parce que la Poste a « perdu » les échantillons !

    Pour 2010 le gérant de cette ferme est passé par une société privée…

  32. René dit :

    Les agents de la SNCF sont de nouveau en grève.
    Quelques informations utiles pour comprendre leur combat :

    — Les recettes annuelles de la S.N.C.F. sont de 9 milliards d’euros. Or le budget annuel est de 18 milliards d’euros. L’état lui accorde donc une subvention annuelle de 12 milliards d’euros [1432 milliards xpf], payée par l’impôt.
    — Les impôts servent également à payer les 14 milliards d’euros [1671 milliards xpf] du financement des retraites.

    Situation d’un conducteur de T.G.V. :

    — Salaire : de 2200 € à 3200 € net en début de carrière (environ 2 SMIC) ; 4800 € [573.000 xpf] net en fin de carrière.
    — Plus les primes :
    • Prime de parcours
    • Prime de T.G.V.
    • Prime de travail (!)
    • Prime de fin d’année
    • Allocation de déplacements
    • Indemnité pour heures supplémentaires
    • Gratification annuelle d’exploitation (9 milliards d’euros de déficit…)
    • Prime de charbon (!!!)

    — Pour un conducteur de T.G.V. de 40 ans, le salaire annuel toutes les primes et avantages confondus s’élève à 75000 € [8.950.000 xpf] (source : La vie du rail, 2002)

    — Horaires de travail : 25 heures par semaine (vivent les 35 heures !)
    — Retraite à 50 ans.
    — Gratuité des soins ; couverture à 100 % auprès de 15900 établissements agréés, et sur le temps de travail.
    — Gratuité des transports pour les agents et leur famille, en 1 classe S.V.P.
    — C.E. très généreux
    — Et… emploi à vie.

    — Pour les agents sédentaires qui n’ont pas droit à ces primes, la S.N.C.F. a créé la « Prime d’absence de prime » !

    — La S.N.C.F. c’est 1 % des emplois en France, mais ses salariés cumulent 20 % des jours de grève effectués en France.

    — À la S.N.C.F. il n’y a pas de client, mais des « usagers », et c’est bien là le problème. Abusant de son monopole et de son pouvoir de nuisance, la S.N.C.F. est devenue un véritable parasite des finances publiques, et donc de nos impôts. Les exigences délirantes des syndicats frisent le racket.

    — Il existe deux solutions pour traiter cette maladie : l’ouverture à la concurrence et la privatisation.

  33. BoSS U dit :

    René>> ça faisait longtemps !

  34. Jean Beauvoir dit :

    Pour les internautes calédoniens : comment les tarifs de connexions sont fixés par l’OPT.

    En premier lieu l’internaute paye sur sa facture OPT le forfait OPTIMO 2468 Fttc qui concerne l’ADSL, en plus de l’abonnement du téléphone 1950 Fttc (mais c’est le même câble). L’internaute n’a pas encore commencé à faire de l’internet qu’il paye 4468 Fttc (Optimo ADSL + ligne téléphonique).

    L’internaute souscrit ensuite un contrat auprès du fournisseur d’accès Internet (FAI). Celui-ci loue auprès de l’OPT le raccordement et l’acheminement des données de ses clients. Le détail de la tarification OPT pour les FAI est résumé ci-dessous. Il faut retenir que le FAI reverse entre 60 et 70 % du forfait ADSL du client à l’OPT !

    Au final lorsque l’internaute se connecte sur internet, il paye 4 fois le même tronçon local, puis l’international :
    — l’abonnement téléphonique, à l’OPT (1950 Fttc)
    — l’abonnement OPTIMO, à l’OPT (2468 Fttc)
    — la collecte ADSL facturée au FAI par l’OPT, c’est le tronçon en la centrale OPT et l’abonné

    — Forfait initial de 50Mb/s 400.000 F HT / 420.000 F TTC
    • Débit entre 60 et 190Mb/s 50.000 F HT / 52.500 F TTC par pas de 10Mb/s au-delà du forfait initial
    • Débit entre 200 et 490Mb/s 46.000 F HT / 48.300 F TTC par pas de 10Mb/s au-delà du forfait initial
    • Débit entre 500 et 990Mb/s 45.000 F HT / 47.250 F TTC par pas de 10Mb/s au-delà du forfait initial
    • Débit à partir de 1000Mb/s 44.000 F HT / 46.200 F TTC par pas de 10Mb/s au-delà du forfait initial.
    • l’interconnexion locale facturée au FAI par l’OPT, c’est le trafic entre l’abonné et les différents FAI du territoire.

    — Forfait initial de 10Mb/s 89.500 F HT / 93.975 F TTC
    • Débit entre 20 et 100Mb/s 50.000 F HT / 52.500 F TTC par pas de 10Mb/s au-delà du forfait initial
    • Débit au-delà de 100Mb/s 48.000 F HT / 50.400 F TTC par pas de 10Mb/s au-delà du forfait initial

    — l’international, c’est le trafic qui sort du territoire, facturé par l’OPT au FAI
    • Débit entre 1 et 19Mb/s 140.000F HT / 147.000F TTC
    • Débit entre 20 et 74Mb/s 101.000F HT / 106.050F TTC
    • Débit entre 75 et 149Mb/s 97.000F HT / 101.850F TTC
    • Débit entre 150 et 299Mb/s 94.000F HT / 98.700F TTC
    • Débit à partir de 300Mb/s 90.000F HT / 94.500F TTC

    Vous pouvez vérifier ces informations auprès des autres fournisseurs d’accès Internet Mls Can’l et Nautile.

    En conclusion, les tarifs des forfaits ADSL dépendent du coût des éléments ci-dessus décidés par le conseil d’administration de l’OPT et validés par le gouvernement de la Nouvelle-Calédonie sans aucune concertation avec les FAI.
    Les coûts d’achat de l’OPTNC ne sont pas connus officiellement, ce qui va à l’encontre de l’obligation de transparence du service public.
    L’impact de ces tarifs prohibitifs pratiqués par le Service Public l’OPTNC ne favorise aucunement à contribuer à lutter contre la vie chère par contre ils favorisent la fracture numérique créant ainsi des inégalités dans les classes sociales de la Nouvelle Calédonie et malheureusement approuvé par le gouvernement calédonien.

  35. BoSS U dit :

    on devrait en faire un article plutôt qu’un commentaire non ?
    Si vous me donnez votre accord je m’en charge
    :mrgreen:

  36. BoSS U dit :

    ❓ Il n’y a pas une erreur sur le 1er tarif :
    — Forfait initial de 50Mb/s 400.000 F HT / 420.000 F TTC
    et perso, je ne comprend pas très bien ces histoires de forfaits

  37. Trapard Creteux dit :

    @BoSS U – Pourquoi pas.

  38. Jean Beauvoir dit :

    Deux équipes de l’OPT vont installer un nouveau raccordement pour le médipole de Koutio.
    L’endroit est très boueux. Quand les trois piocheurs ont creusé 50 cm, le sol s’affaisse et ils se retrouvent enlisés jusqu’aux genoux, incapables de se dégager.
    Le chef d’équipe descend dans la fosse pour les aider, mais il se retrouve pris au même piège.
    Le contremaître recule la camionnette au bord du trou et y accroche un câble qu’il lance à ses collègues.
    Il embraie, les roues patinent et le véhicule se retrouve embourbé.
    Le chef de chantier arrive avec un camion et attache la camionnette derrière le camion.
    Peine perdue, le camion s’enlise à son tour.
    Le chef de chantier appelle alors l’ingénieur qui arrive plus tard sur les lieux.
    En moins d’une minute, les hommes sont délivrés et les véhicules remis sur la route.

    Qu’a-t-il fait ?

    Il a dit : « Eh ! Les gars, vous savez qu’il est quatre heures ? »

  39. Trapard dit :

    @Jean Beauvoir – ça devient obsessionnel tout ça 😉

  40. Morbius dit :

    Excellent, et tellement proche de la réalité…

  41. Jean Beauvoir dit :

    Voici un mail (non signé, mais courtois et bien argumenté) titré « La politique commerciale peu louable de l’OPT envers ses clients », qui circule actuellement. Il m’a semblé intéressant d’en proposer ici la copie :

    « Je souhaite aujourd’hui vous parler des méthodes et la politique commerciale de l’OPT calédonien. Sans vouloir rentrer dans des explications trop techniques et trop lourdes pour le lecteur non averti (mais loin d’être bête). Je pense qu’il y a là deux points incontournables à développer, l’une qui a des conséquences directes et l’autre indirect.

    — D’abord, parlons des prix d’un abonnement mensuel ADSL. Les fournisseurs d’accès (Lagoon, Mls, Can’l*, Nautile, et Internet nc) achètent leurs « mégas » chez l’OPT. Il y a 2 ans ce dernier a installé son câble sous-marin pour nous relier au réseau australien, fort de sa position d’opérateur unique, il vend au prix qu’il lui chante, et ce, très loin des standards. En effet, nos fournisseurs d’accès payent le méga environ 80 % plus cher qu’ailleurs dans le monde, l’OPT justifie ses prix par la répercussion de l’investissement dans son câble, bref c’est du flan… sous pression l’OPT s’est engagé a baisser ses tarifs de 20 % chaque année, voila pourquoi nos tarifs « baissent » chaque année, mais a la vitesse d’un glaçon dans un frigo…

    — 2eme point, et là celui-ci nous implique directement : vous êtes-vous déjà demandé à quoi correspond le forfait Optimo ? Appelez le 1012 de votre bureau et demander leur, L’opératrice vous répondra que c’est « l’installation technique de l’ADSL », ne rentrons pas dans les détails avec elle, elle n’y est pour rien et n’a sûrement pas de réponse technique, seulement sachez que nous sommes là en face de la pire arnaque de l’OPT envers ses clients. Techniquement, la technologie ADSL passe par la même ligne téléphonie que vous utilisiez bien avant d’avoir le net, l’image est simple : au « centre » du câble passe le téléphone classique et sur « l’extérieur » passe l’ADSL, il n’y a donc là aucune modification technique !!! C’est du flan !!! L’OPT a créé Optimo (2000 cfp/mois) pour s’en mettre plein les fouilles avec une marge de 100 %.

    Je pense que cela suffit, combien de milliards ont déjà été volés à la population, et surtout pour combien de temps encore ? Profitant de l’ignorance et de la crédulité des gens !

    Dernière chose à mettre au clair, et sur laquelle je protège malgré moi les fournisseurs d’accès, le réseau des télécommunications appartient à 100 % à l’OPT (oui sinon on nous proposerait le fameux « dégroupage » et dixit l’abonnement) ce qui implique qu’à chaque fois que le net pinaille à la maison, le SEUL et UNIQUE responsable est l’OPT. Le réseau est vétuste et ne tolère réellement que peut-être un petit 4 mégas sur leurs petits fils de cuivre alors qu’il prépare une campagne publicitaire sur le 8 !!!
    Sachez aussi que sous les 4 mégas le flux ne peut supporter la télévision (essayez de chez vous en téléchargeant le soft « ADSLtv », je précise « soft », car non payant, il ne fonctionnera pas, et ne fonctionnera pas mieux dans quelques mois avec le prétendu 8 mégas). Voila, je ne veux pas acculer l’OPT, mais tout mène a eux…

    À transmettre à tous vos contacts ! »

Laisser un commentaire