Kaneka : nature du rythme, rythme de la nature

A l’occasion de la fête de la musique (suivez le programme) voici un petit extrait du livre de Raymond Ammann, Danses et musiques kanak (p. 121) :
bwanjep.jpg
En opposition avec l’extrême variété des langues, la musique et la danse, en particulier dans le centre et le nord de la Grande Terre, présentent des traits bien homogènes. Un de ces traits est ce que les Kanak nomment eux-mêmes le “rythme kanak“, désignant ainsi la musique qui accompagne les chants ae-ae, ainsi qu’un grand nombre de danses (…) Dans les rythmes qui accompagnent les chants et les danses des Iles Loyauté, existent des éléments similaires aux rythmes de la Grande Terre. La conception musicale de ces rythmes est différente, et n’a pas la même importance. Les Kanak de la Chaîne Centrale disent que ces sons viennent de l’eau courante des creeks et des rivières, et que certains sons particuliers ne peuvent être entendus qu’à des endroits particuliers, derrière des rochers, où l’eau jaillit en produisant des motifs au rythme régulier. Les Kanak de la côte parlent de la rumeur de la mer et du rythme des vagues se brisant sur la plage. Dans l’intérieur ou sur le littoral, il existe deux éléments principaux : les sensations et les sonorités provoquées par le mouvement continu de l’eau ou de la mer en arrière-fond permanent, et le rythme discret de l’eau jaillissante ou des vagues. Ces éléments font tous deux partie intégrante de la métaphore du “rythme kanak”.

AvatarEcrit par : k-madja (20 Posts)


Leave a Comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.