Didier Daeninckx

250px-didier_daeninckx_huma_2006.jpg

Auteur français, ayant écrit Cannibale, sur l’exposition de Canaques dans un zoo parisien, et sa suite, Le Retour d’Ataï.

Voici comment le présente, en copié-collé, le site Wikipedia :

À dix-sept ans il devient ouvrier imprimeur, puis animateur culturel et enfin journaliste local. C’est au cours d’une période de chômage qu’il écrit un premier roman qui passe complètement inaperçu, Mort au premier tour (1982), où l’on voit apparaître le personnage névrosé de l’inspecteur Cadin. Le second, Meurtres pour mémoire (1984) qui, bien avant le procès Papon, place sous les feux de la rampe la dérive sanglante de la manifestation FLN du 17 octobre 1961, est en revanche bien accueilli. Cet ouvrage publié dans la Série noire lui ouvre les portes de la notoriété.

daeninckxx.jpgSuivent la même année le Géant inachevé, toujours avec Cadin, dans lequel il s’attaque à la corruption du milieu politique, et Le der des der, dédié à son grand-père anarchiste et déserteur en 1917, où il dénonce la pratique du « fusillé pour l’exemple ». Dans Lumière noire (1987), où Cadin apparaît peu, il prend pour cible la politique de reconduction par charters des Maliens expulsés hors des frontières.

Au travers de ses nouvelles (En marge, Zapping), il trace une chronique douce-amère du monde contemporain, « un regard de localier » plus habitué des événements qui ne font pas la une des journaux, mais remplissent les colonnes de faits divers, quand ils ne passent pas complètement inaperçus (Yvonne, la madone de la Plaine).

Avec Le chat de Tigali (1988) il publie son premier livre pour la jeunesse, une histoire dénonçant le racisme.

Dans La mort n’oublie personne (1989), considéré comme son ouvrage le plus abouti, il s’éloigne du roman policier et raconte l’histoire tragique d’un jeune résistant condamné pour meurtre après la guerre. En 1990, Cadin est à bout de souffle et il se suicide dans Le Facteur fatal.

daeninckxx2.jpgLe prix Paul Féval de Littérature populaire lui est attribué en 1994 pour l’ensemble de son œuvre. Ses romans sont aujourd’hui traduits dans une vingtaine de langues.

Avec Cannibale (1998), il réveille le souvenir des « zoos humains » de la IIIe République, en racontant l’histoire des Kanaks exposés comme des animaux dans un zoo. Il dit s’être intéressé à la Nouvelle-Calédonie à la mort du leader indépendantiste Eloi Machoro. Il revient sur ce thème avec Le Retour d’Ataï (2002) qui évoque la revendication du peuple kanak de voir revenir au pays la tête du grand chef Ataï.

Voici un court extrait de Cannibale (1998, chez Folio), qui a été adapté dans un court-métrage par la vidéaste locale, Malicia :

cannibaledaeninckx.jpgL’un des gardiens s’était faufilé derrière moi, et quand j’ai pris conscience de sa présence, il était trop tard. La matraque s’est abattue sur ma nuque. Je suis tombé sur les genoux, à demi assommé. J’ai rassemblé toutes les forces qui me restaient pour ne pas fermer les yeux. Je luttais comme un nageur emporté par le courant et dont l’eau, déjà, alourdit le corps. Les cris de Minoé m’arrivaient par intermittence, dans une sorte de brouillard sonore. J’ai voulu crier mais je n’ai même pas réussi à ouvrir les lèvres, ma langue pesait plus lourd qu’un galet. Leurs ombres fluctuantes se hissaient dans le camion jaune et vert dont le moteur tournait au ralenti. Elles glissaient derrière les vitres, se cassaient en deux sur les banquettes de bois. Tout se tordait, les arbres, les corps, le camion. Je voyais un grand navire, mais les marins criaient : « Allez, monte dans l’autobus…Toi le costaud, avec ton sac, va au fond… Tu entends ce que je te dis ? Allez, plus vite que ça… »

L’eau ruisselait devant mes yeux. Je ne savais pas que c’étaient mes larmes. Minoé, je suis trop faible. Le requin blanc, le grand ancêtre qui protège ton clan, va venir à on secours. Aie confiance en lui, Minoé…La force et le courage m’ont quitté… Je ne peux tenir la promesse faite à ton père, le chef Waito de Canala, de ne pas te quitter du regard…Minoé…

Ecrit par : Trapard Creteux (961 Posts)

Affreux, Sale et Méchant.


Nombre de vues :

225

fois. Thankiou bien !

1 Commentaire

    Laisser un commentaire