Le Parti Communiste de Nouvelle-Calédonie, un épisode singulier de l’histoire politique calédonienne [Introduction]

A partir d’aujourd’hui, les lecteurs du Cri du Cagou pourront découvrir, par épisodes, l’histoire du Parti Communiste Calédonien, extrait de la thèse de Monsieur Ismet Kurtovitch, historien et membre du gouvernement. Toute l’équipe du Cri du Cagou l’en remercie sincèrement, pour ce prêt.

***

L’origine immédiate du parti communiste calédonien peut être datée de la période d’intense effervescence politique qui précède et accompagne le ralliement de la Nouvelle-Calédonie au mouvement de la France Libre (le 19 septembre 1940). Entre les mois de juin et septembre 1940, les futurs animateurs du courant communiste se rencontrent – il s’agit de Florindo Paladini, premier secrétaire général de ce parti, Jeanne Tunica y Casas qui lui succède, Henri Naisseline et Vincent Bouquet, grands chefs de district à Maré et à Bourail -, chacun prenant à son niveau une part active, voire décisive, au mouvement populaire qui aboutit à placer le territoire de la Nouvelle-Calédonie sous l’autorité du général de Gaulle, singulière et importante contribution d’une poignée de patriotes des antipodes à l’effort de guerre allié. Si cette participation au Ralliement ne débouche pas immédiatement au plan organisationnel sur la création d’un parti – le gouverneur Sautot, mais aussi l’opinion publique, considère que l’heure n’est pas à la création d’organisation partisane -, elle facilite, un an plus tard, la fondation et, surtout, la reconnaissance officielle de l’Association des Amis de l’URSS, première manifestation organisée du courant communiste en Nouvelle-Calédonie.

Florindo Paladini
Florindo Paladini

La genèse du parti communiste calédonien n’est pas originale. En Polynésie française (alors Établissements Français d’Océanie), un petit groupe de communistes métropolitains, dirigés par Jean Lavigne et Étienne Davio, est à la pointe du combat pour le ralliement de la colonie à la France Libre. Puis, quand le pouvoir du général de Gaulle est bien assuré (après le 2 septembre 1940, date du Ralliement), les communistes décident de cesser toute activité politique pour se contenter de conseiller le nouveau gouvernement. « Davio, écrit François Broche, décida de rédiger des suggestions au gouvernement, où la politique était absente, mais qui, théoriquement, jetait les bases d’une action politique lointaine. Il affirmait la nécessité d’un ensemble de réformes administratives, commerciales, sociales et agricoles, dont les maîtres mots étaient : économies, lutte contre la spéculation, coopératives, assistances médicales ». En Afrique Noire également, à partir de 1943, des « groupes d’études communistes » sont  constitués par des communistes, métropolitains pour la plupart. Foyer de réflexion et de vigilance patriotique à leurs débuts, ces  groupes  font  irruption sur la scène politique à partir des années 1945/46. Observons, enfin, que la seconde guerre mondiale voit le succès de la réactivation aux Iles Hawaï du parti Communiste, Communist Party of Hawaï, relié à la section californienne du Parti Communiste des États-Unis. Le même phénomène s’observe en Australie et en Nouvelle-Zélande.

La création à Nouméa d’une association des amis de l’URSS (1941) puis celle d’un comité électoral réunissant toutes les sensibilités de la Gauche (1944) et enfin, en 1945, d’un parti communiste, sont les principales étapes de ce singulier chapitre de la vie politique en Nouvelle-Calédonie pendant et après la seconde guerre mondiale.

.

.

.

.

Prochain épisode, lundi prochain : L’Association des Amis de l’URSS.

Crédit Photo :

Photo extraite de “Calédoniens” de Patrick O’Reilly (Société des Océanistes n°41)

Ecrit par : Trapard Creteux (949 Posts)

Affreux, Sale et Méchant.


Nombre de vues :

303

fois. Thankiou bien !

1 Commentaire

  1. BoSS U dit :

    Personnellement, je suis très content de trouver en ligne sur le Cri l’histoire du PCC.
    Merci beaucoup, l’ami Trapard et Monsieur Kurtovitch pour la diffusion de ces douments…
    Un nouveau chapitre de la vie du pays à suivre tous les lundis…

Laisser un commentaire