Paul K. Dupré ou la naissance du cinéma en Nouvelle Calédonie

paulkdupre.jpg

Né en 1939 à Nouméa, ce passionné d’histoire et de cinéma, apprendra surtout à décrypter l’Image cinématographique en « avalant » des tonnes de films, allant jusqu’à devenir projectionniste pour être plus proche de cette pellicule qui le fascine tant.

En 1957, il tournera son premier court-métrage en 8mm (la vidéo et le numérique étant encore inexistants), « MORT DE CALIGULA, EMPEREUR DE DIEU » puis « DIANA » en 1967, un polar 30mn tourné en 16mm.

C’est alors, qu’il commença à tourner ses premiers longs métrages, des westerns notamment, comme « LORSQUE VINT LE TEMPS DES PIONNIERS » (1968) ou « POUSSIERE DE SANG » (1972) dont « nos vieux » sourient encore aujourd’hui, se remémorant des wallisiens dans les rôle d’apaches.

Entre polars (« SAM », 1977, « M COMME MEURTRE », 1984) et westerns (« MASTERSON ET MADDEN », 1976, « L’ÂGE DE CENDRE », 1984) et autres films sur les légendes kanaks (« LA MONTAGNE DES SOURCES », 1980, deux fois primés), notre réalisateur local amusa et rendit la fierté à un pays grâce à une industrie cinématographique (bien que indépendante) naissante.

Jugé, à la fin des années 80, pour fraude sur les droits d’auteurs cinématographiques alors que la SACENC était loin d’exister sur le Caillou, Paul K. Dupré fut condamné à une amende.

Malgré une dernière tentative en 1995 de réalisation d’un film d’anticipation, « LES SENTINELLES DU TEMPS », dont le son fût « massacré » par un mauvais preneur de son, Dupré se retira complètement de la circulation, coulant ses vieux jours en compagnie de sa famille, tournant encore une poignée des documentaire pour la Société des Etudes Historiques de Nouvelle Calédonie.

C’est donc ce grand monsieur qui créa le cinéma local, un cinéma qu’il qualifiait lui-même d’ « amateur » que je voulais saluer bien bas ici. Chapeau bas, monsieur Dupré.

Ecrit par : Trapard Creteux (963 Posts)

Affreux, Sale et Méchant.


Nombre de vues :

796

fois. Thankiou bien !

17 Commentaires

  1. Jean-Guy dit :

    Ayant été membre de son club de cinéma “Edison” , c’est grace à lui que j’ai appris toutes les étapes de la fabrication d’un film , de l’écriture du scénario au montage final. Grand Monsieur.

  2. darmilane dit :

    mon père nous parle souvent de ce fameux film qu’il avait tourné en tant que figurant 😆 dommage qu’on peut pas le voir ce film. 😉 on aurait surement bien rigolé.

  3. BoSS U dit :

    Mais comment faire pour voir ces films aujourd’hui ?

  4. Mati dit :

    j’ai des personnes de ma famille qui avaient aussi tourné dans “poussière de sang”.. je dois avoir quelques photos du tournage :mrgreen:

  5. Smiletoo dit :

    Sympa cet article… Merci Trapard!

  6. Amandine dit :

    Il est exagéré de parler d’industrie cinématographique.

  7. Delobel Charles dit :

    Ançien president de l’Atelier video de wattrelos(nord de la france)je voudrai lui faire parvenir une vidéo de son passage ou il était membre du jury au festival international du cinema amateur en 1988.j’ai gardé de lui un très bon souvenir.Comment puis je lui envoyer? Merci.
    Charles Delobel

    • Trapard dit :

      Bonjour,
      Je suis l’auteur de cet article et membre du Groupe Edison de 1987 à 1989. Je vous contacte par mail pour vous faire une réponse.

  8. Cantie dit :

    Le prenneur de son mauvais c’etait moi. J’etais aussi comedien cascadeur et cameraman. Je suis certain de n’avoir pas tout fait bien. Mais je ne me sens pas responsable de l’echec des Sentinelles du temps. Il y a eu des tas de trucs, des mauvaises passes, mais je n’etais pas le preneur de son officiel, ni le c hef operateur. Je n’etais qu’un acteur. Sauf que j’ai aussi tenu la camera et le micro. Mais je regrette que Les sentinelles n’aient pas fini leur parcours. Sans compter qu.il y avait un truc apres … Avec des mecs en bleu

    • Trapard Creteux dit :

      Bonjour,
      Merci pour votre message et vos précisions.
      Et je regrette si le ton de l’article est un peu dramatique. Il est basé sur beaucoup de souvenirs et il est avant tout amical plus que journalistique, comme beaucoup des articles de ce blog.
      J’étais présent lors du montage du film en 1997, à un mauvais moment aussi en quelque sorte.

  9. hnacipan dit :

    j’ai mon frère qui a tourné dans la montagne de source en tant qu’acteur principal qui espère avoir des contacts avec Monsieur K Dupré.

  10. Cantie dit :

    La montagne de source. Quand j’ai connu Paul K il m’avait parlé de ce film, si je me souviens, il s’agissait d’une sorte de parcours initiatique d’un jeune kanak. Mais je me trompe peut être, en tout cas ça m’avait paru très bien et relevant d’une conception de la vie que j’apprecie

Laisser un commentaire