L’alcool en tribu

Maurice Leenhardt, pasteur et ethnologue, a étudié les us et coutumes du peuple canaque (pour utiliser le terme utilisé à l’époque et qui devint Kanak dans les années 80) dans plusieurs ouvrages dans la première moitié du XXème siècle. Installé, surtout, du côté de Houaïlou, le père Leenhardt, s’est longtemps battu contre l’intrusion de l’alcool dans les tribus. Voici un extrait de l’un de ses livres, Les Gens de la Grande Terre, publié en 1937, abordant le sujet.

images.jpg

(en photo : le pasteur Leenhardt)

[…] Bientôt, la Calédonie fut décrétée colonie pénitentiaire. Ce fut le bagne, ses camps volants, ses libérés, dispersés par toute l’île : le Canaque invité à faire la police du forçat et apprenant la chasse à l’homme blanc pour toucher la prime de capture des fuyards. Ce furent, après la suppression du pénitencier, les séquences de ce bagne.

Et plus tenace : l’alcool. Les Calédoniens formaient l’un des rares peuples qui avaient traversé les siècles sans inventer d’excitants ou de stupéfiants. Le kava, dont la liqueur enivre la moitié des Océaniens, croît dans leur île. Ils n’en ont pas deviné les possibilités. Garnier raconte comme ils étaient réticents quand on leur offrait de l’alcool. Mais l’adaptation se fit, et un flot d’alcool submergea la race canaque. L’excitation entraînait les danses nocturnes et folles. La brise froide de l’aube tombait des montagnes sur les corps ivres et transpirants, et semait les pneumonies. Avant toute possibilité de déchéance alcoolique, cas accidents orgiaques avaient déjà tué toute une jeunesse.

alcool.jpg

AvatarEcrit par : Trapard Creteux (971 Posts)

Affreux, Sale et Méchant.


2 Comments

  1. Post-colonialisme quand tu nous tiens

  2. Vous dîtes ça parce que vous êtes toujours bourrée ?… 😉

Leave a Comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.