Le dit du cagou -1-

Une nouvelle rubrique proposée aux lecteurs du Cri : Le dit du Cagou, des citations en tous genres, anciennes ou récentes (mais toujours d’actualité), polémiques ou consensuelles sur le thème de Kalenaky… choisies pour susciter vos réactions !

N°1 : circulaire du Père Rougeyron, 1867.
“Jusqu’à ce jour, chers confrères, nous nous sommes bien occupés de la race noire, et peut-être pas assez de la blanche. Cependant, l’avenir est à cette dernière, il n’y a plus à en douter maintenant. La première ne tardera pas à se fondre, absorbée par les colons d’une part, et enlevée par les maladies de l’autre. Dans un certain nombre d’années, pas très longues, il ne restera, au moins dans la Grande île de la Calédonie, que des Blancs. Il faut donc dès à présent nous occuper sérieusement et activement de ceux (des Blancs) qui sont ici, éparpillés dans nos missions, ils seront un précieux noyau pour le catholicisme dans cette colonie. Je vous engage donc tous, chers confrères, à voir le bien que vous pouvez leur faire et l’entreprendre bien résolument (…). Cette recommandation ne doit nuire en rien, bien entendu, aux soins et au dévouement que vous devez aux indigènes (…). Ces âmes que nous sommes venus chercher de si loin n’ont pas perdu de leur valeur par leur contact avec celles des Européens. (…) Aimons nos pauvres naturels jusqu’à la fin, précisément parce qu’ils sont misérables et malheureux, sauvons leurs corps si c’est possible, mais au moins leurs âmes.”

AvatarEcrit par : k-madja (20 Posts)


6 Comments

  1. Hm …

    Concernant la nouvelle arrivée, bienvenue dans la barque ; la catégorie a été crée.

    Concernant l’idée en elle-même, il faut reconnaître qu’elle est excellente, ça manquait un peu de littérature dans le coin, sans seulement parler de littérature calédonienne.

    Concernant enfin le texte lui-même … ma foi (c’est le cas de le dire), qu’en penser ? Etrange introduction que celle constatant “qu’on s’est assez occupé de la race noire”. Plus encore surprenants les motifs invoqués, faisant irrépressiblement écho aux disparitions des précolombiens, comme une réalité inéluctable, donc ne nécessitant pas de perdre plus son temps.

    En ressort donc à première lecture une certaine nausée quant à tant de commisération pour le bon noir menacé de disparition par fusion ou extinction, qu’il faut aimer tout de même, c’est pas de sa faute, le pauvre …

    Et puis j’en viens à me dire que le prosélytisme doit bien s’accomoder de ce genre de considérations pour avancer, convertir des morts, ça emplit le paradis, pas les bourses de l’église.

    En définitive, je souris à l’annonce de cette fin annoncée, aujourd’hui, quand nos bons sauvages restent assez résistants pour gagner un peu de l’espérance de vie héritée de la civilisation, et assez fiers (ou exclus/parqués) pour persister à avoir une descendance qui ne soit pas celle que l’on doit au colon propriétaire terrien.

    N’en reste pas moins que je crois au métissage comme facteur de progression des peuples, et que là où not’ bon père y voit une raison de disparition, je serais tenté d’y voir un avenir déjà présent.

  2. Moi j’y vois une fois de plus que la religion c’est de la merde. Et que les croyants ne s’en offusque pas, j’ai pas parler de Dieu, mais de ce que l’homme à créé. Dieu est partout comme disent je sais plus lesquel, donc pourquoi aller le chercher dans une église, un temple ou une mosquée…
    Enfin bref, de toute façon c’est moi qu’ai raison, c’est ce que je crois qui est vrai et si vous êtes pas d’accord j’vous fou une guerre ou j’vous envoi une armée de missionnaire pour vous donner ma bonne parole, et vous verrez dans 100 ans vos enfants me verrons comme un héros qui leur à amener la bonne parole…

  3. Ce père Rougeyron de 1867, quel visionnaire…
    Notre Nostradamus à nous ! Car il est vrai qu’il n’y plus de noirs aujourd’hui sur le caillou, que des blancs et des kanak… et des wallisiens… et des tahitiens… et des océaniens d’autres iles encore si nombreuses qu’il semble difficile de toute les nommer ici… et des asiatiques… et des indonésiens… et des antillais, réunionnais, africains… Il a tellement raison le monsieur, il n’y plus de noirs ici, ni de blancs mais bel et bien un arc-en-ciel !!!!

    En tout cas bienvenue K-Madja et ta participation commence fort ! Enfin de la polémique sur ce blog 😀

  4. Ce qui me fait frémir n’est pas la considération sur la disparition des kanak de la Grande Terre. En effet, l’Histoire lui a donné raison dans certains coins du monde ! Les indiens Caraïbes n’ont pratiquement pas survécu à la découverte et à la colonisation des Antilles, des communautés entières d’indiens d’Amérique du Nord ont été anéanti bien avant les guerres indiennes, les indiens de l’Amazonie sont décimés par des maladies importées, que leur système immunitaire ne reconnait pas…
    Non ce qui fait frémir c’est plutôt l’emploi du vocabulaire (nos pauvres naturels), le prosélytisme (au moins les kanak ont une âme) et le paternalisme suintant de ce discours…
    Et quand on pense aujourd’hui au poids qu’à encore la religion sous nos latitudes… Alors que ces écrits nous montre une partie du vrai visage de nos missionnaires ! Oh ! oui, je sais que ce père Rougeyron n’est pas un cas isolé !
    Mais on pourra toujours m’opposer un abbé Pierre ou une Mère Theresa, bien sûr…

  5. bienvenue à toi k-madja,
    voici une bien belle citation d’un monsieur que l’on aurait aimé connaître de plus près…
    dire qu’on donne des noms de rue à des types comme ça…A quand des noms de rues d’hommes et de femmes ou de messages qui font avancer le pays dans le bon sens.
    j’en propose quelques uns pour l’avenir : Rue de l’espoir, Rue Kalénaky, Rue de l’entraide entre les peuples, Rue du métissage, Rue du tanua.
    Choisissons nos symboles pour notre destin commun.

  6. Avatar Is She Weird

    Pour reprendre la bonne parole de Mr Gouillat(sans ironie aucune)
    je crois aussi au métissage (cro bien). Cependant, le problème que certains lui reprochent (we ces gens existent) c’est la disparition de la culture.. conneries. Ce temps(celui de la bêtise et de l’ignorance) est révolu, -(ils avaient une excuse ces colons-là, ils ne savaient pas grand chose à l’époque mais maintenant…)- ne parlons plus de disparition, ne parlons plus de deuil, la culture ne disparait pas, elle change, s’adapte. Il faudrait à présent penser à avancer car il n’y a plus de retour possible. Oué il faut croire un peu en ce monde de sales brutes.
    Je soutiens aussi que tout ceci reste un point de vue -bien sur-.

Leave a Comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.